GRAFFEUIL Maurice

Biographie succincte de Français, civils ou militaires, enterrés au Cimetière des Français de Phu Cam transféré en 2006 sur le site de Thuy Phung. Les textes relatifs à leurs destins ont été sélectionnés par Jean Cousso. Ils ont été rédigés, soit par les familles des défunts, soit par le comité de Rédaction de l’AAVH, soit par les auteurs de l’ancien BAVH. Merci de signaler tous textes ou images inappropriés. 

e

e

Maurice-Fernand GRAFFEUIL (1882-1941)

Résident Supérieur de France en Annam de 1934 à 1940

 Cimetière des Français – Tombe A06

Cul15

 e

Tombe complète       34 light

e

Tombe de Maurice Graffeuil  et vue générale du Cimetière des Français de Hué, réhabilité par l’AAVH en 2013, après son transfert en 2006 depuis son site premier près de la Cathédrale de Phu Cam, vers le nouveau site de Thuy Phuong (Voir le chapitre « Cimetière des Français – Réhabilitation »).

Cul3

e

e

Citation à l’ordre de la Nation

Cul 39

e

« Le Gouvernement cite à l’ordre de la Nation à titre posthume : Monsieur Graffeuil Maurice Fernand, Résident supérieur de première classe en Annam. Il avait exercé les fonctions de Gouverneur Général par intérim. A cette occasion il avait affirmé ses brillantes qualités d’administrateur et de chef.
Sa longue expérience des milieux indochinois et sa politique avisée lui avaient permis d’exercer la plus heureuse influence dans un pays où il avait toujours fait apprécier son activité, son intelligence et son cœur.
Il s’était attaché aux questions économiques et son action personnelle avait été marquée par des réalisations inespérées, malgré une santé rendue précaire par ses longs séjours à la colonie. M. Graffeuil n’en avait pas moins continué, dans les circonstances les plus délicates, à fournir un travail acharné, avec le seul souci d’accroître sans cesse le prestige et le rayonnement de la France.
A succombé à la tâche. » (Extrait du J.O. du 19 juillet 1941)
Document communiqué par Jean-Pierre Ducrest

e

AP000652 LIGHT Sogny Marien

e

 

AAVH AP0652 Sogny Marien – Hué, 1934 – Palais du Co Mat – Visite du Résident Supérieur – Le Résident Supérieur Graffeuil et ses proches collaborateurs rendent visite au Co Mat Vien (Conseil Secret Royal) dans la Citadelle de Hué Les visiteurs (le Résident supérieur Graffeuil, Leon Sogny et d’autres fonctionnaires) sont debout sur l’escalier d’entrée du Co Mat, en compagnie des mandarins annamites, membres du Co Mat. Le résident supérieur présidait les séances du Conseil secret. Sur les colonnes à l’arrière-plan, des sentences parallèles en chinois classique. (C. de R. AAVH)

Cul3

e

e

 

Carrière de Maurice Graffeuil

Document communiqué par Jean- Pierre Ducrest

e

Ne le 13 novembre 1882 à Paris.
Faculté des Sciences : licencié es sciences le 20 octobre 1905 – Certificat d’Etudes Supérieures de géographie , physique, botanique, minéralogie.
Administrateur des Services Civils.
Brevet de Langues Orientales décerne le 31 août 1910 (brevet élémentaire de Langue Annamite)
1906 Cabinet du Gouverneur (De Lalande Calan)
1907 Province de Cholon. Cabinet de l’administrateur Saint Choffray. Le Gouverneur Bonhour le propose au poste d’Admin. de 5ème Cl.
1908 Province de Cholon. Administrateur Rivet, Gouverneur Outrey.
1909 Congés. Gouverneur Gourbeil.
1910 Province de Can Tho (administrateur Saint Chaffray)
1911 Province de Can Tho (administrateur De Bernardi)
1912 Mairie de Cholon  (administrateur Saint Chaffray)
1913 Mairie de Cholon  (administrateur Saint Chaffray)
1914 Province de Rachgia (chef de province Chassaing)
1915 Chef de cabinet du Gouverneur Gourbeil
1916  Chef de cabinet du Gouverneur Rivet
1917  Chef de cabinet du Gouverneur Rivet. Proposition pour la 3ème Cl.
1918 Chef de Cabinet du Résident Supérieur au Tonkin Saint Chaffray
1919 Chef de Cabinet du Résident Supérieur au Tonkin Saint Chaffray
1920 Chef de Cabinet du Résident Supérieur au Tonkin Rivet. Proposition pour la 2ème Cl.
1921 Chef de Cabinet du Résident Supérieur au Tonkin Monguillot
1922 a 1924 Résident à Nam Dinh (visite du G. Gral  Pierre Pasquier) et Maire de Nam Dinh, municipalité qu’il a contribué à créer. Proposition pour la 1ère Cl.
1925 Directeur des Bureaux de la Résidence Supérieure au Tonkin. Résuper Krauthemer
1926 Directeur des Bureaux de la Résidence Supérieure au Tonkin. Résuper René Robin
1927 Interim de Resuper au Tonkin
1931 Secrétaire Général du G.G. Dir. des Finances et des Douanes. G.G. Pasquier
1932 Secrétaire Général du G.G. Dir. des Finances et des Douanes. G.G. Pasquier
1933 Secrétaire Général du G.G. Dir. des Finances et des Douanes. G.G. René Robin
1934 Secrétaire Général du G.G. Dir. des Finances et des Douanes. G. G. René Robin
1935 à 1939 RESIDENT SUPÉRIEUR EN ANNAM
1939 Novembre à Juillet 1940 sous l’autorité du Gal Catroux
La dernière étape
Le 10 mai 1941, Maurice Graffeuil prend congé du Gouvernement annamite et se rend à Dalat pour attendre son retour en France ; à Dalat, il retrouve Jean son fils unique.
Le 25 mai, Maurice Graffeuil meurt dans l’après-midi.
Le corps est transporté à Hué à la demande de l’Empereur. Les obsèques solennelles ont lieu le 31 mai au Cimetière de Phu  Cam.

