Titre : Annam, vers 1910 – Groupe d’hommes moï

Notice : Moï – Effets de la colonisation ” Il n’y a pas de comparaison possible entre l’Annamite, de vieille souche civilisée et ces hommes des bois qui se débattent encore entre les fauves et les génies ! Au contact du blanc, le Moï ne s’élève pas : il se dégrade. Le travail forcé, les privations, l’alcool enfantent rapidement un de ces êtres avilis qu’on voit roder sur certaines routes de Cochinchine. Ils n’ont appris qu’à mendier. Plus même des “sauvages” : des déchets. ” Ah ! Qu’ils travaillent, piocher, déboiser, charrier, tout le monde sait faire çà… ” sans doute. Crever aussi. Mais est ce un but ? En les traitant comme des bêtes de somme, nous perdons le droit de parler au nom de la civilisation. Sabatier, que rien ne retenait, l’a crié à ses chefs : ” On a pris prétexte de la faiblesse des Moï, de leur misère physique, de leur déchéance morale, pour justifier une mainmise qui a tous les caractères de la spoliation, de l’acte de force le plus odieux. “ (Roland Dorgelès)

Mots Clefs : Annam Vers 1910 Minorité ethnique – Moï Civilisation

Christophe