Albert Sallet et Le Huu Trac

e

e

Quand un médecin d’occident : Albert Sallet,

parle d’un grand médecin d’Extrême-Orient : Le Huu Trac

Par Yvelines Feray, écrivain (Extrait du Bulletin de la NAAVH – N°5 – 2000)

e

Cul3

 e

Les pays d'Asie ont élaboré des médecines fort anciennes, originales et complexes, dotées de riches pharmacopées. Après les avoir négligées, ou occultées, au nom d'un progrès prétendument inéluctable, l'Europe depuis deux décennies les redécouvre. Leurs acquisitions : acupuncture, yoga, qi qong (maîtrise de l'énergie), médications végétales etc. suscitent l'intérêt grandissant des praticiens, des personnes en quête de thérapeutiques alternatives et des grands groupes pharmaceutiques.
Aujourd'hui, un nombre croissant de chercheurs abordent l'étude de ces médecines traditionnelles d'Asie avec de nouvelles problématiques en intégrant les dimensions culturelles, sociologiques, économiques ou politiques qui fondent leur raison d'être, et leur diversité régionale (notamment dans l'identification des drogues, les techniques diagnostiques ou le recours préférentiel à certaines thérapies).
Mais ces chercheurs, que ce soit dans la tradition de l'orientalisme classique, ou dans la perspective d'une application utilitaire et pratique, ont eu de nombreux devanciers, quelques-uns illustres : le docteur Albert Sallet, médecin et savant, fut l'un d'eux. Le premier sans doute à appréhender la médecine sino-viêtnamienne*- on disait alors sino-annamite - non comme un système monolithique, exotique et complètement dépassé face à la bio - médecine moderne, mais dans la foisonnante diversité de ses techniques diagnostiques et de ses potentialités curatives.
En témoignent ses études, travaux et publications sur la médecine sino-annamite, dont rend compte l'inventaire du Fonds Sallet, établi par son petit-fils, Jean Cousso.

——————————–

*la médecine traditionnelle viêtnamienne a deux composantes : la médecine du Sud, ensemble de traditions populaires transmis oralement et n'employant que des produits viêtnamiens et la médecine du nord, dite sino-viêtnamienne, système savant transmis par des livres rédigés en caractères et s'inspirant de la médecine chinoise.

e

 

 

 

 

 

 

AP0317 light Sallet Annam, Fai Fo, 1929 - Matériel pour la préparation des médecines (2)

AAVH AP0351 Sallet - Annam, 1931 - Petites armoires à pharmacie traditionnelles (région de Hoian)

