AP0572-Sallet

AP0572-Sallet

Titre : Hué, 1934 – Portrait de Léon Sogny à 55 ans

Notice : Notule : Léon Sogny et la lange annamite « …/…J’ai parlé à M. Génibrel. C’était un bon professeur. Je connais un annamitisant de haute valeur qui lui doit beaucoup. C’est mon vieil ami M. Sogny. J’espère qu’un jour prochain il nous racontera lui-même, comme il savait raconter, dans quelles circonstances il fit connaissance avec le P. Génibrel. Mais ce qu’il ne dira certainement pas, et ce que je dois dire ici, c’est que M. Sogny peut, à volonté, passer de la prononciation dialectale du Sud à celle du Quang Nam, à celle de Hué, à celle du Nord. Cela requiert une réelle maîtrise. C’était une jouissance pour moi, quand je résidais à Hué, et que nous partions à la découverte, M. Sogny et moi, à bicyclette, dans les villages qui environnent la capitale, c’était une jouissance pour moi de l’entendre interpeller les passants et les passantes. J’ai vu là, d’une manière frappante, comment la connaissance de la langue annamite met de suite en confiance les Annamites de toutes les classes que l’on rencontre pour la première fois. Evidemment, les qualités naturelles de M. Sogny lui ont beaucoup servi pendant sa vie, mais une des causes principales de la grande influence dont il a joui dans les milieux annamites les plus fermés, et les solides amitié qu’il s’y est créées, c’est la maîtrise avec laquelle il manie la langue annamite. Quel bel exemple pour tous…/… » (Léopold Cadière – Souvenirs d’un vieil annamitisant – Extrait de la revue Indochine N° 202 du 13 juillet 1944) Sur la biographie de Léopold Cadière, voir AP0575. Sur Léon Sogny baron d’An Binh, voir AP0659. Sur la carrière administrative de Léon Sogny, voir AP0682. Sur la Garde Indigène, voir AP1372. Sur l’évolution de l’écriture de la langue vietnamienne, voir AP0217.

Mots Clefs : Annam Thua Thien – Hué 1934 Quoc Ngu Vietnamien, langue