AP0383-Sallet

AP0383-Sallet

Titre : Annam, Fai Fo, 1918 – Le pont japonais

Notice : Notule : Le Pont japonais de Fai Fo  » Un pont construit sur un arroyo constitue la marque la plus connue, sinon la moins formelle, du séjour des Japonais. Il est édifié à l’issue d’une des artères chinoises les plus importantes de la ville, à quelques mètres seulement du confluent de l’arroyo dans le grand fleuve. « Pont japonais » pour les Européens, « Chua Cau » (Pagode du pont), pour les indigènes, il reste désigné officiellement dans les textes et les actes en caractères par le nom de Lai Vien…/… La légende rapporte que l’empereur Hien Ton dans la 18e année de son règne, faisait à cette époque, vers la fin du printemps, sa tournée du côté du Sud. Il s’arrêta au pays de Hoi An, Huyen de Duy Xuyen où il aperçut un grand nombre de bateaux étrangers, et un pont auquel il donna le nom de Lai Vien (« aller au loin »), à cause des circonstances de sa visite. Plus populairement, ce pont était appelé Cau Ngoi, (pont en tuiles). C’est un pont couvert, avec soubassements et avant-pont maçonnés. Il est flanqué sur son côté Nord d’une construction élevée en plein ruisseau supportant une petite pagode. La direction du pont est franchement E.-O. La partie proprement dite comprend une arche principale de trois mètres de portée et deux petites arches latérales. A l’intérieur, chaque avant-pont possède une loge latérale protégée par une barrière légère et basse en bois peint. Dans chacune, une statue d’animal semble assurer la garde du pont. Vers la ville, ces statues représentent des chiens accroupis sur leur train de derrière (voir AP0454). Vers la sortie Ouest, elles représentent des singes. On ne peut rien rapporter quant à leur origine et à leur signification. De temps en temps, ces statues sont encapuchonnées de rouge et on brûle devant eux des bâtonnets d’encens. D’après une tradition, ces statues symboliseraient les dates de construction du pont. Commencés dans l’année Than (année du singe), les travaux auraient été terminés dans l’année Tuât, celle du chien, deux ans plus tard. (Albert Sallet. Souvenirs japonais à Fai Fo – BAVH.1919/3 ) Sur la ville de Fai Fo, voir AP0013. Sur les ponts couverts en Indochine, voir AP1154.

Mots Clefs : Annam Quang Nam Fai Fo 1918 Pont couvert – Japon