l’Hôtel Morin de Hué

 ee

 

Documents pour servir à l’histoire de l’Indochine et du Vietnam –  Témoignages et archives collectés par l’Association des Amis du Vieux Hué – Illustrations extraites de notre fonds iconographique
Copyright © Images et textes contenus dans ce site sont protégés par © AAVH J.C. Toute reproduction en est interdite sans notre autorisation. Merci de signaler tous documents inappropriés

Drag1

 

e

 

La contribution de la NAAVH à la

 Réhabilitation de l’Hôtel Morin de Hué

 Jean Cousso, petit-fils d’Amélie Morin et d’Albert Sallet a sauvegardé une quantité importante d’archives et d’images inédites relatives aux hôtels et à la famille Morin provenant du fonds familial. Ces documents ont été enrichis de fonds privés que lui ont confiés des témoins de l’époque. Voir aussi sur ce site  la réhabilitation du cimetière des Français avec le concours de notre association.

e

Cul3

épisode

wladimir

 Wladimir et Jeanne, propriétaires de l’Hôtel Morin de Hué

e

zlight a Début Fin_01 AP000272 Alphonse Guérin   zlight b début fin +VN-A-Huê-HMorinDépart1951

Un demi siècle sépare ces deux photographies ; à gauche, en 1904, photo de l’hôtel Guérin de Hué. En 1906, à la suite d’un typhon, il est racheté par Wladimir Morin et devient le « Grand Hôtel Morin de Hué ». Commence alors une saga humaine et commerciale, celle des 6 « Etablissements Morin Frères », qui constituera la première chaîne d’hôtels – on parlait alors de « comptoirs » – du Vietnam. Elle se terminera (ou plutôt sera interrompue) en 1951. Photo de droite : 1951, Da Nang, Edmond Morin et sa femme quittent le Vietnam. Un autre demi siècle plus tard, en 2001, l’hôtel rénové renouera avec son histoire en invitant officiellement la famille Morin et en demandant à notre association d’aider à sa réhabilitation.

Cul3

e

En décembre 2006, les autorités de la province de Thua Tien décidaient de déplacer l’ancien Cimetière des Français de Hué, situé près de la cathédrale de Phu Cam, vers le site de Thuy Phuong, à 13 km au sud de la ville, près du village du même nom, pour permettre la construction d’une école sur son précédent emplacement.
Le long travail patient de l’Ambassade de France à Hanoï a porté ses fruits : les tombes ont fait l’objet d’une intelligente restauration et d’un entretien décent, dans un cadre de verdure unique, au pied de la cordillère annamitique.
Au milieu de cette plaine des tombeaux, parmi les stèles portant les noms de personnalités françaises ou vietnamiennes inséparables de l’histoire de Hué depuis Louis XVI, deux sépultures fleuries se signalent chacune par un portrait reproduit sur la pierre : Wladimir et Jeanne ne regrettent pas de reposer ensemble dans ce cadre d’une surprenante sérénité, dans ce pays qu’ils aiment, où ils ont réussi leur saga : celle des « Etablissements Morin Frères ».

e

P11000773 LIGHT   P11000774 LIGHT   P11000775 LIGHT

La direction de l’actuel hôtel Morin de Hué continue de fleurir et d’entretenir les tombes de Wladimir et de Jeanne, dans le respect de leur souvenir et de la continuité de l’histoire du bâtiment historique. (Photos J. Cousso)
La volonté des directeurs vietnamiens de l’Hôtel Saïgon Morin d’être fidèles à la mémoire de leurs prédécesseurs et à la continuité historique de l’établissement est une preuve éclatante et sans doute inattendue de cette réussite.
Wladimir pouvait refaire, maintenant rassuré, le singulier chemin qui l’avait mené, fils d’une famille pauvre du Jura, à la tête de la première grande chaîne d’hôtels (on disait alors «comptoirs») de l’Indochine. Il mesurait tout ce que sa fortune, dans les deux sens du terme, devait à la rencontre avec l’amour de sa vie : Jeanne Derobert.
e

hotel1

AAVH – AP1837 Morin Husson – Hué, 1947 – Vue aérienne du centre ville – Hôtel Morin et pont Clemenceau

e

e

H Morin PANORAMA LIGHT

L’’Hôtel Saigon Morin en 2012 (Photo J. Cousso)

