AP4429-Denis-Frères

AP4429-Denis-Frères

Titre : Cochinchine, Phu Loc, 1925 – Monsieur Gressier, riziculteur

Notice : Voir les 8 vignettes suivantes. Notule : Rémy Gressier, riziculteur modèle « M. Rémy Gressier est né le 29 décembre 1874 à Baralle, département du Pas-de-Calais. Il arriva en Indochine comme jeune soldat, le 16 juin 1893, à bord du transport « Annamite ». Il fut libéré du service actif le 30 octobre 1893 et débuta dans l’administration des Douanes et Régies où il servit d’octobre 1895 à juin 1896. Attiré par les grands espaces et les possibilités qu’ils offrent, il quitta l’administration pour fonder une première exploitation agricole à Soc Trang. Ses efforts persévérants dans cette voie nouvelle connurent le plus grand succès, et d’année en année, la modeste exploitation du début s’accrut de milliers et de milliers d’hectares pour devenir ce qu’elle est de nos jours : un des plus beaux domaines de l’Ouest Cochinchinois. Aux 28.670 hectares de rizières en culture qui font vivre plus de 3.000 familles de cultivateurs indochinois, M. Gressier a annexé deux rizeries, une à Soc Trang, et l’autre à Can Tho, dont la production journalière de 300 tonnes est alimentée par une flottille de chalands métalliques à moteurs d’un tonnage global de 2.700 tonnes avec 72 hommes d’équipage. Le personnel des rizeries compte le son côté 450 hommes. Profondément attaché à la terre, M. Gressier est entouré de nombreux enfants qui se sont résolument engagés dans la voie tracée par le chef de famille pour que vive et prospère une oeuvre qui est une des plus belles réussites de la colonisation française en ce pays. M. Gressier a été fait chevalier de la Légion d’honneur en septembre 1920. » (Extr. De la revue « Indochine », N°121 – 24/12/1942) M. Gressier utilisait, pour ses transports de paddy et de riz, des chalands métalliques de sa conception, long de 30 m, large de 6,50, mus par un petit moteur semi-diesel Bolinder lancé à l’air comprimé, avec des systèmes très rudimentaires d’inversion de marche et de gouvernail. Lorsqu’au début de novembre 1945 le général Leclerc décida de créer une brigade fluviale destinée à aider les mouvements de ses troupes terrestres il en confia le commandement au capitaine de frégate Jaubert. Celui-ci récupéra près des Japonais (qui gardaient ce qu’ils avaient confisqué le 9 mars 1945), les chalands Gressier. Ce dernier insista pour que son personnel (taicong et mécanicien) annamite assure la conduite de ce matériel vétuste, à l’acier de faible épaisseur et rouillé, dont ils connaissaient bien le maniement et ses limites. Jaubert y fit installer à l’avant 3 mitrailleuses et à l’arrière 1 canon de 20mm, des plaques de blindage et quelques aménagements de relatif confort. Ces « cuirassés de rivière » furent baptisés : Dévastation, Foudre, Tonnante et Lave. Ils firent un remarquable travail et les officiers de marine qui les ont commandés n’en étaient pas peu fiers. (Comité de Rédaction)

Mots Clefs : Cochinchine Soc Trang Phu Loc 1925 – 28 décembre Rizerie – Usine Portrait