AP3306-Despierres

AP3306-Despierres

Titre : Hanoï, 1931 – « Village du banc de sable »

Notice : Notule : Hanoï – Le Village du banc de sable Le « village du banc de sable » est un ensemble de constructions sur pilotis ou de maisons flottantes édifiées en bordure du Fleuve Rouge, en contrebas des digues de protection, sur les dépôts d’alluvions déposés par le fleuve. Les maisons flottantes pouvaient s’élever avec la montée des eaux mais, en cas de crues très importantes (qui étaient fréquentes) les habitants étaient obligés de fuir leurs maisons inondées ou emportées et de se réfugier sur les digues. (Comité de Rédaction)  » Au fil du temps, les hommes du banc de sable ont toujours été des migrants dans la ville. Chassés du centre de Thang Long au XIè siècle pour laisser la place à la cité de l’empereur, expulsés des berges du Fleuve Rouge par la concession française, ils furent ensuite dépossédés de trente hectares par les entrepreneurs Chesnay et Boisadam qui installèrent une exploitation séricicole en 1891 sur le banc de sable. Les villageois se soulevèrent mais furent jetés en prison. Le Fleuve Rouge décida de les venger en érodant l’exploitation française qui, trois ans plus tard ne mesurait plus que cinq hectares. Soumis au courant capricieux du fleuve, les bancs de sable s’étendaient parfois sur plusieurs kilomètres, parfois se réduisaient à une peau de chagrin, comme en 1905, lorsqu’une centaine d’hectares fut avalée d’un coup. Le village du banc de sable – Phuc Xa – jailli du limon, né de l’eau mais sans cesse rongé par elle, est la métaphore hanoïenne du conflit entre l’onde et la terre ferme ». (Philippe Papin) Sur le Fleuve Rouge – Cours – Affluents – Villes traversées, voir AP1283.

Mots Clefs : Tonkin Hanoï 1931 Village flottant Fleuve Rouge