AP4693-Lesterlin

AP4693-Lesterlin

Titre : Tonkin, 1885 – Jeune lettré

Notice : Photographie prise par le docteur Hocquard. Sur les photographies du docteur Hocquard, voir AP4686. Jeune lettré, interprète auprès du consulat français de Hanoï. Il porte la tunique et le turban traditionnels, avec une chaîne en sautoir sur sa tunique. Notule : Les trésors du lettré Les quatre trésors du cabinet du lettré, en vietnamien, « Van Phong Tu Bao », sont : l’encrier, le pinceau, l’encre et le papier ou la soie. L’encrier, sur lequel le lettré dilue l’encre peut être en pierre, métal, bois ou céramique. Il en est de précieux, en jade, en laque ou en argent et de plus humbles, en tuile ou en bois. Quelle que soit sa forme, il comporte toujours une cavité “la mare” destinée à recueillir l’eau et une surface plane que l’on humecte avant d’y frotter le bâtonnet d’encre. Nous présentons quatre encriers. -encrier en pierre dont le dos affecte la forme d’une cloche bouddhique. Le support en bois est au chiffre de l’empereur Tu Duc (1848-1883) -encrier en quartz. La boîte qui le contient est ornée d’incrustations en nacre représentant quatre chauves-souris, symbole du bonheur et le caractère « longévité ». -encrier en ardoise décoré d’un motif végétal se transformant en chauves-souris. -petit encrier de voyage. Le pinceau, exprime la force dans le mouvement de la main du lettré. Il est le plus souvent formé de poils de lièvre fixés à l’extrémité d’un mince bambou. Mais il en existe de nature, de taille et de formes diverses en poils de tigre, de cerf, en cheveux d’enfant avec des manches de corne, de bois laqué ou de métal. L’encre traduit la souplesse de mouvement. Elle est fabriquée, suivant des formules souvent secrètes à partir de noir de fumée végétal (de pin ou d’essences rares) additionné de gomme ou de colle animale (gelée de cerf ou de boeuf). Chaque bâtonnet d’encre porte la marque du fabricant et des motifs taoïstes dorés à la main. Le choix du papier ou de la soie n’est pas de moindre importance ; de lui dépend la qualité finale de la calligraphie ou de la peinture. A côté de ces quatre objets précieux, on trouve dans le cabinet du lettré, le repose-pinceau qui affecte la forme de pics montagneux ou de poisson, le pot à pinceaux, en porcelaine ou en bambou, le godet, contenant l’eau qu’on verse dans l’encrier et le cachet, avec lequel le lettré signe ses oeuvres. Quand le lettré s’occupe de l’éducation des jeunes enfants, il utilise : – le Tu Thê But Thuc, le modèle d’écriture suivant les quatre méthodes de calligraphie – le Tam Tu Kinh livre (des phrases) de 3 caractères, dans lequel tout ce qu’un enfant doit savoir est exprimé en phrases de 3 caractères. Les deux phrases par lesquelles commence ce livre sont :  » Lorsque l’homme naît sa nature est foncièrement bonne « . (Comité de Rédaction) Sur les examens triennaux des Lettrés, voir AP1281. Sur les interprètes, voir AP4691.

Mots Clefs : Tonkin 1885 Auteur : Hocquard Portrait – Studio Costume – Vêtement