 

 

e

Les débuts d’une saga

Cul 40

 
Tout avait commencé de la façon la plus classique. Arthur Morin et son frère, Aimé, s’étaient portés volontaires pour combattre au Tonkin à la fin du 19 ème siècle. Tous deux étaient les aînés d’une famille de sept enfants originaires de Mesnay, petit village proche d’Arbois dans le Jura.
A la fin de leur engagement dans l’Infanterie de Marine, les deux frères décident de se fixer dans ce nouveau pays “où tout est à faire”. Il faut dire qu’ils ont laissé en France une famille d’agriculteurs dans la misère, sans doute à la suite de la crise des vins du Jura, consécutive à la découverte du procédé de pasteurisation des vins du midi de la France. A la suite de la mort de leur mère, Arthur et Aimé décident de faire venir en Indochine leurs frères et sœurs. Ce furent d’abord Emile et Laure Morin, puis, en 1898, Wladimir et Amélie.

e

ArboisRetouchéVueGén-1913

 

Arbois, première patrie des Morin. La famille Morin était originaire de Mesnay, à deux kilomètres d’Arbois, dansle Jura. C’est là qu’Arthur, l’aîné des frères Morin, après avoir « tiré un mauvais numéro », fut envoyé en Indochine, à « l’époque héroïque ». Démobilisé à la fin de son service et voyant que tout était à faire dans ce pays neuf, Arthur fit venir un à un ses 4 frères (Wladimir, Emile, Aimé et Edmond) et ses 2 soeurs (Laure et Amélie). Le vin et le marc d’Arbois seront servis dans les hôtels Morin…

Cul3

e

La famille se reconstitue dans les difficultés. Difficultés des incertitudes liées à la fin de la “conquête ”. Difficultés d’argent : les deux plus jeunes frères et les deux sœurs se font employer dans des maisons de commerce pour quelques piastres : à Haiphong, par les magasins Honoré Debeaux et à Hanoï par les magasins Godart, ancêtre de l’UCIA. Emile, agent de police à Hanoï, mettra ses quelques ressources au service des siens. De ces moments difficiles naît une solidarité familiale qui fera la force du groupe et restera l’un des traits marquants de la famille Morin, si prompte aux petites querelles internes mais toujours soudée lorsque l’un des siens se trouvait dans la peine ou dans le besoin.
Autres constantes qui expliqueront la réussite des Morin : l’acharnement au travail et le sens de l’accueil, remarqués par tous ceux qui les ont approchés. Ce sont des “ travailleurs acharnés plein d’entregent et de ténacité paysanne, qui ont bien mérité la prospérité qu’ils ont connue (…) leur établissement attirait beaucoup de monde, à cause de l’atmosphère de famille qu’on y trouvait et qui remplaçait pour les clients une autre ambiance chère. Pour ma part j’ai gardé un souvenir reconnaissant à ces braves gens pour leur accueil affectueux de tous les jours et les services de toutes sortes qu’ils m’ont rendus, j’entends de ces services qui viennent du cœur et qu’on n’acquitte pas avec de l’argent ” (Claude Bourrin – Choses et gens en Indochine – 1910). En 1904, Emile, Wladimir et leurs deux sœurs rassemblent leurs ressources et viennent s’installer à Tourane (actuelle Da Nang) pour reprendre l’établissement de celui qu’on appelait amicalement le “père Gassier”, le long de la Rivière de Tourane. C’est à cette date que se constitue la “Société en nom collectif Morin Frères”.
Wladimir est au centre de cette première étape de la réussite, par ses qualités d’organisateur, de conciliateur et surtout par son sens inné des affaires. Cette même année 1905 sera le point de départ de la deuxième étape de la réussite : Wladimir Morin fait la connaissance de Jeanne Derobert.

e

X 0BOGAERT Viet               y A Z0,3 Alphonse Guérin

H. Bogaert est le constructeur du bâtiment (1901) qui deviendra l’Hôtel Morin : il en fait une cimenterie, qu’il revendra à M. Guérin. M. Bogaert vend son affaire à Alphonse Aldéric Guérin, sans doute à la suite du typhon de l’année 1904. Alphonse Guérin fait de ce bâtiment le  » Grand Hôtel de Hué « , premier hôtel susceptible d’accueillir les Européens de passage à Hué. Ce dernier en fait le premier hôtel de Hué qu’il revendra peu de temps après à Wladimir Morin en 1906, pour des raisons familiales.