e

Albert Sallet, l'Annam et l'officine sino-annamite

e

En écoutant Mme Françoise Fanget (petite fille d’Albert Sallet) évoquer voici un instant le parcours indochinois de son grand-père (de 1903 à 1930) médecin du Service de Santé de la Marine et des Colonies, devenu très vite ce qu'on appelle un "distingué annamitisant", membre correspondant de l'Ecole Française d'Extrême-Orient, il apparaît clairement qu'entre Albert Sallet et cet Annam, dont il maîtrisait aussi bien la langue littéraire que populaire, connaissait l'histoire et la culture, avait étudié les pratiques thérapeutiques et la pharmacopée, tout devait être comme disent les Viêtnamiens, une affaire  de cœur, de rencontre prédestinée.
Sans rien savoir d'Albert Sallet, de sa vie, de ses engagements, la seule lecture de "L'officine sino-annamite en Annam"* suffirait à nous en convaincre. Sentiment fort, s'enracinant dans l'exigence d'une démarche scientifique elle-même soutenue par l'immense faculté d'accueil qu'exige la connaissance de l'autre et de ses différences essentielles.
Cet important ouvrage sur l'étude scientifique "des pharmacopées chinoise et annamite " fut commandé en 1925 par le Gouvernement général et par la Résidence supérieure de l'Annam au Dr Sallet dans le contexte colonial de l'époque à des fins scientifiques certes mais également pédagogiques (en direction des médicastres et apothicaires asiatiques et de leurs procédés empiriques) et économiques (médecine traditionnelle populaire à moindre coût).
Cette recherche s'inscrivait naturellement dans la continuité de nombreux travaux menés sur les matières médicales d'Annam, ceux de Loureiro, de Mgr Taberd, de Dumoutier, du Dr. Regnault, du Père Souvignet, de Perrot et Hurrier, de Crevost et Pételot.
« Mais, écrit, le Dr Gaide, inspecteur général des services sanitaires et médicaux de l'Indochine, dans sa préface à l'ouvrage en 1930, le travail du docteur Sallet marque un effort plus considérable qui sera très
heureusement utilisé pour des études ultérieures ayant pour but de reconnaître les principes de tous ces produits médicinaux… Travail qui dépasse longuement la tâche pour laquelle j'avais sollicité sa compétence". Un tel résultat trouve sa justification dans cette rencontre avec le pays d’Annam - du scientifique - médecin et botaniste - de l'homme de terrain ayant vécu de longues années au contact des populations indigènes, connaissant leur langue, leur culture et leur mentalité, et de l'homme d'ouverture, dirait-on aujourd'hui. Sur la conduite de sa recherche, le Dr Sallet d'ailleurs s'explique :
"Dans le cours de ce travail sur la pharmacopée sino-annamite, j'ai tenu à me dégager le plus possible des documentations européennes. J'ai agi ainsi, non pas témérairement, mais pour tenter une œuvre neuve et indépendante s'appuyant uniquement sur les données de l'enseignement de Chine et d'Annam par les livres et par la fréquentation de médecins des deux pays ".
Il fait sienne cette citation du Dr Bouffard, in Annales de médecine et d'hygiène coloniales, 1930 :
"Il ne faut pas faire fi de la thérapeutique et de la pharmacopée chinoises dans lesquelles il y a beaucoup à glaner quand on pourra étudier cette riche flore médicale et apprécier ce que l'expérience de milliers d'années a fait connaître aux médecins indigènes".
C'est dans cette démarche à proprement parler segalenienne d'ouverture, de disponibilité, d'accueil, étant entendu que "l'étude médicale sino-annamite comprend ici tout un monde", qu'Albert Sallet conduisit sa recherche.
"L'officine sino-annamite..." présente, observe, analyse jusque dans les moindres détails le médecin d'Annam dans sa science des drogues, justifiant de son titre habituel de "Maître des Médecines", puisque le médecin est également le préparateur des drogues qu'il prescrit. :
L'auteur y étudie : - la formation généralement familiale des médecins initiés à la préparation de médecines dites secrets de famille, aux recettes jalousement gardées. - la boutique d'un médecin d'Annam, le matériel nécessaire aux préparations médicinales, de la table naviculaire du broyeur en passant par les marmites, pots, instruments divers jusqu'aux balances, les petites pesées étant évaluées par le balancement des  doigts avec une surprenante habileté. - la délivrance des médicaments, leur approvisionnement, la rédaction des ordonnances etc.
A sa suite, nous nous engageons dans ce monde mobile et mystérieux que nous offrent les pharmacopées sino-annamites et leur élaboration complexe selon la hiérarchie des médicaments et leur interaction. Certains ayant une action réciproque, d'autres des répugnances au feu, au métal etc. d'autres des incompatibilités (médecines de crainte ou plus encore médecines hostiles - c'est-à-dire susceptibles de causer des dommages) d'autres enfin agissant comme médicaments ambassadeurs (capables de faciliter la pénétration de certains remèdes et de renforcer leur action).
Bref, nous pénétrons tous les arcanes d'une diététique médicale et l'inventaire de ses interdits (aliments salés dans les maladies de sang par exemple), avant d'aborder dans les copieuses Notes additionnelles : ce qui touche à la cosmologie chinoise, au Yi K'ing, aux origines de la médecine, aux coutumes et croyances et à la numérologie (influence des nombres, 7 pour l'homme, 9 pour la femme ; aux rituels des récoltes de herbes médicinales et de leurs préparations, en passant par une classification de tous les remèdes dits curieux ou insolites pour ne citer que les drogues de voleurs (drogues anesthésiantes) ."Bloc des thérapeutiques, écrit A. Sallet qu'il faut prendre avec les détails de ses coins d'ombre et de ses étrangetés, par l'apport superstitieux des croyances obscures et des mythes de conjuration ».
Notes additionnelles qui traitent également de la responsabilité médicale en Annam, du simple particulier à la personne de l'empereur (Code Gia-Long prolongeant le Code des Lê, réglant les charges des médecins du palais, véritable collège de médecins royaux sous Minh Mang) et recense jusqu'aux proverbes : "Médecin, guéris-toi toi-même !" - "Vraiment, il faut mieux soigner dix hommes qu'une femme, dix femmes qu'un enfant et dix enfants qu'un vieillard!".
Richesse foisonnante de cet ouvrage qui devait être un de mes ouvrages de prédilection et de référence pendant l'élaboration du roman que voici qui paraîtra le 17 avril prochain aux Editions Robert Laffont ayant pour personnage l'illustre médecin viêtnamien du XVIIIème s., le Maître des Médecines Lê Huu Trac dit Lan-Ong "Monsieur le Paresseux" (c'est-à-dire celui qui a des loisirs - parce qu'il répugne à tout effort en vue de rechercher les vanités de ce monde - pour s'adonner à la paresse)
Au Dr Albert Sallet (personne n'y était mieux préparé) revient le mérite d'avoir fait connaître en France ce grand médecin viêtnamien, l'originalité de son esprit et sa vaste encyclopédie médicale (que les médecins actuels consultent et citent avec foi, écrit-il).

