AP0468-Despierres

AP0468-Despierres

Titre : Saïgon, 1930 – Le monument aux Morts

Notice : Notule : Saïgon – Le monument aux Morts Le monument aux morts de la guerre 1914-1918 de Saïgon s’élevait sur une place derrière la cathédrale, à l’entrée de la rue Garcerie. Il se composait d’une colonne à section carrée, surmontée d’une gloire ailée, debout sur une hémisphère et tenant dans les mains une guirlande fleurie. Cette statue était l’œuvre du sculpteur Gustave Hierholtz qui, d’après son petit-fils Jacques Hierholtz, s’inspira de sa femme pour la réaliser. Au pied de la colonne, un groupe en bronze représentait un poilu et un soldat annamite debout devant un drapeau déployé. Sur les trois autres faces du pied de la colonne, des dragons en pierre déroulaient leurs anneaux. En avant du monument, sur un petit socle en maçonnerie, une urne de bronze contenait une poignée de terre recueillie à Verdun. Gustave Hierholtz, né à Lausanne en 1877, de parents alsaciens fit ses études à l’Ecole Nationale des Arts décoratifs à Paris. Après un séjour en Algérie, il est mobilisé en 1914 et part pour l’Indochine en 1915. Grièvement blessé au cours d’un combat contre les rebelles, il est rapatrié en France pour y être soigné. De retour à Hanoi en 1919 comme directeur de l’Ecole des Arts appliqués, il est l’auteur, entre autres œuvres, du monument aux morts de Hanoï (voir AP2150), inauguré le 11 novembre 1928 et de la statue du maréchal Foch inaugurée le 11 novembre 1932. Rentré définitivement en France en 1935, il installe son atelier à Sceaux et y travaille jusqu’à sa mort survenue en 1957. (D’après « l’Album de mon grand-père » de Jacques Hierholtz. Fontainebleau – 1981)

Mots Clefs : Cochinchine Saïgon 1930 Statue – Monument aux morts