ee

_26 AP000211 Alphonse Guérin light             _25 AP000211 LIGHT Alphonse Guérin

 

AAVH AP0211 Alphonse Guérin – Page de couverture du « catalogue des articles de consommation de l’hôtel Guérin ». 1906. … Comptoir général. « Prix courant. A. Guérin Successeur de l’ancienne maison H. Bogaert – 15 mai 1906).  » Alphonse Guérin avait déjà réalisé en 1906 un comptoir qui, selon ses propres paroles, pouvait « fournir n’importe quoi, comme le Bazar de l’Hôtel de Ville« . Il suffit de feuilleter le dernier catalogue qu’il ait édité et rapporté en métropole pour s’en persuader : cela va des liquides et spiritueux à la quincaillerie la plus variée, des articles de bonneterie à la lampisterie, des huiles, essences, peintures aux armes et munitions de chasse. Ce catalogue a été corrigé et complété de la main d’Alphonse Guérin, sans doute en vue d’un bon à tirer.

e

 

ZX Portraits LIGHT frères et soeurs

 

La « tribu Morin » : des « travailleurs acharnés » qui ont le sens de l’accueil. De g. à dr. 1 – Arthur, démobilisé de l’armée fait venir ses frères et soeurs. 2- Wladimir a le sens des affaires : il acquiert d’abord les hôtels de Tourane puis de Hué au tout début du siècle ; il sera la cheville ouvrière des « Etablissements Morin Frères ». 3 – Emile sera le gérant de l’hôtel de Tourane, puis de Bana (1923). 4 – Amélie Sallet née Morin sera l’indispensable gestionnaire des hôtels et disparaîtra trop tôt, épuisée par une vie de travail. 5 – Laure secondera sa petite soeur Amélie.

e

Zx eDReHenri LIGHT

A la suite de la disparition de Wladimir Morin, en 1942, ses trois fils Edmond, Henri et René reprennent la direction des Hôtels de Hué et Tourane-Danang. Il seront les derniers propriétaires français.

Cul11

 e

Wladimir rencontre Jeanne et la fortune

Cul 43

e

Wladimir avait fait la connaissance à Hué de Monsieur Derobert, industriel et « soyeux » de Lyon, marié avec une « Annamite » d’origine chinoise. Il va tomber éperdument amoureux de leur fille unique : Jeanne Pauline. Parallèlement, il semble qu’il ait reçu de M. Derobert, avant même le mariage avec Jeanne en 1914, un appui financier conséquent qui, ajouté au capital des Morin, permettra à la « tribu » d’acquérir, en moins de deux ans, le Grand Hôtel Guérin.
Ce bâtiment, à l’époque unique hôtel de Hué, avait été construit en 1901 par M. Bogaert, officier qui avait participé à la prise de Hué en 1885. Après sa démobilisation, Bogaert s’était lancé dans les affaires en achetant et en restaurant l’usine de tuiles et de briques de Long Tho, qui avait, pendant près de deux siècles, produit les matériaux nécessaires à la construction des palais et des tombeaux de Hué, de Gia Long à l’avènement de l’empereur Tu Duc.Bogaert en fait rapidement une cimenterie moderne dont les bénéfices lui permettent de construire les bâtiments du premier « Grand Hôtel de Hué » dont M. Guérin se rend acquéreur en 1904. Les activités d’Alphonse Guérin se concentrent alors sur l’hôtellerie et la vente, directe ou par correspondance, d’articles de consommation. Lors de son acquisition à la fin de 1906, le Grand Hôtel est déjà fréquenté par les personnalités et les rares Français de la capitale, comme les ingénieurs et techniciens qui travailleront à la construction des chemins de fer et de la gare de Hué. Mais ce qui impressionne, c’est le catalogue de « Vente par correspondance » que Guérin avait mis au point. Les articles vont des armes et munitions de chasse aux vins et eaux minérales en passant par le foie gras, les bicyclettes, la Chappellerie, les chaussures, les ciments etc.

