Principaux fonds sauvegardés

Copyright © Images et textes contenus dans ce site sont protégés par © AAVH J.C.
Toute reproduction en est interdite sans notre autorisation.   

e

DOCUMENTS POUR SERVIR A L’HISTOIRE DE L’INDOCHINE ET DU VIETNAM
 Témoignages et archives collectés par l’Association des Amis du Vieux Hué – Illustrations extraites de notre fonds iconographique
Drag1

 

e

Les principaux fonds iconographiques sauvegardés par la NAAVH J.C.

Cul3

e

 

 

Fonds Albert Sallet

AP000382 Sallet

 Exemple : AAVH AP0382 Sallet – Annam, Tourane, 1930 – Visite du roi du Siam au musée cham (6)

 e

Albert Sallet (1877-1948), médecin Major des Troupes Coloniales a collecté tout au long de sa carrière en Indochine (1903-1931) et en France (1931-1948), en marge de ses enquêtes et de ses recherches, un fonds d’archives (plus de 15 000 manuscrits) et d’images, dont une grande partie concerne Hué et sa région. Ses missions  et ses titres (Cofondateur avec Léopold Cadière de l’AAVH – Correspondant de l’EFEO – Conservateur du Musée Cham de Tourane (actuelle Da Nang) – Chargé par Pierre Pasquier, G. Général de l’Indochine, de l’inventaire des Matières Médicales pour l’Annam – Responsable d’une enquête officielle auprès des villages du centre Annam – Premier Conservateur du Musée Labit de Toulouse…) lui faciliteront une sauvegarde essentielle du patrimoine vietnamien, (Voir la biographie d’A. Sallet – AP0340)

Cul9

e

Fonds Sogny-Marien

AP001503 Sogny Marien

 Exemple : AAVH AP1503 Sogny Marien – Hué, 1929 – Assemblée Générale des membres de la Famille Impériale

 e

Le fonds iconographique collecté par Léon Sogny (1880-1947) en 40 années de service en Annam (1905-1947) constitue sans aucun doute l’un des plus précieux témoignages sur les grandes cérémonies qui ont jalonné la vie de la cour impériale de Hué et des autorités coloniales en charge du Protectorat. L’exceptionnelle qualité des images s’explique par la longue carrière de Léon Sogny dans le corps de la Garde Indochinoise, et surtout dans son rôle unique de responsable de la sécurité des empereurs, de ThanTai à Bao Dai, puis de la Sûreté générale en Annam, Il est de toutes les manifestations qu’il surveille et co-organise lui-même, au cours desquelles il s’adjoint les services de photographes privés et officiels. Ainsi, après le retour de Bao Dai en Annam (à la mort de son père l’empereur Khai Dinh) Léon Sogny accompagne le nouvel Empereur dans ses trois tournées de 1932-1933 qui font l’objet d’un reportage méthodique.

Cul9

e

 Fonds Despierres

AP002475 Despierres

Exemple : AAVH AP2475 Despierres – Environs de Hué, 1932 – Tombeau de Khai Dinh – Vue aérienne (3)

e

Ce fonds iconographique comprend plus de 600 photographies prises ou collectées par René  Despierres et par son fils Jean, vice-président de la NAAVH. René Despierres, fonctionnaire des PTT,Arrive en Indochine en 1930. Il y fait carrière jusqu’en 1950. Au cours de ce séjour, René Despierres, sinologue, membre de la Société de Géographie, de la SEI  et de l’AAVH,  a publié des ouvrages et de nombreux articles dans les revues de la colonie (Indochine – BAVH).
Jean Despierres a fait ses études primaires et secondaires aux lycées Albert Sarraut et Yersin jusqu’en 1946. Après ses études à l’école des HEC, il est revenu au Sud Viêt Nam en 1950 pour le compte des Brasseries et Glacières de l’Indochine (BGI) et y a séjourné jusqu’en 1975. Intéressé par l’archéologie, l’art et les religions du Champa, du Cambodge et du Viêt Nam, il a publié des articles documentés, en particulier dans le Bulletin de la NAAVH. Vice-président de l’association depuis 1998, il a collaboré et participé à l’organisation de ses colloques et manifestations (Toulouse, Nice, Musée Albert Khan, Musée d’Aquitaine de Bordeaux, Sénat etc.)

