AP2902-Morin-Dang-Chau-KDinh-24

AP2902-Morin-Dang-Chau-KDinh-24

Titre : Hué, 1924 – Fêtes du quarantenaire de SM. Khai Dinh – Titre de l’album

Notice : Couverture de l’album de 25 photographies publié par Dang Chau, photographe Rue Dong Ba à Hué. Sur les fêtes du quarantenaire de S.M. Khai Dinh, voir AP0713. Notule : Discours de l’Empereur Khai Dinh en préambule des fêtes du Quarantenaire. « Nous allons atteindre la Quarantaine l’année prochaine. Il serait nécessaire de célébrer la fête du quarantenaire, parce que depuis les derniers 50 ans écoulés, aucune fête semblable n’a eu lieu. Quoi qu’il en soit, Nous trouvons que quarante ans ne suffisent pas pour célébrer une fête de longévité. Et voici pourquoi : Possédant une vertu peu connue, Nous sommes montés sur le Trône il y a huit ans, et durant ce temps Nous ne nous sommes occupés que de remplir Notre devoir vis-à-vis des Empereurs des règnes précédents et des deux Reines-Mères. Quant à l’administration du pays, Nous n’avons réussi à y apporter aucune amélioration, bien que Nous ne perdions pas cette question de vue. Des fléaux naturels sont successivement survenus, et la population ne cesse de souffrir de malheurs. De plus, la concussion des fonctionnaires et des agents de l’administration n’est pas encore complètement réprimée. Voilà la question importante à résoudre. Vous autres, vous devez partager notre peine en mettant tous vos efforts à remplir votre tâche de façon à améliorer la situation du pays, plutôt que de Nous adresser de vaines paroles ou des flatteries. Notre Duc Ton Anh Hoang De (Empereur Tu Duc), sur l’instance des princes du sang, des membres du Ton Nhon et des mandarins de la Cour, en vue de la célébration de la fête trentenaire en son honneur, a mis une annotation dont un passage est ainsi conçu :  » Quoique les mandarins soient fort nombreux, il y en a peu qui déploient tout leur zèle à remplir leur tâche, de sorte que les moeurs sont déréglées, que les ressources du pays s’épuisent et que les récoltes sont perdues. Possédant une vertu peu remarquable et des connaissances peu développées, comment pourrions-Nous arriver, Nous seul, à remédier à cet état de chose ? D’autre part, le Livre Canonique dit que l’année où la récolte est mauvaise, le souverain mange avec peu d’appétit, et les mandarins doivent s’abstenir d’aller en voiture. Dans le même livre, on trouve un passage disant qu’une grande cérémonie doit être simple, mais qu’on doit y observer tout le respect que les rites exigent ; par conséquent, il n’est pas besoin qu’elle soit célébrée avec une grande pompe. Dans ces conditions, il est inutile de faire des dépenses exagérées.  » Par là, Notre Duc Ton avait l’intention de partager et la joie et les malheurs du peuple. C’est là le remède le plus efficace qui puisse assurer la longue durée de la vie. D’autre part, Nous constatons qu’à l’heure actuelle les ressources de l’Etat sont bien inférieures à celles d’autrefois. Or, une cérémonie, pour être solennelle, nécessite de grosses dépenses. Nous remarquons que les tombeaux ainsi que les temples et pagodes du Palais qui avaient été construits par nos Ancêtres se trouvent la plupart en mauvais état et ne sont pas encore réparés. Serait-il admissible de célébrer cette cérémonie avec solennité et de négliger la question des tombeaux ? Il y a donc lieu de procéder d’une façon ordinaire et de restreindre les dépenses autant que possible. Enfin, il est inadmissible que les mandarins, en proposant unanimement de célébrer une fête solennelle, aient mentionné dans leur rapport la prévision de crédits. Nous ordonnons, en conséquence, de donner à la présente la plus grande publicité possible. Respect à ceci. Pour ampliation : Le Ministère des Finances. Transmis à titre d’information à M. le Résident Supérieur. Sceau du Ministère ». (Extrait du BAVH 1925 / 2 – p. 49)

Mots Clefs : Annam Thua Thien Hué 1924 – Octobre Fêtes et cérémonies Cl. Dang Chau