AP3781-Guioneau

AP3781-Guioneau

Titre : Hanoï, 1925 – Palais du Gouvernement Général

Notice : Notule : Hanoï – Palais du Gouvernement Général  » Quand Hanoï devient la capitale de l’Union indochinoise en 1886, Paul Bert, alors Résident général, fait édifier un centre administratif composé de quatre bâtiments au cœur même de la ville en bordure du Petit lac. Puis l’hôtel du Gouverneur est installé dans l’ancien consulat de France, sur le territoire de la concession, en bordure du Fleuve Rouge. Le gouverneur général Paul Armand Rousseau (1895-1896), ingénieur des ponts et chaussées, fait préparer par l’architecte Vildieu, directeur des bâtiments civils au Tonkin, un projet d’implantation et de construction des bâtiments administratifs, gouvernement général, résidence supérieure et palais de justice. Quand il prend son poste en 1897, Paul Doumer s’oppose à l’ensemble de ce projet, estimant que d’autres réalisations sont plus urgentes. Ce n’est qu’en 1900 que les travaux sont finalement démarrés. L’architecte Charles Lichtenfelder reprend le projet de Vildieu d’implantation du palais en lisière de la ville, dans un parc attenant au jardin botanique. Il en adapte les plans, en regroupant au sein d’un édifice unique les divers corps de bâtiment prévus par son prédécesseur. Le palais est inauguré en 1907. La grille d’entrée s’ouvre sur le rond-point des avenues de la République et Brière de l’Isle, à proximité du Lycée Albert Sarraut. Après avoir contourné un bassin orné d’une vasque, on accède au palais par un escalier monumental. Le plan en forme de H s’organise autour de la salle des fêtes qui occupe toute la partie centrale. Dans un article sur la visite de S.M. Dong Khanh au Tonkin publié dans le BAVH /3 de 1918, R. Orband fait la remarque suivante : « Les mandarins du Tonkin n’ont point, comme ceux d’Annam, l’habitude de ces cérémonies en la présence de l’Empereur, aussi pouvons-nous constater des hésitations, parfois même des maladresses dans l’exécution des grands prosternements. Et puis, dans cette salle immense, éclairée en plein jour à l’électricité, la réunion de tous ces mandarins en grand costume de cour constitue en quelque sorte une hybridation choquante d’archaïsme et de modernisme. Autant la cérémonie des « lay », à Hué, dans le cadre qui lui convient, est grandiose et impressionnante, autant ici elle semble mesquine et extravagante  » (D’après Le Brusc, « Le Vietnam à travers l’architecture coloniale ») Notule : Gouverneurs généraux de l’Indochine de 1887 à 1945 – Jean Antoine Ernest Constans : novembre 1886, Résident général en Annam et au Tonkin – 17 oct. 1887, G.G. de l’Indochine (sans le Laos). Sept. 1888, démissionnaire ; – Etienne Antoine Guillaume Richaud : 22 avril 1888, G.G. p.i. 8 sept. 1888, titularisé G.G. jusqu’au 31 mai 1889 ; – Jules Georges Piquet, du 31 mai 1889 à avril 1891 ; – Bideau, p.i. d’avril à juin 1891 ; – Jean Marie Antoine de Lanessan, du 21 avril 1891 au 27 décembre 1894 (révoqué par Delcassé) ; – Léon Jean Laurent Chavassieux, intérim de de Lanessan (convalescent au Japon), de mars au 29 décembre 1894 ; – François Pierre Rodier, p.i. de décembre 1894 à février 1895 ; – Paul Armand Rousseau, de février 1895 au 10 décembre 1896 ; – Augustin Julien Fourès, p.i. de décembre 1896 au 13 février 1897 ; – Joseph Athanase Paul Doumer, du 13 février 1897 à mars 1902 (démissionnaire) ; – Bonhoure, G.G. p.i. de mars 1902 à octobre 1902 ; – Jean Baptiste Paul Beau, du 15 octobre 1902 à février 1908 ; – Louis Alphonse Bonhoure, p.i. de février1908 à septembre 1908 ; – Antony Wladislas Klobukowski, du 26 septembre 1908 à janvier 1910 ; – Albert Jean Georges Marie Louis Picquié, p.i. de janvier 1910 à juillet 1910 (nommé en juillet 1910, G.G. à Madagascar) ; – Antony Wladislas Klobukowski, de juillet 1910 au 18 février 1911 ; – Paul Louis Luce, de février 1911 à novembre 1911 ; – Albert Pierre Sarraut, du 16 novembre 1911 à janvier 1914 ; – Joost van Vollenhoven, p.i. de janvier 1914 à janvier 1915 ; – Ernest Nestor Roume, de janvier 1915 à novembre 1916 (démissionne) ; – Jean Eugène Charles, p.i. de mai 1916 à janvier 1917 ; – Albert Pierre Sarraut, (2ème fois) du 16 novembre 1916 à juin 1919 ; – Maurice Antoine François Montguillot, p.i. de mai 1919 à février 1920 ; – Maurice Long, du 10 décembre 1919 au 15 janvier 1923 (meurt lors de son retour de congé en France) ; – François Marius Baudoin, p.i. d’avril à août 1922 ; – Martial Henri Merlin, du 20 février 1923 à avril 1925 ; – Maurice Antoine François Montguillot, (2ème fois) p.i. d’avril à novembre 1925 ; – Alexandre Varenne, du 28 juillet 1925 à janvier 1928 (intérim par Pasquier d’oct. 1926 à mai 1927) ; – Maurice Antoine François Montguillot, (3ème fois) p.i. de janvier à août 1928 ; – Pierre Marie Antoine Pasquier, du 22 août 1928 (il arrive à Saïgon le 26 décembre 1928) au 15 janvier 1934 (tué dans un accident d’avion) ; – Eugène Jean Louis René Robin de 15 janvier 1934 à septembre 1936 ; – Joseph Jules Brévié, de septembre 1936 au 20 août 1939 ; – Georges Catroux, p. i. du 30 août 1939 au 25 juin 1940 (révoqué) ; – Jean Decoux, du 25 juin 1940 (passation de pouvoirs le 20 juillet seulement) au 16 août 1945 (date de nomination officielle de son successeur). (Comité de Rédaction)

Mots Clefs : Tonkin Hanoï 1925 Edifice public Architecture coloniale