Cul9

e

Fonds Morin

AP001819 Morin Husson

Exemple : AAVH AP1819 Morin – Hué, 1938 – Gare de Hué – Attente des 251 touristes du S/S Franconia

e

Ce fonds iconographique est remarquable si l’on tient compte du cadre dans lequel les photographies ont été prises. L’hôtel Morin fondé par Wladimir et Jeanne Derobert en 1905 est le premier hôtel historique de Hué, construit en même temps que son vis-à-vis, le Pont Clemenceau. Il restera, jusqu’en 1945, le centre des activités commerciales, culturelles et touristiques des Européens et sera le témoin essentiel des heurs et malheurs de la capitale impériale. Les Etablissements Morin Frères s’agrandiront de 5 hôtels du même nom à Tourane (Da Nang), Bana, Qui Nhon, Nha Trang et Bach Ma, ce qui enrichira le fonds iconographique. Réhabilité en 1996, notre association fera de l’hôtel Saigon-Morin un véritable musée de la photographie en autorisant la direction à reproduire le long de ses couloirs quelque 500 clichés rappelant les fastes et la grandeur du Hué du début du XXème siècle. (Lire l’histoire des 6 hôtels Morin dans le menu « Réalisations »).

Cul9

 

e

 Fonds Dégremont

AP007745 Dégremont 3

 

Exemple : AAVH AP7745 Dégremont – Tourane, 1932 – Arrivée de S. M. Bao Dai sur l’Alerte

e

Le fonds Dégremont est constitué de 340 tirages réalisés par Jean Cousso à partir de plaques de verre aujourd’hui détruites, ce qui confère aux « scans » réalisés, malgré une définition moyenne, le caractère d’originaux. Nous savons peu de choses des carrières du père et du fils Dégremont, ingénieurs des Travaux publics. Mais les photographies parlent d’elles-mêmes et racontent les ouvrages réalisés au centre Annam (travaux hydrauliques, barrages, ponts, routes), la vie familiale centrée sur Tourane, et la curiosité permanente pour les choses et les gens du Viêt Nam de l’époque. Avec une relation intéressante des liens étroits qui existaient entre les élites coloniales, sur place ou au cours des déplacements pendant les congés dans les colonies.

Cul9

 

e

Fonds Denis Frères

AP004197 Denis Frères

 

 Exemple : AAVH AP4197 Denis Frères – Cochinchine, Cholon, 1925 – Ensachage manuel du riz

e

Dans les années 1920, la Maison Denis Frères est implantée au Cambodge, en Annam à Tourane et au Laos à Vientiane. Ses agences couvrent ainsi tous les pays constituant l’Union Indochinoise. A Saïgon, l’entreprise bordelaise tient ses bureaux dans la célèbre rue Catinat, tout près des quais du port cochinchinois, dans lequel on compte pour 1920 plus de 1500 mouvements de navires de toutes nationalités. Les photos de ce fonds, qui ont été confiées à la NAAVH par M. Alphonse Denis en 2003 pour sauvegarde numérisée, constituent une modeste partie de son ensemble et illustrent les principales activités de la société centrées sur la transformation et le transport des produits d’une économie essentiellement agricole, principalement du riz et du caoutchouc. Le fonds s’enrichit de photographies personnelles sur les choses et les gens de l’Indochine. Sur la Maison Denis-Frères et le commerce du riz, voir AP4185. Sur le rôle décisif des Frères Denis en 1864 : la conservation de la Cochinchine, voir AP4196. Sur les privilèges et contraintes du personnel français travaillant pour la maison Denis Frères voir AP4525

Cul9

 

e

Fonds Bonnet

bonnet

 

Exemple : AAVH AP3372 Bonnet – Tonkin, Hai Duong, 1927 – Fête de Gia Long à la Pagode

e

Né au Havre en 1918, Roger Bonnet a séjourné pour la première fois en Indochine de 1933 à 1935, à Saïgon où il a fréquenté le lycée Chasseloup-Laubat et passé son baccalauréat. Il est diplômé HEC 1939. Entré dans la Maison bordelaise de commerce colonial Denis Frères, il a résidé à Saïgon de 1946 à 1956. Nommé inspecteur il a ensuite visité et contrôlé régulièrement les agences du Groupe en Indochine, ses filiales d’Extrême-Orient et de Madagascar et certaines sociétés amies en France, jusqu’en 1976. Son père, ingénieur chimiste, a travaillé à la Société Française des Distilleries d’Indochine de 1921 à 1951. (En 55 ans cela fait deux carrières indochinoises de 30 ans, avec leurs souvenirs). Il a pris de nombreuses photographies sur plaques de verre entre 1921 et 1935, qui constituent le fonds Bonnet mis à la disposition de l’AAVH. Son fils Roger les a répertoriées et mises en situation. Il en a ainsi assuré la sauvegarde Beaucoup de textes, notices ou notules du CD-Rom en ont été en partie tirés. Roger Bonnet fait partie de la NAAVH depuis février 2002. Son apport, essentiel à nos travaux, a été le plus souvent d’ordre historique, géographique ou économique. Sur les Distilleries de l’Indochine et le traitement du riz, voir AP3302

