AP0708-Sogny-Marien

AP0708-Sogny-Marien

Titre : Hué, 1914 – Civils mobilisés pour la guerre

Notice : 1er février 1914. Sur la photographie, marqué d’une croix : Eugène Le Bris, Inspecteur de l’Enseignement, frère du futur général Henry Le Bris et de Yvonne Le Bris, épouse de Léon Sogny (voir AP0874). Notule : La mobilisation de 1914 à Hué « …/…En 1914, nous n’avions pas encore « l’Arip » (Bulletin officiel quotidien d’information), et les seules nouvelles qui nous parvenaient de la Métropole étaient de source anglaise, ou alors se trouvaient condensées, en quelques lignes, par la peu prolixe Agence Havas, et affichées à la vieille Poste, mal éclairée et peu accueillante, domaine incontesté du père Castagnier qui vous y recevait en pyjama et en savates. Inutile de préciser que les échos du drame Caillaux-Calmette ou du voyage du Président de la République en Russie n’intéressaient presque personne à Hué. La vie y était douce, insoucieuse, comme en ces paradis sans histoire d’Océanie où « tout est calme, tout est volupté ». Brusquement un vent mauvais balaya cette quiétude ; là-bas en Europe un incendie formidable se préparait à tout détruire ; en France nos frères mobilisés se trouvaient déjà sous les armes prêts à se jeter dans la fournaise. Le 3 Août, une note de la Résidence Supérieure passa dans tous les services : la guerre était déclarée entre la France et l’Allemagne, chacun devait rester à son poste et attendre les événements avec la plus grande confiance. Du coup le Cercle de la Rive Droite connut une exceptionnelle animation ; tous les « bobards » sur la Turpinite, sur la cavalerie de Rennemkamft, sur les raids extraordinaires de Védrines, furent sans discussion adoptés par tous : le bruit court…. il paraît que…. un télégramme officieux au Résuper affirme …. etc …. Ah ! jeunesse ! Nous possédions la conviction profonde que la guerre serait de courte durée, et toute à la gloire des armées alliées ; aussi la satisfaction intime d’être assurés d’en sortir vivants nous permettait de considérer les événements avec optimisme et même enthousiasme. Penchés, au Cercle, sur des cartes hérissées de petits drapeaux français, anglais ou belges, nous écoutions tous les soirs, les cours de haute stratégie des anciens, Orban, Hoppe, Castagnier, Délétie, avec beaucoup plus de foi que les commentaires plus réservés des officiers de l’active. La guerre, après tout, n’est qu’une question de bon sens …/… » (Extrait du BAVH-19374, article de Le Bris : « Le Monument aux morts de Hué ») Sur : les Annamites morts pour la France (1914-1918), voir AP1032. Sur le Monument aux Morts de Hué, voir AP2470.

Mots Clefs : Annam Thua Thien Hué Guerre 1914-1918 Mobilisation Personnage militaire