Cul17

 

C’est donc une entreprise déjà florissante que Wladimir Morin rachète en 1906 à M. Guérin, malgré les dégâts qu’avait subis le bâtiment principal lors du typhon de 1904. Wladimir et sa famille lui donneront une importance et une réputation telles qu’ils en feront un monument historique, inséparable de l’histoire de Hué.
Progressivement, les “Etablissements Morin-Frères” de Tourane et de Hué vont s’agrandir des hôtels Morin de Ba Na (station d’altitude à l’ouest de Da Nang), de Qui Nhon, de Nha Trang et de Bach Ma (station d’altitude à l’ouest de Huê). Le succès sera tel que les Morin vont acquérir petit à petit la quasi totalité des bâtiments européens de la ville : « Wladimir avait acheté en viager après la guerre de 1914, la plus grande partie des maisons européennes de Huê. Il les louait vides, ou meublées des meubles Morin que nous avons tous connus » (Mme Henri Cosserat).
A partir de 1930 et jusqu’au début de la guerre, on peut dire sans exagération que la quasi totalité des Français qui habitent Hué ou transitent par Hué pour aller rejoindre leur poste, sont hébergés par les Morin.

Cul 36

e

La chaîne des hôtels-comptoirs Morin Frères

e

000 6 AP001739 LIGHTMorin Husson

 

e

e

 

 BvwHuê1AP003561 Sallet      BvwHuê2LIGHT-HMorinCoins1-2-1930

Le grand Hôtel Morin-Frères de Hué vu de ses 4 angles

e

AA1 AP001886 LIGHT Morin Husson  AA3 Bana-HMorinVueGén-1930 AA4 vw+VN-A-Quinhon-HMorinFaçSud1937JPG AA5 daté Bach Ma

 

Fonds AAVH J. Cousso. La chaîne des comptoirs Morin Frères comprendra 6 hôtels dont 5 sont représentés ici :Tourane-Danang (1904), Hué (1906), Bana (1923), Quinhon (1929),  Bach Ma (1936 ?) et Nha Trang, non photographié ici, qui sera réquisitionné pendant la guerre. ( J. Cousso)

e

XX AP001832 LIGHT Morin Husson

AP AAVH 1882 Morin Husson – Hôtel Morin de Hué – La liste détaillée du personnel en 1950 est indiquée au verso de la photo.

e

_60 AP002087 Sallet

 

AAVH AP2087 Sallet – La mode importée de Paris. Hué – 1910 – Amélie s’intéressait à la mode, autant pour son plaisir que pour le comptoir d’articles de consommation de l’hôtel. Elle envoyait souvent ses tailleurs observer les touristes et visiteurs européens descendant des bateaux ou des trains, pour qu’ils dessinent et copient les derniers modèles venus d’Europe, installant presque immédiatement la mode nouvelle à Hué et à Tourane.

e

_52 AP001893 light Morin Husson

 

AAVH AP1893 Morin Husson – La salle à manger attend un hôte de marque. Hôtel Morin de Tourane – 1930

 

Cul3

e

L’activité débordante de Wladimir ne l’a pas empêché de remplir ses devoirs militaires et de participer à la vie publique de la région : en 1914, il rentre en France après 18 ans de séjour ininterrompu, pour un repos mérité. Il se disposait à revenir à Huê lorsque la guerre éclate. Mobilisé le 2 août 1914, quelques jours après son mariage avec Jeanne, il est affecté en 1915 dans une compagnie de mitrailleuses, puis en juillet 1916 au 315 ème Régiment d’Infanterie. Sa belle conduite devant Verdun lui vaudra la croix de guerre. Les lettres écrites par Jeanne à Wladimir, exposé au feu, témoignent de l’amour passionné qui les unissait

e

z011 WladimirJeanne 1914 LIGHTJeanneNinette Fiard

 

AAVH AP Fiard, non classé – Wladimir, durant la Grande Guerre, en permission à Lyon, retrouve Jeanne. Il a été mobilisé en 1914, dans la semaine qui a suivi son mariage.