Cul9

 

e

Fonds Maurice Cosserat

AP001076 Cosserat Maurice

Exemple : AAVH AP1076 Cosserat – Hué, 1940 – Caserne de la Légation – Peloton 2 des Réservistes

 e

Le fonds iconographique Cosserat est double. Il a été collecté par deux des acteurs principaux de l’AAVH : Henri Cosserat père et Henri Cosserat fils. Chacun a consacré l’essentiel de ses activités à faire connaître et sauvegarder « la vision la plus authentique du Vietnam d’autrefois », dans le cadre de l’association animée par Léopold Cadière. Ils seront des gardiens zélés du « riche musée que constituent  Hué et ses environs », et des rédacteurs érudits du Bulletin autant que des photographes avertis des événements ou de la vie quotidienne des « Annamites ». Le père aura une vie passionnante d’aventurier commerçant avant de se « poser » à Hué en devenant un acteur essentiel du Bulletin des AVH. Le fils, enseignant réputé en Sciences Naturelles au Lycée Khai Dinh, sera le dernier Secrétaire de l’AAVH. A ce titre, il aura le triste privilège d’être témoin de son arrêt pour faits de guerre lors du Coup d’Etat japonais en 1945. Sur la biographie de Henri Cosserat Père, voir AP0952.

Cul9

 

e

Fonds Vallebelle

AP7376 Vallebelle Annam, 25 11 1933 - Tunnel du Babonneau. Tête des travaux de la tranchée nord

Exemple : AAVH AP7376 Vallebelle – Annam, 25 11 1933 – Tunnel du Babonneau. Tête des travaux de la tranchée nord

e

Charles Vallebelle (1897-1976), brillant diplômé de l’Ecole d’Ingénieur de Marseille, réalise son rêve en partant pour l’Indochine pour le compte des G.T.M. Il participe aux travaux d’achèvement de la construction du trans-indochinois entre Qui Nhon et Nha Trang. Jusqu’en 1947, excepté une affectation d’un an à Oran, sa carrière se déroulera en Indochine où  il participe à de nombreux travaux : renforcement de barrages et divers travaux hydrauliques, routes et ponts, ouvrages de défense pour l’armée à la frontière chinoise, construction à Thong d’une usine d’avions qui ne sera jamais achevée etc. Le fonds iconographique qu’il constitue s’enrichira de celui de son fils Marcel dont une partie de la jeunesse se déroulera en Indochine. Marcel Vallebelle, fidèle de l’AAVH, autorisera notre association à numériser le précieux fonds familial.

Cul9

 

e

 Fonds Desmarets

desmarets

 

Exemple : AAVH AP1679 Desmarets – Hué, 1936 – Aménagement des rives de la Rivière des Parfums. Esplanade du Phu Van Lau – Entrée

e

Les photos les plus intéressantes de ce fonds concernent les travaux réalisés dans la région de Hué entre 1933 et 1940 par Raoul Desmarets, Ingénieur Principal des Travaux Publics : Aménagement de la rive gauche de la Rivière des Parfums – Construction du Stade Olympique – Travaux d’aménagement de la station climatique de Bach Ma à 55 km au sud de Hué et de sa route d’accès.Entré à l’Ecole des Arts et Métiers de Lille en 1913, il n’en sort qu’en 1920, ses études ayant été interrompues par la guerre. Puis il travaille à Paris pour la société Riollet-Dufour, spécialisée dans le matériel et l’outillage industriels En 1922, il signe un engagement de 3 ans pour l’Indochine, s’embarque sur le paquebot l’ « Amazone » et arrive à Hué le 30 mars 1922. Attaché au Service de l’Irrigation de l’Annam, il devra, avant de rejoindre son futur poste, faire un stage avec son camarade Dégremont, un Gad’zart comme lui (voir le fonds Dégremont ci-dessus). Son stage terminé, il est affecté à Faifo (aujourd’hui Hoi An – Quang Nam) pour construire un barrage sur le Song Thu Bon à 50 kms en amont de la ville et creuser un canal de 40 à 50 km de long qui amènera l’eau de la montagne à la plaine. Sur la vie de Raoul Desmaretrs, voir AP1660.

