AP3613-Gueylard

AP3613-Gueylard

Titre : Tonkin, Lang Son, 1898-1901 – La gare (traction)

Notice : La gare de Lang Son est située au PK 147,5 de la voie ferrée de Hanoï à la frontiére de Chine. Notule : Chemin de fer de Hanoï à Lang Son et à la frontière de Chine C’est en 1887, deux ans seulement après « l’incident de Lang Son » qui opposa les troupes françaises aux chinoises, qu’une commission technique, réunie par Paul Bert, prescrivit la construction d’un chemin de fer stratégique reliant Hanoï à la frontière chinoise. Le projet adopté, outre son intérêt militaire, devait constituer l’amorce d’une liaison avec la Chine. En 1889, une décision ministérielle imposa l’écartement des voies de 0,60 m (sur l’intervention des Ets. Decauville pour faire réutiliser du matériel ayant servi à promener les visiteurs de l’Exposition Universelle de 1889) et la construction fut adjugée à une « Entreprise des Chemins de Fer du Tonkin – Ligne de Phu Lang Thuong à Lang Son », fondée par un certain Georges Soupe. Dès le départ, les difficultés s’accumulèrentn : mauvaise qualité du matériel, attaques des pirates, désertion dans les rangs des ouvriers. Le premier tronçon, de Phu Lang Thuong à Bac Le ne fut mis en service qu’en mai 1894. Pour trouver une solution aux problèmes de la construction, un ingénieur de la Cie de Fives-Lille fut dépêché en mission d’étude en décembre 1893. Il écrivait : « A partir de Bac Le, nous défilions devant les têtes de pirates qui venaient d’être décapités, pendant que la route était semée de cadavres de coolies morts de fièvre et d’épuisement sur les chantiers ou de la fatigue causée par les transports de vivres et de munitions ». En juillet 1894, la ligne atteignait Thanh Moi et Lang Son en décembre, après l’octroi d’un prêt supplémentaire de 6 millions. En février 1896, la voie ferrée passa sous le contrôle des autorités civiles qui, pour une intégration future au réseau principal, décidèrent de la convertir à l’écartement métrique (terminé en avril 1902). A l’occasion de cette reconstruction, la voie fut raccordée vers le sud au pont Doumer à Hanoï (ajouter 1900) et prolongée vers le nord jusqu’à Dong Dang (octobre 1901). De cette gare, une dernière rampe de 5 km permettait d’atteindre le lieu-dit Nam Quan (janvier 1908), où se trouvait la « Porte méridionale de Chine » et où devait aboutir une ligne chinoise à entreprendre au départ de Nan Ning. La concession de la voie ferrée entre Nam Quan, Nan Ning et Canton fut accordée à la Cie Fives-Lille. Un ingénieur de cette compagnie, Abel Gueylard (voir AP3574) vint reconnaître la ligne en 1900. Mais le projet n’aboutit pas. En 1902, la voie ferrée de Hanoï à la frontière de Chine, d’une longueur totale de 168 km, était achevée. Les gares et arrêts principaux de cette ligne étaient les suivants : -Gare de Hanoï, PK.0 -Pont Doumer. -Pont sur le canal des Rapides, ces trois premiers points étant communs avec les Chemins de Fer du Yunnan. -Yên Viên, PK. 10,9, bifurcation de la ligne CFY vers Lao Kay. -Bac Ninh, PK. 28,9. -Thi Cau, PK.32,4 (voir AP1276). -Phu Lang Thuong, PK.49 (voir AP3612). -Kep, PK. 67,1. -Bac Le, PK. 89,3. -Lang Son, PK. 147,5 (voir AP3613 et 3619). Dong Dang (voir AP4130) et Na Cham. En 1921, on déposa la voie de la section frontalière et on réutilisa les rails pour un prolongement de Dong Dang à Na Cham, long de 16 km. En 1939, la voie fut rétablie entre Dong Dang et la Porte de Chine, pour soulager le trafic de la ligne du Yunnan, mais ce projet fut définitivement abandonné quand les Japonais occupèrent Nan Ning. (D’après Hulot – Les chemins de fer de la France d’outremer et Madrolle – Indochine du Sud) Sur Lang Son – Repères historiques, voir AP3104.

Mots Clefs : Tonkin Lang Son 1898-1901 Gare Chemin de fer Auteur : R. Moreau