AP3503-Bonnet-284

AP3503-Bonnet-284

Titre : Annam, Dalat, 1929 – Villa « Cochinchine »

Notice : La villa « Cochinchine » servait de résidence de repos aux hauts fonctionnaires français. (Voir aussi AP0102 et AP3895). Notule : Ville de Dalat Dalat se trouve à 1.475 mètres d’altitude. C’est le chef-lieu de la province du Haut Donnaï, situé sur le plateau du Lang Bian. C’est en 1897 que ce plateau fut visité pour la première fois par le Dr Yersin, sous le gouvernement de Paul Doumer. C’est grâce au gouverneur général Roume qui y affecta les crédits nécessaires en 1917 que Dalat put commencer à se développer. Le gouverneur général Sarraut donna aux travaux une impulsion nouvelle en 1918, et le gouverneur général Long décida de construire le chemin de fer, depuis longtemps prévu, qui, reliant Dalat à la côte, favoriserait l’essor de la station, en promettant d’amener, à meilleur compte que les routes, les approvisionnements et les matériaux nécessaires. Cette ligne part de la station de Tourcham (voir AP3495). Aujourd’hui, on trouve à Dalat des hôtels (voir AP1890) possédant le confort moderne qui peuvent recevoir 350 personnes ; des villas coquettes et propres (voir AP0425, AP0503) sont disséminées au flanc des collines herbeuses, ornées de bosquets de pins, en vue des pics volcaniques du Lang Bian qui se dressent à 2.200 mètres. Dalat est actuellement la station la mieux aménagée de l’Indochine. Les touristes peuvent pratiquer la promenade à cheval ou à pied dans les environs de la station, le service des forêts ayant su tracer et aménager avec un grand sens du pittoresque les sentiers et les chemins (voir AP0111). Les plateaux des environs, très giboyeux, sont actuellement le meilleur terrain de chasse de l’Indochine (tigres, panthères, éléphants, bœufs sauvages, cervidés, faisans, etc.). Bien que Dalat se trouve seulement à 12° au-dessus de l’équateur, son climat bénéficie de l’altitude qui assure à sa température une agréable fraîcheur. L’insolation et la luminosité sont remarquables ; l’air est pur, vif et excite l’appétit. La persistance des brouillards est très rare, et la brume disparaît au lever du soleil. De novembre à avril, le thermomètre peut descendre la nuit sur le plateau du Lang Bian jusqu’à 10° seulement au-dessus de 0, et même moins mais le froid est alors très sain, car c’est dans cette période que l’humidité atmosphérique est la moins grande ; d’ailleurs, la moyenne de ces mois d’hiver reste de 20° environ. Les vents dépendent des saisons, comme partout en Indochine ; mais, tandis que de novembre à janvier la côte d’Annam peut subir de violents typhons et des pluies torrentielles, le Lang Bian, très généralement, jouit alors d’un temps délicieux et calme. Dalat a un climat plus tempéré que Cha Pa et il convient à des catégories plus nombreuses de convalescents. Un médecin de l’Assistance est affecté en permanence à Dalat. Un hôpital est actuellement en construction qui comprend un pavillon pour les malades européens et deux grands pavillons en bois pour les indigènes avec une salle d’opérations. Dalat possède en outre son lycée, le lycée Yersin, qui compte déjà plus de cent élèves et doit se développer progressivement. Il est possible qu’elle devienne la capitale d’été de l’Indochine, comme Simla dans l’Inde, ainsi que le prévoyait M. Doumer dès 1898. (Extrait de « L’Indochine Moderne » 1931 – Teston et Percheron – Librairie de France)

Mots Clefs : Annam Haut-Donnaï Dalat 1929 – février Habitat colonial