 

e

L’hôtel Morin, pôle de la vie coloniale de la cité impériale

Cul 36

e

L’ emplacement privilégié de l’hôtel est un atout de taille : il est situé à un point clé de Huê, sur la rive droite de la Rivière des Parfums, à l’entrée du pont métallique qui relie la ville “ indigène ” à la Citadelle Impériale. Ce pont est le seul à l’époque. On ne pouvait traverser Huê sans l’emprunter et passer devant l’Hôtel Morin. Il avait été construit en 1899.
Voici le pont aux arcades fines comme une dentelle, jeté comme un long couloir blanc à travers la nappe bleue du fleuve que ne froisse aucune ride. Il débouche en plan incliné entre le parc verdoyant de la Résidence Supérieure et l’unique hôtel européen de la ville ” (BAVH 1916/2 1916). Plusieurs fois débaptisé, le pont a porté d’abord le nom de “ Pont Thanh Thai ” de 1899 à 1907, puis de “ Pont Clemenceau ” jusqu’en 1945 et enfin, jusqu’en 1954 le nom de “ Nguyen Hong ” avant de reprendre jusqu’à aujourd’hui son nom populaire de “ Cau Truong Tien ” (littéralement : lieu où l’on fabrique des sapèques), en référence à l’ancien Hôtel des Monnaies Impériales qui se situait autrefois à l’emplacement de l’hôtel Morin.
L’Hôtel Morin trônait au milieu des bâtiments officiels et des centres de loisirs des Européens : la façade ouest donnait directement sur la Résidence Supérieure et ses jardins. Le Cercle sportif, la Banque de l’Indochine, les Travaux Publics et le Jardin de la Ville, étaient à deux pas.

Cul26

e e

L’ambition de satisfaire à tous les besoins vitaux de la population

Cul14

e

 L’hôtel a beaucoup changé depuis 1905, et, avec lui, les services qu’il proposait. C’est après son retour de la guerre, en 1918, que Wladimir décide d’en faire une sorte de supermarché qui pourrait répondre à toutes les demandes. Le “ Comptoir Général d’articles de consommations ” de l’hôtel avait un slogan “ On peut naître dans un berceau Morin et mourir dans un cercueil Morin”.

e

 Un des centres de la vie officielle de la Capitale Impériale.

 e

Z1,9 Hué aérien IGN

 

L’emplacement idéal de l’hôtel (indiqué par le cercle) à l’angle de la « Rivière des Parfums » et de la « Route Mandarine », à l’entrée du pont « Eiffel », en face de la Citadelle et des organismes officiels : Résidence Supérieure, Trésor, Cercles civil et militaires….

e

e

On peut imaginer l’atmosphère qui régnait à l’hôtel entre les deux guerres : les notoriétés franco-« annamites » s’y retrouvaient à la fraîcheur du soir, devant un apéritif ou à l’occasion d’un de ces nombreux bals qui accompagnaient le passage d’un éminent visiteur. Sur son livre d’or malheureusement disparu, l’hôtel a enregistré d’illustres signatures : les maréchaux Joffre et Foch ; André Malraux ; Sylvain Lévy ; Léopold Cadière ; Pierre Pasquier ; Charly Chaplin, le Roi du Laos, Sisowath ; Louis Finot ; J.Y. Claeys ; le Général Catroux ; Paul Reynaud, etc.