Cul 36

e

 

Le Dr. Albert Sallet et le Maître des médecines du XVIIIème siècle :

e

 Lê Huu Trac (Han Tuong Lan-Ong)

Cul 43

 

e

" On doit à Sallet, dit le Dr Pierre Huard dans un discours sur A. Sallet, une importante notice sur Hai Thuong Lan Ong (1725-1792) qui fit connaître à Paris la plus grande figure de la médecine viêtnamienne. Lê Huu Trac qui prit plus tard le surnom littéraire de Lan-Ong, Vieillard dédaigneux des biens de ce monde...
Si l’école chinoise a, en effet, directement influencé le Viêt-Nam sur les grandes questions tenant aux pouls, aux relations d'organes, à l'acupuncture et aux moxas, c'est au niveau des thérapeutiques et des matières médicales que le Viêt-Nam apporta ses vues particulières et sa littérature scientifique locale.
Après Tuê Tinh, bonze-médecin vivant au Xème  siècle qui adapta aux disciplines médicales rapportées de Chine les ressources thérapeutiques qu'offrait son pays dans le premier  livre de médecine viêtnamienne intitulé "Caractères des Médecines du Sud", Lê Huu Trac, Monsieur le Paresseux, devait, au XVIII ème siècle doter son pays d'une œuvre médicale considérable, « chef d’œuvre de la médecine viêtnamienne, soutenant la comparaison, dit le Pr. Pierre Huard avec les Grands Classiques chinois de la médecine.
Nous comprenons aisément que ce Maître des Médecines, capable d’opposer à ce critérium d'autorité qu'était la médecine du Nord ses propres thérapeutiques mieux adaptées au climat et tempéraments du Sud, ait pu séduire cet esprit curieux que fut Albert Sallet, parfaitement au fait de la médecine sino-viêtnamienne pour pouvoir mesurer la contribution originale - dans un système de conceptualisation évidemment sinoïde - de ce médecin inventif, doué comme lui, d'un sens aigu de l'observation, d'une grande liberté d'esprit et d'une extraordinaire puissance de travail.
Un article paru en 1930, dans Société d'Histoire de la médecine, sous le titre "Un grand médecin d'Annam" (présentation de notes biographiques) nous apprend qu'Albert Sallet rechercha les descendants de Lê Huu Trac au Ha-Tinh, obtint d'eux certains renseignements précieux sur leur illustre ancêtre et qu'il compléta ensuite sa recherche par l'étude des archives conservées au Collège des médecins du Palais impérial de Hué et une visite au cher ermitage de la Montagne Parfumée du Maître au Nghê-An :
"Le jardin dans lequel se trouvait la maison où il habitait, au BanThuong, écrit-il,  est appelé le jardin des pêchers. De l'existence de ce lieu du Maître des Médecines, il subsiste un monticule et un étang. Sur le monticule, il avait coutume de faire hisser à bout de mât une longue bande d'étoffe dont la présence n'avait qu'un seul but, celui d'indiquer au préparateur sage la direction du vent (pour la préparation des drogues) et les enseignements qu'il fallait en déduire...".
Et Albert Sallet de relever un peu plus loin le paradoxe du médecin-lettré, travailleur infatigable toujours par monts et par vaux, pédagogue exigeant, qui fit choix du pseudonyme, ô combien ironique de Monsieur le Paresseux, à défaut de pouvoir être un pêcheur de lune et un buveur de vent.
Nous pouvons réaliser quelle fascination - celle du chercheur, du savant, de l'historien - a pu exercer sur Albert Sallet l'encyclopédie de Lê Huu Trac qui livre un tableau fidèle de ce qu'était la médecine viêtnamienne (on disait alors sino-annamite) en cette fin du XVIIIème s. à la veille de l'invasion du Viêt-Nam par la médecine occidentale.
