AP0655-Sogny-Marien

AP0655-Sogny-Marien

Titre : Hué, 1936 - Visite du général d'aviation Denain

Notice : Revue des troupes commandées par le général Freich. La croisière aérienne en Indochine de 25 appareils est conduite par le général Denain. Notule : Aviation - Liaison aériennes France-Indochine Après la seconde guerre mondiale les liaisons maritimes furent peu à peu supplantées par des liaisons aériennes. Voici quelques indications sur ces dernières, car les anciens coloniaux ont suivi de près leur développement. Le premier vol d'un avion en Indochine eut lieu à Saïgon le 10 décembre 1910. Puis il y eut en 1913 quelques liaisons locales effectuées par Marc Pourpe (il a eu sa rue à Saïgon dès août 1915) (AP0715). La première liaison Paris - Saïgon fut réalisée par Pelletier Doisy sur Bréguet 19 du 24 avril au 11 mai 1924. Mais ce n'était qu'un raid. Et il y en eut quelques autres : Du 11 au 20 octobre 1927, par Challe et Rapin, sur Potez 25 ; En avril 1929, par Bailly et Réginensi, sur Farman 190 ; Du 17 au 21 novembre 1929, de Hanoï à Paris, par Costes et Bellonte (voir photocopie d'une enveloppe avec cachet AP3626). La première liaison commerciale fut postale, en avril 1929 (voir enveloppe avec cachet AP3627). La première liaison complète régulière pour passagers eut lieu le 3 janvier 1931. Elle durait 11 jours, avec 79 heures de vol. En voici quel était le déroulement, 2 fois par mois, par la Compagnie Air-Orient : -de Paris à Marseille, par avion Wibault 182, avec escale à Lyon ; -de Marseille à Beyrouth, par hydravion CAMS 53 (puis 58), avec escales à Naples, Corfou, Athènes, Castellorizo, Tripoli (de Syrie) ; -de Beyrouth à Damas, en automobile, faute d'un terrain d'aviation à Beyrouth ; -de Damas à Bagdad, en avion Farman 301 ; -de Bagdad à Saïgon, en avion Fokker VlIb, avec escales à Bouchir, Djask, Karachi, Jodhpur, Allahabad, Calcutta, Akyab, Rangoon, Bangkok. Les liaisons se sont constamment améliorées ensuite, avec de nouveaux appareils et la suppression de certaines escales : -En mai 1932, en 10 jours et au rythme d'une fois par semaine, avec la mise en service de la liaison directe par avion de Tripoli à Damas. -En décembre 1933, le premier voyage de bout en bout avec le même appareil, le Dewoitine 332 "Emeraude" (F-AMMY), en 7 jours dont 49 heures de vol, ouvre de grands espoirs. Mais lors de son retour (départ de Saïgon le 5 janvier 1934 ; voir enveloppe avec cachet AP3628) l'appareil a été pris dans une tempête de neige et s'est écrasé à Corbigny (Nièvre) le 14 janvier, causant la mort de ses 10 occupants, dont Pierre Pasquier, le Gouverneur Général de l'Indochine, et de Maurice Noguès, l'initiateur de la ligne qui porte maintenant son nom. On a alors continué à utiliser plusieurs appareils pour assurer le trajet. -En 1936, en 7 jours, grâce aux hydravions Léo 242, aux avions Potez 62 et Dewoitine 338 : le jeudi, Paris, Marseille, Athènes ; le vendredi jusqu'à Bagdad ; le samedi jusqu'à Djask ; le dimanche jusqu'à Jodhpur ; le lundi jusqu'à Calcutta ; le mardi jusqu'à Bangkok ; et le mercredi jusqu'à Saïgon. -En 1938, le Dewoitine 338 est utilisé de bout en bout ; la durée du voyage est réduite à 6 jours. Escales à Marseille, Tunis, Tripoli, Benghazi, Alexandrie, Le Caire, Damas, et le reste comme ci-dessus. Après une interruption en juin 1940, les liaisons ont repris en décembre 1945 sur DC3 militaire (Dakota) en 5 jours. Puis Air France et la T.A.I. (Transports Aériens Intercontinentaux, filiale des Messageries Maritimes, voir AP1424) ont mis en service des appareils plus rapides et de meilleure capacité : -En 1947, des Douglas DC4 (non pressurisés) ; parcours en 40 heures de vol + 32 heures d’escales dont 2 nuits à Karachi et au Caire (48 passagers). -En 1949, des appareils pressurisés : DC6 et Lockheed Constellation ; 27 heures de vol + 5 à 8 heures selon les escales. -En 1951, DC6B et Super Constellation G ; 25 heures de vol + 4 à 7 heures selon les escales. -En 1958, DC7C et Super Starliner ; 22 heures de vol et 2 heures pour une seule escale. -1961, apparition des premiers avions à réaction : DC8 et Boeing 707. Le temps de vol est réduit à 17 heures ; mais il faut 5 escales car le rayon d’action est relativement faible sur les premiers modèles. D’où un temps total d’environ 22 heures. Mais les rayons d’action se sont rapidement améliorés. -En 1975, les gros porteurs : B747 et DC10 ; vol de 14 heures, plus une seule escale (en principe, car il a fallu souvent en augmenter le nombre pour assurer un remplissage satisfaisant en passagers de ces gros porteurs). -En 1995, les B747-400 et Airbus A340 vont jusqu'à Bangkok sans escale. Puis l’avion d’Air France se dirige alternativement vers Saïgon et Hanoï. Au total 13h½ de vol et 15 heures pour le parcours. (Comité de Rédaction)

Mots Clefs : Annam Thua Thien Hué 1936 - 5 décembre Armée de terre Revue - Défilé militaire Liaisons aériennes France Indochine