e

 L’hôtel Morin, lieu de culture

Cul4

e

 – Culture populaire, avec le pittoresque Cinéma Morin, le premier de la ville. Il était situé à l’intérieur du bâtiment principal, à l’emplacement de l’actuelle salle de conférences. “ le cinéma allume, deux soirs par semaine, ses lampes et fait tourner ses pankas électriques au-dessus d’une foule d’indigènes, pour la plupart assis derrière l’écran, aux places les moins chères, d’où l’on voit la scène à l’envers ” (BAVH 1916/2).
– Culture “ savante ” : Wladimir Morin a apporté un concours désintéressé à des activités scientifiques ou culturelles touchant à la ville de Huê. C’est ainsi qu’il a aidé, dans des moments difficiles, l’Association des Amis du Vieux Huê dont il devint membre en 1920. Cette association qui fut la première Société savante franco-vietnamienne, réalisa, de 1914 à 1944, des études et des travaux sur les civilisations de l’ancien Viêt-nam qui font, aujourd’hui encore, autorité. Wladimir participa, en particulier, à ses actions de protection des sites de Huê et de ses environs.
Amélie Morin avait épousé le Médecin Major Albert Sallet, cheville ouvrière de l’AAVH, qui avait, à partir de cette date, élu domicile à l’Hôtel Morin lorsqu’il était à Huê. Il y entretenait un cercle de discussions très fréquenté par les savants de l’époque. Par ailleurs, l’hôtel était un des deux points de vente du légendaire Bulletin trimestriel des AVH.
Enfin, l’hôtel Morin abritait l’office de tourisme officiel de la région, correspondant du bureau du tourisme en Indochine. Il était donc le point de départ direct de visites et d’excursions. Ainsi, il organisait, dans les mois les plus chauds, les déplacements vers la montagne de Ba Na, station climatique à quelque soixante kilomètres de Huê bien connu des anciens d’Indochine. Les Morin y avaient construit un hôtel-chalet très fréquenté.

e

_37 AP001819 LIGHT Morin HussonAAVH AP001819 Sallet – Hué – 1938. Arrivée des touristes à la gare de Hué.  L’Hôtel Morin, bureau de Tourisme pour l’Annam, organisait des « Tours Opérateur ». Ici, 251 touristes débarqués à Tourane vont arriver en train à Hué pour une longue visite touristique de la citadelle et des tombeaux impériaux. A leur descente ils trouveront, rassemblés, tout ce que la ville compte de taxis, de voitures officielles et de pousse-pousse. L’essentiel des visiteurs seront conduits à l’hôtel Morin, le plus sollicité et le seul capable de recevoir, dans ses 140 chambres, un aussi grand nombre de visiteurs.

e

_38 AP002095 Sallet light

L’hôtel Morin de Hué était le Bureau de Tourisme pour l’Annam. Il organisait des circuits touristiques (vers la station climatique de Bana, Tourane, Quinhon, Faifo-Hoian… grâce à son parc automobile et sa propre station à essence Morin.

e

Cul12

e

La disparition de Jeanne (1925) et de Wladimir (1943)

Cul19

 

e

Jeanne meurt trop tôt en 1925, plongeant Wladimir dans un profond chagrin. Elle ne pourra voir grandir leurs quatre enfants : Henri, René, Aimée et Edmond. Ces derniers rentreront en France et seront pris en charge par Albert Sallet, son épouse Amélie et Laure Morin pour continuer leurs études à Toulouse (où Albert Sallet sera le premier conservateur du Musée asiatique Georges-Labit). Il se remariera après la mort de Jeanne avec Marcelle Fourel qui lui donnera un fils, Jacques.
Wladimir, séparé des siens (excepté de son frère Emile, directeur de l’hôtel de Tourane) se consacrera sans relâche à la bonne marche du Grand Hôtel de Hué et de ceux de Ba Na, Qui Nhon et Bach Ma. “Sur le pont de 5 heures du matin à 10 heures du soir, donnant à tous ses employés l’exemple d’une activité méthodique à laquelle il joignait un esprit de prévision qui ne reculait pas devant les risques” (Témoignage de M. Lafféranderie)
Au cours de l’année 1942, sa santé se dégrade et il est affligé d’un mal incurable. Au tout début de 1943, «Sentant sa fin prochaine, le vieux pionnier dont l’Indochine était devenue la patrie définitive, fait un geste bien dans sa manière, et fort touchant ; il demande qu’on le mette dans un avion et que le pilote lui fasse revoir du haut des airs une ultime fois tout le pays qu’il avait aimé. Il s’éteint pour aller dormir sous les filaos du cimetière Français de Phu Cam» (Rapporté par Marcel Richard).
Sa disparition, le 30 janvier 1943 à l’âge de 64 ans, sera douloureusement ressentie par la population de Huê et la messe, célébrée par Monseigneur Lemasle, se déroula “au milieu d’une affluence considérable. Toute la population française de Huê et de nombreux Annamites de Huê y assistaient, ainsi que des amis personnels venus de la Province ou des autres pays de l’Union ”.
Sa tombe et celle de Jeanne, alors séparées, seront réunies par les soins de l’Hôtel Saigon Morin, lors du déplacement du cimetière en 2006.