Cul3

 

e

AP000646 Light Sogny Marien

e

AAVH 0646 Sogny Marien – Hué, 1934 – Sur les marches de la Résidence Supérieure – Bao Dai rend une visite officielle au Résident Supérieur en Annam. De g. à d. le Résident Supérieur M. Graffeuil, M. Du Basty, administrateur, M. Gaye, magistrat, S.M. Bao Dai…/… (Annick Marien). Sur la hiérarchie administrative en Indochine, voir AP3621. Sur la Résidence Supérieure, voir AP1147. (C. de R. AAVH)

e

e

Qualités humaines et Action Sociale de Maurice Graffeuil

Cul3

 

e

La générosité, les qualités  humaines et les « dévouements personnels » qui ont sous-tendu l’ensemble de la carrière de Maurice Graffeuil et qui ont profondément marqué ses collaborateurs, tant Annamites que Français, méritent d’être rappelées. Elles se sont traduites, dans ses réalisations, par un important programme d’œuvres sociales qu’ont soulignées les articles de la presse indochinoise. Madame Graffeuil y tenait un rôle essentiel.
Extrait d’un article du « Sud-Est Indochinois » paru au lendemain de la mort du Résident Supérieur, intitulé : « Un grand Réalisateur : l’œuvre de M. Le Résident Supérieur Maurice Graffeuil en Annam ». Il s’agit du dernier chapitre de l’article, faisant suite à son « Action politique et Administrative » et a son « Action de revalorisation Économique » (CDR)

 

« …/… Ceux-là sont nombreux qui, ayant œuvré sous les ordres de Maurice Graffeuil, se consoleront difficilement de sa perte, car si dans les lignes de cet article nous avons voulu donner une idée des tâches qu’il accomplit, nous ne saurions y mettre le point final sans rappeler les affections et les dévouements personnels qu’il sût inspirer et que lui ont conféré, plus qu’aucune autre de ses vertus, son véritable caractère. Sous des dehors parfois un peu rudes il voulait cacher, pour mieux affirmer son autorité, un cœur excellent, compatissant à toutes les vraies infortunes et reconnaissant aux mérites réels »…/…
 
