AP4958-Sallet

AP4958-Sallet

Titre : Saïgon, 1928 – Paquebot-mixte des « Chargeurs Réunis »

Notice : La Compagnie Maritime des Chargeurs Réunis ne disposait pas des subventions et garanties de ressources dont bénéficiait la Compagnie des Messageries Maritimes, utilisant les paquebots-mixtes pour assurer le transport des passagers sur leur ligne d’Indochine. Ils jouissaient d’une excellente réputation. Avant guerre, il s’agissait d’une série de navires portant le nom de « Cap » suivi du nom d’un de ceux de la côte indochinoise : Lay, Tourane, Varella, Padaran, Saint-Jacques. C’est l’un de ceux-ci que montre cette vignette. Notule : Chargeurs Réunis  » A l’origine de cette importante compagnie maritime l’on trouve, comme souvent, un groupe de financiers entreprenants. C’est en 1871, après la guerre qui avait vu la chute du Second Empire, que Monsieur Jules Vignal, banquier, eut l’idée d’établir une nouvelle ligne de navigation entre la France et l’Amérique du Sud. Réunissant 9 personnalités du monde de la banque, des affaires, de Paris et du Havre, les statuts de la nouvelle société seront signés le 12 janvier 1872. Quatre jours plus tard, un accord est conclu avec les Forges et Chantiers de la Méditerranée pour la construction de 6 vapeurs. Leur livraison s’échelonnera du 1er novembre 1872 au 18 mars 1873. Les moyens mis en oeuvre furent importants. Le capital de la compagnie, qui prend le nom de « Compagnie des Chargeurs Réunis », est de 8 millions de francs-or. Très vite la ligne du Brésil est prolongée jusqu’à La Plata. Le premier paquebot mixte à prendre le départ du Havre le 16 octobre 1872 fut le S/S Belgrano acheté sur cale aux armements Quenel. D’autres navires suivront, ils porteront des noms de villes sud-américaines. En 1873, le célèbre pavillon aux 5 étoiles rouges est adopté. Ces étoiles rouges qui symbolisent les 5 continents que les Chargeurs entendent relier, vaudront à la Compagnie, de la part des marins anglo-saxons le surnom de »Brandy Line ». Les débuts de la Compagnie furent difficiles ; elle connaîtra son lot de naufrages, abordages et autres fortunes de mer. A partir de 1885, les Chargeurs s’intéressent à la Côte d’Afrique Noire ; une convention postale est adjugée.  » Au début du siècle, une ligne régulière vers l’Indochine est créée, avec des départs de Dunkerque faisant escale au Havre, Bordeaux, Marseille. Enfin en 1905, un service « autour du monde » est inauguré avec 4 paquebots-mixtes, partant via Suez, revenant par l’Atlantique Sud ; cette longue route sera abandonnée après quelques années. Les Chargeurs se spécialisent alors dans les liaisons avec l’Indochine, la Côte d’Afrique et l’Amérique du Sud. En 1916, elle devient majoritaire dans le conseil d’administration de la nouvelle Compagnie Sud-Atlantique. Les Chargeurs seront également à l’origine de la Compagnie Aéromaritime (qui associait l’hydravion aux paquebots d’Afrique). Plus tard l’Aéromaritime deviendra U.T.A., depuis reprise par Air France. En 1965, les Chargeurs prennent le contrôle de la Compagnie Paquet, d’abord avec la constitution de la Nouvelle Compagnie de Paquebots ; puis, en 1970 avec la Nouvelle Compagnie des Croisières Paquet. A ce jour, les Chargeurs Réunis ont changé d’activité, mais restent un grand nom du voyage maritime dans la mémoire des amoureux des paquebots « . (Claude Molteni de Villermont – Un siècle de paquebots français par la carte postale – Editions Marcel-Didier Vrac – 1995) Sur le Port de Saïgon-Cholon, voir AP0563. Sur le Port de Commerce de Saïgon, Voir AP2559.

Mots Clefs : Cochinchine Port de Saïgon 1928 Voyage maritime Paquebot