Cul3

 

e

Le Grand Hôtel de Hué après Wladimir – Les heures tragiques

 e

000 1 LIGHT 1 AP001769 Morin Husson   000 1 LIGHT 2 AP004067 Morin Edmond

AAVH AP 1769 Morin Husson – Hué, 1947 – Après la bataille – Entrée du pont Clemenceau.  AAVH AP 4067 Morin Edmond – Hué, 1946 – Tombes improvisées dans la cour de l’hôtel. Trois victimes françaises du siège de Hué ont été inhumées dans la cour de l’hôtel Morin près du banian.

e

En 1943, les trois fils de Jeanne et de Wladimir : Henri, René et Edmond, respectivement Directeur général, Directeur adjoint et Directeur technique, reprennent la gestion du Grand Hôtel Morin de Hué, malgré les difficultés liées à l’occupation japonaise puis à la Guerre d’Indochine naissante.
Les frères feront courageusement le coup de feu pour défendre leurs biens pendant le « siège de Hué » du 20 décembre 1946 au 5 février 1947. L’Hôtel Morin constitue en effet l’un des camps retranchés où se sont regroupés les civils et militaires français, assiégés par les révolutionnaires vietnamiens. Lors de ces événements, des victimes seront enterrées à l’intérieur même de la cour de l’Hôtel, près du banian qui existe encore. L’hôtel sortira de cette bataille en partie détruit et brûlé.
Le 20 décembre à 2h30 du matin, l’hôtel était attaqué par le hall d’information, certainement parce que le groupe électrogène de la radio militaire était installé dans les cuisines (…) les civils, du matin au soir, font des sacs de sable, barricadent l’hôtel avec les meubles. Il n’y a plus une glace debout, l’hôtel est ouvert à tous les vents. (…) Les chambres 21 à 36, 46 à 50 sont très abîmées. Les escaliers sont entièrement soufflés.(…) Dans la nuit du 3 janvier, la façade avant de l’hôtel a reçu 60 coups de canon 75. (…) Le 4 février, tout est démoli ; il ne reste que des pans de murs (…). (Témoignage de Mme Husson)
En juillet 1951, les Morin, représentés par Henri, Edmond et Marcelle Fourel, signent l’acte de vente de l’établissement, au profit d’un homme d’affaire vietnamien, mettant un terme à 44 années de gestion familiale. (P14 Direction et personnel de l’hôtel Morin – Hué – 1950)
Entre 1951 et 1995, le bâtiment traversera 47 ans de tribulations diverses, au cours desquelles il continuera à subir des dégradations dues au climat, à un manque d’entretien et surtout aux faits de guerre. Ainsi, en 1968, pendant « l’offensive du Têt », l’hôtel subira une fois encore de sérieux dégâts lors de la bataille de Hué, la plus longue et la plus sanglante de la guerre du Viêtnam (28 jours).
De 1957, date à laquelle il a été confisqué par le gouvernement du Sud Vietnam, à 1988, le bâtiment abritera l’Université de Hué. En 1989, confié aux bureaux du tourisme naissant de la province de Thua Thien Hué, il fait de nouveau office d’hôtel de seconde zone, ouvert aux routards et aux hippies.
L’histoire du Grand Hôtel de Wladimir et de Jeanne semble bien finie.

Cul10

 

e

1995 : les débuts d’une renaissance et d’une reconnaissance inattendues

 e

morin

 2002 : le nouvel Hôtel accueille la famille Morin et l’AAVH (Copyright  J. Cousso)

e

Au début des années 1990, les autorités de la province de Thua Thien, à la suite de l’ouverture du pays au commerce mondial (Doi Moi – Le «renouveau» depuis 1982), comprennent tout le profit qu’ils peuvent retirer d’une renaissance du tourisme dans l’ancienne Cité Impériale. Son inscription, en 1993, sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, fera très vite de la cité impériale l’un des centres touristiques les plus visités du Sud Est asiatique.
En 1995, l’entreprise Saïgon Tourism obtient le droit de reconstruire l’hôtel sur le même emplacement.
Au mois d’avril de la même année, Jean Cousso, petit-fils d’Amélie Morin et d’Albert Sallet, représentant les deux familles, est accueilli par le directeur de Saïgon Tourism dans l’enceinte de l’hôtel en pleine reconstruction. Le dialogue qui se tient entre eux durant 3 jours décidera de la renaissance des liens entre l’ancienne et la nouvelle direction de l’hôtel, entre le passé et le présent de son histoire.

