Titre : Annam, Dalat, 1923 – Constructions nouvelles

Notice : ” Avril est la période où les Saïgonnais montent à Dalat pour se reposer. Le médecin du bord m’y envoie pour me retaper un peu, (NDLR : après l’excessive activité à bord depuis des mois) car la marine y possède un centre. C’est dans un site magnifique que je passe 15 jours à ne rien faire. Les excursions ne manquent pas. Nous prenons comme guides des Moï qui nous pilotent dans les forêts pour nous faire voir leurs “Raï”. C’est leurs villages qu’ils installent de façon périodique, en rasant tout un secteur de la forêt. Ils vivent modestement de chasse à l’arc qu’ils manient avec une incroyable précision. Les hommes sont sommairement vêtus d’un “langouti”, sorte de courroie passant entre les fesses. Les femmes n’ont qu’une très courte jupe avec bracelets et colliers à profusion. Les cascades ne manquent pas. Un lac, “a Grenouillère”, pour les adeptes de pêche et de baignade, n’est pas loin du centre. Du réfectoire, pendant le repas, nous avons la visite de cerfs ou de biches, nullement apeurés, sans compter les poules sauvages et des oiseaux multicolores qui viennent picorer les reliefs du repas. Sur la petite place du marché, nous trouvons, à même le sol, des produits artisanaux que les familles moï viennent vendre : armes, arcs, javelots, flèches empoissonnées, coupe-coupe, dents et peaux de tigre, gris-gris, cornes de buffles et de gaurs. Un concours de beauté est même organisé un dimanche, récompensé de cigarettes, boîtes de lait, chocolats, très appréciés. Nous dégustons les excellentes fraises de Dalat… “ (Témoignage de Jean Gauthier, maître mécanicien sur sous-marin, année 1940) Sur la ville de Dalat, voir AP3503.

Mots Clefs : Annam Dalat 1923 Vue aérienne

Christophe