Cul9

 

e

Fonds Fiard et Derobert

AP008996 Fiard

AP8996 Fiard – Annam, Tourane, vers 1906 – Les familles Derobert et Fiard posent sur la voie ferrée

e

 e

Ce fonds iconographique est important à plus d’un titre, car il illustre une véritable saga. L’aventure commerciale indochinoise des deux familles, originaires de Caluire (près de Lyon) commence par un contrat (1885) qui accorde à Henri Derobert l’exclusivité du commerce de la soie entre la France et la cour impériale, au lendemain de la prise de la citadelle de Hué. Les Fiard, gros entrepreneurs lyonnais, rejoignent les Derobert installés à Tourane. Pendant la première moitié du XXème siècle, les activités commerciales et industrielles de la société « Derobert Frères et Fiard » ouvriront la ville à la modernité : Import-export – Agents de la Srandart Oil – Chargeurs Réunis – Consignation de navires – Urbaine-Incendie – Exportateurs du Thé de l’Annam, soieries, cotonnade, bois brut, cannelle….  Les activités Fiard-Derobert s’agrandiront d’autres comptoirs (Faifo, Tam Ky, Quang Nam, Dong Hoi etc). La fille héritière de Henri Derobert, Jeanne, épousera en 1914 Wladimir Morin, propriétaire des Hôtels Morin de Tourane et de Hué.

Cul9

 

e

Fonds Breton

AP5762 Breton

Exemple : AAVH AP5762 Breton– Cochinchine, Saigon, 1904 – Construction de l’Hôtel de Ville

e

Ce fonds, comporte 283 photographies sur plaques de verre qui ont été confiés à Jean Cousso, à charge de les faire tirer à ses frais sur papier pour les utiliser « dans l’esprit de l’AAVH ». Ce tirage a été effectué par le Club Photo du CEL de Biscarrosse en 2003. D’après M. Breton, habitant Bordeaux, elles ont été prises en 1904-1905 par un photographe officiel dont le nom n’a pas été conservé et qui était chargé de suivre la mise en place des infrastructures du télégraphe et de l’éclairage public de la ville et de la banlieue de Saïgon. Un grand nombre des photos du fonds concerne donc le travail des ouvriers indigènes et des contremaîtres européens chargés de cette mise en place. Mais, pour notre plus grand intérêt, ce photographe inconnu, en marge de sa mission, a également dirigé son objectif sur ce qui l’entourait, nous offrant un très intéressant tableau de la vie dans Saïgon et la campagne environnante, à l’aube du XXème siècle. Il a également pris un certain nombre de photos à Phnom Penh. Sur le Fonds Breton, voir AP3930. Parmi les sujets proposés par ce fonds, on peut distinguer plusieurs thèmes principaux : -la mise en place de la ligne télégraphique ; le tramway et les chemins de fer à Saigon et dans les environs ; les constructions urbaines à Saïgon, Cholon et à Phnom Penh ; les moyens de transport des passagers ; les transports fluviaux par jonques et sampans ; le port de Saïgon, avec mention particulière pour l’escadre russe qui s’y trouvait alors ; la vie dans la campagne.

Cul9

E

Fonds Rémy Nicolle

AP7168 Rémi Nicolle Hué, 1944 - Le 11 novembre. Cérémonie devant le Monument aux Morts
Exemple : AAVH AP7168 Rémy Nicolle – Hué, 11Nov 44 – Autorités françaises civiles et militaires devant le Monument aux Morts
De 1926 à 1944, Rémy Nicolle, Inspecteur de la Garde Indigène photographie le quotidien de sa vie familiale et de ses missions aussi nombreuses que variées au cours de ses déplacements incessants, surtout dans la région de Kontum. Bonne à tout faire, partout et à tout moment, la Garde Indigène (qui devient « Indochinoise » vers 1935) se voit confier des activités qui touchent aussi bien à la réfection des routes, la construction de ponts, les contrôles douaniers, la poursuite des rebelles et la recherche des « caches, les recensements ou le recrutement de villageois pour aider à des travaux d’intérêt général. Les photographies de Rémy Nicolle en témoignent.

Cul9

E

Collecte des fonds d’images
En quelque 20 ans d’activités, l’association a collecté auprès de ses membres et sympathisants, des fonds iconographiques importants. Leurs propriétaires, témoins directs de l’époque ou leurs descendants, ont demandé à Jean Cousso de sauvegarder numériquement ces trésors familiaux. Les démarches, soumises à une convention formelle, procédaient d’un échange de service : les originaux, gratuitement numérisés, étaient aussitôt restitués à leurs propriétaires qui recevaient un double de cette numérisation. L’AAVH, en contrepartie, était autorisée à communiquer les photographies sous conditions, pour aider à la réalisation d’articles, d’ouvrages ou d’expositions réalisés « dans l’esprit de l’AAVH ».