e

xw Avec Ngoc Light  xw Destruction H Morin 1995  xw lightAncien restau  xwChambre Sallet

1995 : Jean Cousso représentant la famille Morin découvre l’hôtel de Hué en travaux. Il est accueilli par le directeur de l’hôtel M. Ngoc Anh qui surveille les travaux de reconstruction. Photo n° 2 : travaux de réhabilitation. N°3 : l’ancien restaurant. N° 4 : chambre qui était sans doute autrefois le bureau d’Albert Sallet, secrétaire de l’AAVH.
Les responsables des travaux tiendront compte des avis émis touchant à la sauvegarde de l’ancienne structure. Par ailleurs, ils accepteront de redonner à l’hôtel le nom de son fondateur, à un moment où le Vietnam n’était pas encore prêt à donner à des rues ou des bâtiments des noms en français (excepté ceux de médecins  bienfaiteurs de l’humanité – Yersin, Pasteur, Calmette).

e

light 30 HM   light 31 HM   light 32 HM

500 photographies confiées à l’hôtel par J. Cousso (AAVH) pour un usage strictement interne, serviront son cachet colonial

e

Z24 HM            Z25AP008042 Cousso Hué, 1929 - Couverts en argent de l'hôtel Morin de Hué, confiés à l'H.M. en 2009

 En 2004, l’AAVH et la famille Morin, représentée par son dernier directeur « colonial », Edmond Morin, remettent à l’hôtel le buste du fondateur réalisé par son fils Bernard Morin. Ce buste est placé dans le hall d’entrée. En 2010, Jean Cousso confie officiellement à l’Hôtel Saigon Morin, en la personne de son directeur en titre, deux couverts en argent de style Art Déco frappés du sceau de la famille Morin, réalisés en 1925, pour être exposés au public.
 La collaboration entre les représentants de l’ancien et du nouvel hôtel se consolidera les années suivantes, en particulier par trois événements :
– En 1998, installation d’un buste de Wladimir Morin en bronze, réalisé en 1997 par son petit-fils Bernard Morin (P17 1998 – Installation du buste du fondateur de l’hôtel)
– En 2001 Accueil officiel du dernier directeur de l’hôtel colonial : Edmond Morin, alors âgé de 79 ans, et de sa famille. (Voir photo en fin d’article)
 En 2002 la Nouvelle Association des Amis du Vieux Hué confie à l’hôtel des photographies évoquant la vie des anciens hôtels Morin et les fastes du Hué du début du XXe siècle. Depuis, quelque 500 photos encadrées sont exposées dans tous les lieux de passage. Cette exposition permanente – uniquement réservée à l’hôtel qui ne peut en faire un usage commercial – et le buste de Wladimir sont l’objet d’une attentive curiosité de la part des touristes qui s’y attardent avant de regagner leur chambre. Plus tard, en 2010, Jean Cousso remettra au Directeur de l’Hôtel Morin pour y être exposés, deux couverts en argent, datant de 1925, au nom des familles Morin et Sallet.
L’hôtel n’a pas regretté cette « réconciliation » puisque des milliers de francophones, et d’anciens d’Indochine ont choisi d’y être hébergés. Au demeurant, son succès commercial lui a permis de rajouter un étage au bâtiment, qui compte aujourd’hui quelque 180 chambres.
Jeanne et Wladimir ne pouvaient rêver mieux que cet heureux dénouement de leur vie, de leur amour et de leur oeuvre ; ils savaient la chance de voir leur mémoire respectée et leur nom sauvegardé, dans un pays qui sortait d’un demi siècle de guerre et de haine.
Non, ils ne regrettaient pas d’être enterrés côte à côte et de voir leurs tombes fleuries et entretenues par le nouvel hôtel : c’était tout à son honneur.

Cul 39

e

© 2013 www.aavh.org

Webmaster : MUNSCH Christophe