Œuvre médicale (entièrement rédigée en chinois et fragmentairement traduite en viêtnamien et en français) publiée du vivant de Lan-Ong et vite épuisée. La première édition en xylographie due à Vu-Xuan-Hien (1866) a été réalisée d'après des manuscrits recueillis depuis 1855, par des médecins, élèves du maître, et par ses descendants. L'Ecole Française d’Extrême Orient (EFEO), comme d'ailleurs le Fonds Sallet, en possède un exemplaire broché en 10 volumes. Une autre édition existe, faite par le bonze Thanh-cao  de 1879 à 1885 (Gaspardone, Bibliographie annamite, BEFEO, t. XXIV).
Faute de temps, nous nous contenterons ici d'énumérer les principaux titres – souvent évocateurs – des 63 volumes que compte cette encyclopédie :
- Sommaire du Nei-king, résumé en 99 feuillets du célèbre classique. - Le Bonnet des Docteurs (sur les principes de la médecine). - Le secret des reins révélé, une des contributions les plus remarquables de Lan-Ong selon le Pr. Pierre Huard. - Cueillir la racine même de la vie de la terre (étude de la rate et de l'estomac rattachés au principe terre). - La lumière éclatante de la vie des femmes ou éclaircissements sur la nature des femmes (traité de gynécologie) - Ce qu'il faut savoir quand on aime les enfants (traité de pédiatrie où Lan-Ong met en relief le rôle des émotions - origine psychosomatique de certaines maladies). - Le précieux trésor des familles. - Le Chapitre des cas clairs (guérisons). - Le Chapitre des cas obscurs (maladies incurables). - Les Préceptes de jade ( code de déontologie) dont voici un extrait:
"Le métier de médecin étant dans son essence de sauver les gens, les fatigues font partie de notre devoir et nous n'avons pas le droit de refuser de visiter un malade ou de retarder nos soins.
Si vous voulez mériter le nom d'homme en ce monde, il faut faire quelque chose d'utile à l'humanité afin que l'on ne puisse vous reprocher d'avoir passé inutilement votre vie".
Rencontre entre deux grands médecins, l'un et l'autre curieux et infatigables, l'un et l'autre marginaux et insoucieux des honneurs et des richesses, qui surent prendre leurs distances à l'égard de la société, du pouvoir et de l'esprit de leur temps.
Rencontre de deux médecines, l'une de l'Est dite douce, l'autre de l'Ouest dite sanglante, qui tendent aujourd'hui à devenir complémentaires. Une manière pour nous totalement exotique - au sens où l'entendait Victor Segalen - de méditer, grâce au Dr Albert Sallet, sur la diversité de nos rapports à la santé et à la maladie.
————————
*L’Officine sino-annamite en Annam par le docteur Albert Sallet – Exposition coloniale internationale – Paris 1931 – Indochine française – section des sciences. Paris Imprimerie nationale – Les Editions G.Van Oest
Le Docteur Sallet, Médecin Major de première classe fut chargé officiellement et par contrat, par le Gouvernement Général de l’Indochine et par le Résident Supérieur en Annam, de l’étude de la pharmacopée sino-annamite. Comme l’avaient été le Docteur Menaut pour le Cambodge,  Crevost et Pételot pour le Tonkin.
A l’issue de trois ans de travail et d’enquêtes, aidé de deux vietnamiens spécialistes des caractères, après avoir visité des centaines de pharmacie traditionnelles, un premier tome fut publié sur le Médecin annamite et la préparation des remèdes, aux éditions Van Oest, qui fut présenté à l’Exposition Coloniale Internationale de Paris en 1931.
Un deuxième tome prévu ne vit pas le jour, pour des raisons de restriction de budget, au grand désespoir de Sallet.