AP4196-Denis-Frères

AP4196-Denis-Frères

Titre : Cochinchine, Cholon, 1925 – Magasin à paddy (4)

Notice : Extrait d’un album publicitaire intitulé : « Avec les compliments de la Cie Fanco-Indochinoise et ceux de la Société des Riz d’Indochine Denis Frères ». Sur la Maison Denis Frères et le commerce du riz, voir AP4185. Notule : Le rôle décisif des Frères Denis en 1864 : la conservation de la Cochinchine Le traité de Saïgon du 5 juin 1862 stipulait, entre autres, la cession par la Cour de Hué à la France des 3 provinces du Sud : My Tho, Gia Dinh et Bien Hoa. Aussi révoltes et soulèvements populaires éclatent en Cochinchine de 1862 à 1864, rendant le commerce difficile. Ainsi, le 16 décembre 1862, l’amiral Bonard contient à grand peine la révolte et fait appel au renfort de la division navale de la mer de Chine. Dans ces temps difficiles, les amiraux Bonard puis de La Grandière s’appuient sur les maisons françaises de Bordeaux pour organiser le commerce dans les provinces, grâce à leur expérience et surtout à leur connaissance du pays. Dans le même temps, l’empereur Tu Duc projette la récupération des provinces cédées : elles sont les terres nourricières du Viêt Nam, mais aussi le berceau de ses ancêtres et contiennent leurs tombeaux de famille. Bien renseigné sur les incertitudes françaises à l’égard de la Cochinchine, Tu Duc envoie en France son ambassadeur Phan Thanh Gian pour proposer le rachat des 3 provinces sous forme de tribut annuel. Le commandant Aubaret, inspecteur en chef des Affaires indigènes, défend ces propositions. Alerté, le milieu colon craint pour ses entreprises tout juste lancées. Les Frères Denis se mobilisent immédiatement : ils envoient à leur père un dossier convaincant relatif aux richesses et potentialités de la Cochinchine. Denis communique ce document au député bordelais Arman de Caillavet. Bon orateur, réputé pour la qualité de ses ateliers de construction navale bordelais, son intervention au Corps législatif en mai 1864 persuade le gouvernement de ne pas abandonner le territoire cochinchinois. (D’après Delphine Boissarie – Mémoire de maîtrise : « La maison bordelaise Denis Frères et l’Extrême-Orient » – 2005)

Mots Clefs : Cochinchine Cholon 1925 Décortiquerie – Rizerie Architecture industrielle – Hangar Usine – Machinerie – Technique