AP3089-Schneyder-Geuthner-T4P3

AP3089-Schneyder-Geuthner-T4P3

Titre : Tonkin, Hongay, 1935 - Un coin du port

Notice : Monographie dessinée de l'Indochine - Ecole d'Art de Gia Dinh. (Voir AP2556) Tonkin - Sites, gens, industrie, commerce et culte. Dessin de Jules Gustave Besson, Inspecteur des Ecoles d'art de Cochinchine (voir AP2555). Sur la Baie d'Along, voir AP1398. Notule : Ports de Hon Gay et de Cam Pha Le port de Hon Gay a été construit et est exploité par la Société Française des Charbonnages du Tonkin. Il possède une centaine de mètres de quais en béton armé accostables aux bateaux de 7 mètres de tirant d’eau. Destiné principalement au trafic de la société qui l’exploite, ce port a pris, depuis quelques années, un développement considérable. En 1924, le mouvement des navires s’est élevé à 942.830 tonneaux et le poids des marchandises manutentionnées a été de 900.000 tonnes métriques dont 874.079 tonnes à l’exportation, constituées pour la presque totalité par le charbon. Les difficultés que la Société Française des Charbonnages du Tonkin a rencontrées pour satisfaire, en ces dernières années, aux demandes croissantes de sa clientèle, l’ont amenée à développer ses moyens d’exportation en créant un nouveau port dans le centre même de la production. L’emplacement choisi pour ce nouveau port en eau profonde se trouve on bordure de la rade dite "Cam Pha". L’étude hydrographique du port et la reconnaissance du chenal d’accès ont été faites en 1922-1923 par la Mission Hydrographique de l’Indochine. Alors que Hon Gay n’est accessible, par marées favorables, qu’à des bateaux d’un tonnage maximum de 6.000 tonnes environ, le port de Cam Pha est destiné à recevoir des navires d’un tirant d’eau pouvant aller jusqu’à 10 mètres. Les installations à établir par la Société des Charbonnages, tant en eau profonde qu’à terre dans les limites du domaine public maritime, font l’objet d’une concession d’une durée de 75 ans, suivant un cahier des charges approuvé par le chef de la colonie le 13juin 1925. La société est autorisée à construire à ses frais, risques et périls, un quai d’accostage en eau profonde, et à établir sur le domaine public, en arrière de ce quai et en bordure du rivage de la mer, les ateliers, parcs et autres installations nécessaires à l’exploitation du port, ainsi qu’une voie ferrée reliant le quai aux mines de Cam Pha. Tout l’outillage du port et des nouveaux centres de production ainsi que le chemin de fer seront mus électriquement ; une centrale, dont la puissance sera de 4.000 kilowatts fournira du courant à 3.000 volts, transformé en 30.000 volts pour le transport, et ramené d’abord à 8.000 volts dans les principales stations, puis à 110 volts aux points de consommation. Le quai aura 300 mètres de longueur et permettra l’accostage simultané de deux cargos de 10.000 tonnes. Etabli par fonds de - 9m, il sera relié à la terre ferme par deux jetées en terre protégées par des enrochements. Ce quai sera desservi par 4 portiques à flèche coulissante ayant chacun une capacité de chargement de 125 tonnes à l’heure…/… Mouvement général des ports Quelques renseignements statistiques sur l’ensemble du trafic de ces ports pendant l’année 1924. Du 1er janvier au 31 décembre 1924, le trafic maritime de l’Indochine a occupé 5.793 bâtiments dont 2.739 vapeurs et 3.054 voiliers, jaugeant au total 6.824.068 tonneaux. Sur ces chiffres, le total des entrées ressort à 2.937 navires, dont 1.378 vapeurs jaugeant 3.405.706 tonnes et 1559 voiliers jaugeant 41.797 tonnes, et le total des sorties s’élève à 2.855 navires, dont 1.361 vapeurs jaugeant 3.332.555 tonnes, et 1.495 voiliers jaugeant 44.010 tonnes. Le nombre total des voiliers comprend 74,3 % de bâtiments chinois, 25,1% de bâtiments indochinois, et 0,6% de bâtiments siamois. Le nombre total des vapeurs se répartit de la façon suivante : Vapeurs anglais, 25,2% ; vapeurs français, 23,8% ; vapeurs japonais, 15,8% ; vapeurs norvégiens, 9,4% ; vapeurs chinois, 6,2% ; vapeurs de diverses autres nationalités, 19,60%.. Sous le rapport du tonnage, le classement, par pavillon est indiqué ci-après : -pavillon français : 33,3% du tonnage total avec 2.272.463 tonnes -pavillon anglais : 21,7% - 1.479.759 tonnes -pavillon japonais : 16,7% - 1.142.135 tonnes -pavillon norvégien : 8,1% - 530.732 tonnes -pavillon américain : 6,7% - 460.730 tonnes -pavillons divers : 13,5% - 938.249 tonnes D’autre part, le commerce général de l’Indochine a atteint, en 1924, une valeur totale de 6 milliards 118 millions de francs, dépassant de 1 milliard 667 millions le chiffre obtenu on 1923, qui était lui-même supérieur à celui de toutes les années précédentes. Ce résultat tient, il est vrai, en grande partie, à la hausse générale des prix, mais aussi, dans une certaine proportion, à l’accroissement même du trafic. Il se répartit comme suit : -1.860.457.607 francs pour le commerce au cabotage, ou commerce intérieur, comprenant 871.685.917 francs aux entrées et 988.771.590 francs aux sorties ; 4.257.390.685 francs pour le commerce au long cours, ou commerce extérieur, comprenant 2.023.910.467 francs au titre des importations, et 2.233.480.238 francs au titre des exportations…/… Enfin, la valeur des marchandises indochinoises exportées se répartit de la façon suivante : - Riz et ses dérivés: 1.105.371.000 francs, soit 62,4% du total ; - Autres produits : 666.170.353 francs, soit 87,6% du total…/… (Les Travaux Publics de l’Indochine - A.A. Pouyanne - IDEO 1921)

Mots Clefs : Tonkin Quang Yen Port de Hon Gay - Hongay Dessin - Crayon 1938 Sampan