AP4416-Denis-Frères

AP4416-Denis-Frères
Titre : Saïgon, 1925 – Le navire exportateur dans la Rivière de Saïgon
Notice : Transport du riz de Cochinchine par bateau vers la France (voir AP4407).

Notule : Accostage des navires en Rivière de Saïgon

Les ouvrages d’accostage des navires se développent, en rivière de Saïgon, à partir du Port de Guerre, sur une longueur de 6 kilomètres. La largeur moyenne de la rivière est, dans cette zone, de 300 mètres environ ; la surface d’eau du port maritime mesurée au niveau des hautes mers est de 180 hectares environ. Les installations du port comprennent un quai en maçonnerie en eau profonde, ayant une longueur de plus de 1.000 mètres, desservi par une voie ferrée : près de 2.500 mètres de « pierrés » ou de murs de quai de faible profondeur et une quarantaine de postes d’amarrage constitués par une ou deux bouées ou par des ducs d’Albe métalliques. En outre, le port possède six postes particuliers, dont trois aux appontements de la Compagnie des Messageries Maritimes. Actuellement, 45 grands navires peuvent mouiller ensemble dans le port et y effectuer leurs opérations en toute sécurité. Trois grands hangars publics de 90 à 140 mètres de long sont affectés au service de dédouanement des marchandises d’importation. L’outillage flottant se compose d’un remorqueur de 500 chevaux, de vieux remorqueurs de 300 chevaux, de quatre remorqueurs de 100 chevaux, de deux chaloupes de 90 chevaux, d’un ponton-digue de 50 tonnes, d’un chaland « clayton » pour la désinfection des navires, d’un chaland pour le relèvement des ancres des bouées, de deux chalands-pompes, etc. L’outillage à terre comprend, outre les voies ferrées desservant les quais, deux grues fixes, l’une de 15 tonnes et l’autre de 6 tonnes et un mât de signaux …/… Le port de Saïgon possède également des installations appartenant à des Compagnies ou à des particuliers, une série de hangars et des terres-pleins utilisés au stockage des charbons, des ateliers et des engins de carénage. Enfin, l’Arsenal de Saïgon, situé dans le Port de Guerre, en amont du port de Commerce, possède un outillage important qui peut être mis à la disposition des navires de commerce, deux formes de radoub, l’une de 158 m. 50 de longueur utilisable et de 21 m. 87 de largeur au niveau du quai, l’autre de 70 m. 70 de longueur et 10 m. 20 de largeur ; huit docks flottant de 350 tonnes ; diverses cales de construction, etc. Les travaux d’amélioration du port et le perfectionnement de son outillage sont poursuivis, chaque année, suivant des programmes établis par le Conseil d’Administration du port. L’importance croissante du port de Saïgon est accusée par la progression caractéristique de son trafic ainsi que par celle du nombre des navires qui fréquentent ce port. En 1885, le nombre des entrées des bâtiments de haute mer était de 478 : il passe à 493 en 1895, à 560 en 1905, à 683 on 1915, s’élève à 769 en 1920, pour atteindre en 1924, le chiffre de 830 unités. Les chiffres précédents ne comprennent que les navires de mer ; si l’on voulait se rendre compte de l’importance réelle du port de Saïgon, il faudrait tenir compte du trafic fluvial par jonques, chalands et navires à vapeur et du trafic de cabotage par jonques de mer. Ces deux trafics atteignent ensemble plusieurs millions de tonneaux, sans qu’il soit possible de donner un chiffre exact, aucune statistique n’en étant tenue…/… (Les Travaux Publics de l’Indochine – A. Pouyanne – IDEO 1926)
Mots Clefs : Cochinchine Rivière de Saïgon 1925 Transport maritime Bateau – Cargo Exportation – Riz