« …/… A l’actif de Monsieur le Résident Supérieur il faut enregistrer de multiples réalisations dont les conséquences dans l’ordre social sont unanimement appréciées : généralisation des vaccinations antivarioliques, assainissement des centres populeux impaludés, institution de l’enseignement post-scolaire, des cours professionnels à l’intention de la main-d’œuvre ouvrière, impression des manuels scolaires spéciaux à l’usage des minorités ethniques, organisation des colonies de vacances pour les écoliers surmenés et affaiblis, création de plusieurs nouveaux centres urbains, développement des œuvres de protection des enfants eurasiens etc. Mais il convient surtout de signaler la réussite en tous points remarquable qui est celle de la Société Lac Thien à laquelle M. Le résident Supérieur et Madame Graffeuil ont consacré une grande part de leurs bienfaisantes activités.
L’Annam était doté depuis 1930 d’une société Franco-annamite d’aide et d’assistance aux œuvres de bienfaisance en Annam (Hoi Lac Thien) placée sous le haut patronage de Leurs Majestés les Reines Mères et de sa Majesté l’impératrice, ainsi que sous la présidence d’honneur du Résident Supérieur sous l’impulsion bienfaisante de Monsieur et Madame Graffeuil ; cette société connut une extension considérable. Depuis 1934, elle étendit successivement son champ d’action à toutes les provinces de l’Annam par la création de filiales. Assuré de l’appui de leurs majestés et du gouvernement annamite, le Résident Supérieur secondé par la femme au grand cœur qu’est Madame Graffeuil, fut l’animateur de ce groupement. Placée sous le signe de la collaboration Franco-annamite et en particulier de la collaboration féminine sur le plan charitable, ces sociétés d’aide et d’assistance sont parvenues à pénétrer progressivement la masse des Vietnamiens et à atteindre plus spécialement ceux qui, trop nombreux en Annam, paient leur tribut à la misère : assistance morale et matérielle aux jeunes enfants indigents et à leurs familles dénuées de ressources, aux orphelins, aux vieillards, aux infirmes, aux enfants abandonnés, aux sinistrés, aux victimes des cataclysmes naturels , aux sous-alimentés, aux sans-logis.
Le dévouement des élites des deux Sociétés, française et annamite, groupées autour de Monsieur et Madame Graffeuil ont permis, depuis ces dernières années, de familiariser la population au fonctionnement de ces sociétés dont elle a vite reconnu le très important rôle éducateur : organisation de consultations gratuites prénatales et post-natales ; assistance aux femmes enceintes indigentes et à leurs bébés ; organisation de crèches pour les bébés abandonnés ; construction d’infirmerie rurales ; organisation  de jardins et garderies d’enfants ; création d’asiles de nuit pour les vieillards et infirmes ; construction de maisons-abris ; distribution de soupe populaire, de vêtements chauds, de layettes, de médicaments usuels et de lait ; visites à domicile, ouvroirs, distribution de secours en argent et en nature.
Ce fut le Résident Supérieur Graffeuil qui renforça l’armature de la société Lac Thien en la dotant, en 1938, d’un organisme centralisateur dénommé « Conseil Permanent » qu’il présidait  avec l’assistance des ministres du gouvernement annamite et de plusieurs personnalités du protectorat. Ce conseil se superpose aux comités d’administration de la Société et de ses filiales provinciales. Il en constitue le lien fédérateur puissant et permet la mise en application d’un plan d’action rationnel et bien adapté aux conditions locales propres à la physionomie particulière des provinces de l’Annam.
Depuis octobre 1939 et jusqu’à la création de l’Assistance Franco indochinoise aux victimes de la guerre, la Société Lac Thien, par ses filiales provinciales, organisa un réseau très important d’œuvres de guerre qui prit à sa charge toutes les expéditions à effectuer pour les travailleurs et militaires annamites appelés à servir en France. Depuis cette date, la Société poursuit sa tâche dans ce domaine. Monsieur Graffeuil s’est également attaché à résoudre les nombreux problèmes  que posait le travail en Allemagne. Il obtint rapidement que les garanties accordées aux uns et aux autres fussent appliquées  et respectées de tous. Mais le problème démographique réclamait une solution aussi prompte que possible. En effet la main-d’œuvre dans les provinces du Nord était pléthorique en certaines saisons, alors que les circonscriptions du Sud souffraient de plus en plus d’une pénurie de travailleurs. Allant aussi loin que possible dans cette voie, le chef du Protectorat favorisa les déplacements des paysans pour les habituer à sortir du cadre de leurs villages qui ne leur procurait pas toujours les moyens indispensables à leur existence. Grâce aux mesures de protection de la santé et de la sécurité de la main-d’œuvre, au maintien des liens qui attachent les travailleurs à leur village d’origine, des résultats intéressants ont été obtenus et, fait plus remarquable, l’évolution a toujours respecté et la famille et le village.
Le programme du regretté disparu touchant à l’amélioration du milieu social visait également à l’installation du village de colonisation dans les zones du Sud-Annam où la densité de la population était relativement faible et les possibilités de mise en valeur très appréciables. Là encore son action s’est révélée des plus efficaces, particulièrement au Khanh-Hoa ou dans le Haut-Donnai où de nombreux villages ont été créés. …/…
Document communiqué par Jean- Pierre Ducrest

Cul3

 

e

 

