AP2814-Schneyder-Geuthner-T6P28

AP2814-Schneyder-Geuthner-T6P28

Titre : Cochinchine, 1935 – Fabrication des josticks

Notice : Monographie dessinée de l’Indochine – Ecole d’Art de Gia Dinh. (Voir AP2556). Cochinchine – Agriculture, Industrie, Commerce. Notule : Fabrication des baguettes d’encens On vend dans le Nord Viêt Nam des josticks vietnamiens (Huong Den, Huong Sao) et des josticks chinois enroulés (Huong Vong), ou en bâtonnets façonnés à la main (Huong Xe). Les baguettes d’encens noir (Nen Huong Den) sont faites d’une pâte de charbon pulvérisée, mélangée à diverses résines, parmi lesquelles domine le benjoin. Cette pâte est roulée autour d’une baguette de bambou de la grosseur d’un cure-dent et d’une longueur de 30 à 40 cm. La fumée odorante est le symbole tangible de la prière s’élevant dans l’espace et atteignant la Sagesse Suprême. Elle se dégage de la partie supérieure des baguettes dont la partie inférieure est fichée dans un vase rempli de sable. Les baguettes d’encens, dites « Nen Huong Thom » sont enveloppées d’une poudre grossière, fixée par enroulement d’une bande de papier. La poudre est composée de canne à sucre et de cannelle. Les principaux objets votifs en papier sont des feuilles d’or, des feuilles d’argent, des lingots d’or, des sapèques, des éléphants, des chevaux, tel le célèbre Cheval Lièvre Rouge promené dans les rues de Hanoï lors de l’épidémie de choléra de mai 1927. L’incinération de papiers ou de mannequins votifs joue un rôle très important aux anniversaires des morts ; au quatrième jour du Têt ; dans les rites pour demander la paix ; dans les rites pour demander la fraîcheur ; dans les cérémonies d’entrée et de sortie de l’été. On peut la considérer comme une substitution d’objets matériels à des êtres vivants offerts autrefois en sacrifice et dont le « Suttee » hindou a été une ultime survivance. (Extrait de Connaissance du Viêt Nam – Pierre Huard et Maurice Durand – Réédit. EFEO 2002)

Mots Clefs : Cochinchine Dessin 1935 Den Voi Encens