AP0749-Sogny-Marien

AP0749-Sogny-Marien

Titre : Hué, 1935 - Sa Majesté Bao Dai

Notice : Notule : L'empereur Bao Daï Le 13e et dernier empereur de la dynastie des Nguyen a été S.M. Bao Daï. Né le 23 octobre 1913 au palais Doan Trang Vien, un des six palais des concubines royales, le prince Vinh Thuy est le fils unique de S.M. Khai Dinh. (Une rumeur veut que S.M. Khai Dinh ait été impuissant et que Vinh Thuy soit en réalité le fils d’un oncle du roi). Il est désigné comme prince héritier le 10 mars 1922 et investi à ce titre le 15 mai de la même année. Il part alors faire des études en France sous le contrôle de M. Charles, ancien Résident Supérieur en Annam (voir AP1979). Il revient à Hué en 1926 pour assister aux funérailles de son père ; il est alors intronisé sous le nom de règne de Bao Dai, "Gardien de la Grandeur". Il repart de nouveau en France pour terminer ses études (Lycée Condorcet, Sciences Politiques) et revient en Indochine en 1932 pour être couronné. Dès le début de son règne, il effectue un grand voyage dans les provinces de son royaume. En 1934, il épouse une jeune catholique du Sud qui deviendra Nam Phuong, "Doux parfum de Sud". Son fils Bao Long est né le 4 janvier 1936. Bao Daï était plutôt favorable à la France et très imprégné de l'occident. Ses rapports avec les Gouverneurs Généraux étaient bons, bien que son pouvoir ait été théorique. Pendant la période difficile de 1940 à 1945, l'Amiral Decoux a tenu à donner aux "Souverains Protégés" un prestige réel et une autorité plus grande. Par des contacts fréquents il veillait à ce qu'aucune divergence ne s'établisse entre eux et lui, face aux manoeuvres des Japonais. Le 9 mars 1945 les Japonais, pour des raisons essentiellement militaires, mirent fin à l'administration française en arrêtant tous les hauts fonctionnaires civils, les militaires ainsi que la plupart des responsables économiques, sans toucher apparemment aux hiérarchies locales. Bao Daï en profita pour, le 11 mars, dénoncer le Traité de 1884 de Protectorat de la France. Dans l'incertitude du moment - on ne pouvait alors prévoir une fin si rapide de la guerre du Pacifique - ce n'était pas un geste de si mauvaise politique, même s'il a été accompli sous la pression des autorités japonaises. D'autant plus que celles-ci tenaient en réserve une autre personnalité annamite: un descendant du Prince Canh, fils aîné de Gia Long, réfugié au Japon depuis 1905. Le 15 août 1945 le Japon capitule. Mais sur place il aide immédiatement les mouvements nationalistes, notamment le Viêt Nam Doc Lap Dong Minh Hoï (= Ligue des Associations pour l'Indépendance du Viêt Nam. En abrégé : le Viêt Minh). Celui-ci, bousculant les autres mouvements, prend le pouvoir effectif à Hanoï le 21 août sous le couvert d'un Comité National de Libération. Le 25 août 1945 Bao Daï abdique, non pas en faveur de son fils Bao Long dont la régence aurait pu être assurée par l'impératrice Nam Phuong très populaire, mais du "Gouvernement Républicain Démocratique" aux représentants duquel (Tran Huy Lieu et Cu Huy Can) il remet à Hué les attributs du pouvoir : le sceau impérial d'or et l'épée d'or de Gia Long. Au début de septembre, devenu le citoyen Vinh Thuy, il accepte les fonctions de Conseiller Suprême du Gouvernement Provisoire de la République Démocratique du Viêt Nam dont Ho Chi Minh se proclame Président. Il sera même élu député du Thanh Hoa aux élections du 6 janvier 1946 pour la première Assemblée Nationale. (A noter que pour chaque circonscription il y avait un candidat unique présenté par le Gouvernement Provisoire). Ainsi finit officiellement la dynastie des Nguyen. Si les Français vont récupérer Bao Daï à Hong Kong (où il s'était réfugié, via la Chine, lorsque les troupes de Leclerc sont entrées à Hanoï le 18 mars 1946), pour signer les Accords de la Baie d'Along le 5 juin 1948, c'est comme "Chef de l'Etat du Viêt Nam" qu'il signe le 8 mars 1949 avec le Président Auriol les Accords de l'Elysée, et qu'il nomme le 1er juillet 1949 les 45 membres d'une Assemblée Consultative. Mais l'opinion publique ne lui est pas favorable et son Président du Conseil depuis le 16 juin 1954, Ngo Dinh Diem (qui est mandarin et a été son ministre en 1932) n'a aucun mal à faire voter par référendum le 20 octobre 1955 la déchéance de Bao Daï. Il se nomme Chef de l'Etat à sa place et proclame la République Nationale du Viêt Nam (26 octobre 1955). Ainsi finit une deuxième fois la dynastie des Nguyên. Nam Phuong est décédée le 15 septembre 1963. Bao Daï est décédé le 31 juillet 1997 à l’Hôpital du Val de Grâce à Paris. (Comité de Rédaction) Sur les souverains de la dynastie des Nguyen, voir AP0594. Sur les accords de la baie d’Along, voir AP0852. Sur l'impératrice Nam Phuong, voir AP076.

Mots Clefs : Annam Thua Thien Hué 1935 S.M. Bao Dai