AP001713 light Desmarets

AAVH AP 1713 Desmarrets – Hué, 1936 – Inauguration du stade de Hué avec le Résuper – Sur l’inauguration des travaux réalisés à Hué sous la direction de Raoul Desmarets, ainsi que sur les manifestations qui ont accompagné cette inauguration le 2 décembre 1936, voir AP1647. Sur les Résidents Supérieurs à Hué, voir AP0714. (C. de R. AAVH)

e

e

Notule AAVH : les Résidents Supérieurs à Hué

Par Roger Bonnet, membre du Comité de Rédaction de l’AAVH

Cul19

r

Le premier Résident supérieur en Annam fut mis en place en 1886. Avant cette date, le représentant de la France à Hué était un chargé d’affaires. Ce poste fut tenu successivement par Pierre Paul Rheinart (qui l’occupa trois fois), Paul Louis Félix Philastre, Louis Eugène Palasne de Champeaux et François Jules Harmand.
Les Résidents supérieurs qui se succédèrent jusqu’en 1913, date du départ de Georges Mahé furent les suivants :
–   Charles Dillon, de 1886 à 1888 ;
–   Séraphin Hector, de 1888 à 1889 ;
–   Léon Jean Laurent Chavassieux, p.i., du 3 mai au 12 Juillet 1889 ;
–   Séraphin Hector, pour la 2ème fois, du 12 juillet 1889 au 1er Avril 1891 ;
–   Jean Thomas Raoul Bonnal, expédition des affaires, du ler avril au 26 Octobre 1891 ;
–   Ernest Albert Brière, du 27 octobre 1891 au 20 avril 1894 ;
–   Léon Jules Pol Boulloche, p.i. du  21 avril au 12 décembre 1894 ;
–   Louis Charles Frédéric Baille, p.i. du 15 décembre 1894 au 28 mai 1895 ;
–   Ernest Albert Brière, pour la 2ème fois, du 28 mai 1895 à 1897 ;
–   Jean Calixte Alexis Auvergne, de 1897 à 1898 ;
–   Léon Jules Pol Boulloche, pour la 2ème fois, du 4 février 1898 au 23 mars 1900 ;
–   Jean Calixte Alexis Auvergne, pour la 2ème fois, p. i.  le 23 mars 1900 ;  titulaire du 3 mai 1901 au 11 janvier 1902 ;
–   Paul Louis Luce, p.i. du 11 janvier 1902 au 11 février 1903 ;
–   Jean Calixte Auvergne, pour la 3ème fois, du 19 février 1903 au 10 juin 1904 ;
–   Jean Ernest Moulié, p.i., du 10 juin 1904 au 1er mai 1906 ;
–   Fernand Ernest Lévecque, p.i. le 1er mai 1906 ;  titulaire du 26 janvier 1908 au 15 août 1908
–   Paul Edgard Dufrénil, p.i. du 15 au 25 août 1908 ;
–   Elie Jean-Henri Groleau, p.i. le 25 août 1908 ; titulaire du 11 janvier 1909 au 26 Février 1911 ;
–   Henri Victor Sestier, p.i., du 26 février au 31 décembre 1911 ;
–  Jean François Eugène Charles, expédition des affaires, du 31décembre 1911 au 22 Janvier 1912
–  Georges Marie Joseph Mahé, du 22 janvier 1912 au 21avril 1913.
Après le départ du résident supérieur Mahé et jusqu’au 9 mars 1945, le poste de résident supérieur en Annam fut occupé successivement par :
–   Labbé dit Labbez, expédition des affaires, du 22 avril au 6 juin 1913;
–   Jean François Eugène Charles, pour la 2ème fois, p.i. le 6 juin 1913 et titulaire, de mai 1914 à 1920 (voir AP0723).
–   Pierre Marie Antoine Pasquier (voir AP0821), de 1920 à 1927 et fut donc celui qui resta le plus longtemps à ce poste ;
–   Jules Fries, de 1927 à 1928 ;
–   Aristide Eugène Le Fol, de 1928 à 1931 ;
–   Yves Charles Chatel (voir AP0611), de 1931 à 1934 ;
–   Maurice Fernand Graffeuil (voir AP1077), de 1934 à 1940 ;
–   Emile Louis François Grandjean de 1940 à septembre 1944 ;
–  Jean Haelewyn (voir AP3993), de septembre 1944 au 9 mars 1945. Arrêté par les Japonais après le coup de force, il est emmené en captivité à Dong Ha puis transporté en camion au Laos et au Cambodge, jusqu’à Kratié, où il est exécuté le 23 août 1945.
(Comité de Rédaction de l’AAVH)