AP2757-Schneyder-Geuthner-T5P12

AP2757-Schneyder-Geuthner-T5P12

Titre : Cochinchine, 1935 – Pressoir pour la canne à sucre

Notice : Monographie dessinée de l’Indochine – Ecole d’Art de Gia Dinh. (Voir AP2556). Cochinchine – Agriculture, Industrie, Commerce. AP0400 présente le plan dessiné d’un pressoir à cannes à sucre. Notule : Fabrication du sucre de canne La fabrication du sucre de canne comprend plusieurs opérations : 1- Broyage des cannes au moulin. Le moulin est constitué par deux cylindres verticaux de 0 m.80 de haut et de 0 m. 50 de diamètre. Des cylindres en bois ordinaire ne durent que trois jours ; en bois de Lim, ils tiennent quinze à vingt jours ; en bois de Nghiên, ils résistent vingt ans. Chaque cylindre porte, à sa partie supérieure, deux rangées de dents alternées permettant à l’un une rotation en sens inverse de l’autre. Leurs bases, cerclées de fer, tournent dans une semelle commune, légèrement concave pour diriger le vesou dans une canalisation de bambou souterraine qui aboutit dans un bac creusé dans le sol. L’extrémité supérieure des cylindres est logée dans un chapeau, garni d’un ruban métallique. Le cylindre moteur est solidaire par un système de mortaise et de liens végétaux d’une flèche en bois de goyavier dont la souplesse transforme les efforts successifs du buffle en mouvement circulaire uniforme et absorbe les résistances supplémentaires dues au bourrage inévitable. A la flèche est suspendu un palonnier dont les extrémités sont attachées par deux traits à un joug de garrot. Une corde attachée, d’une part à une tige flexible de letchi, d’autre part au cou du buffle, oblige ce dernier à suivre la piste circulaire qui lui est tracée. La partie supérieure du cylindre passif, pourvu d’une cavité elliptique, admet des coins qui rapprochent ou écartent les deux cylindres…/… 2 – La cuisson du vesou obtenu par le broyage des cannes donne du sucre brun. 3 – Le sucre brun placé dans un récipient conique percé d’un trou au milieu de sa petite circonférence et recouvert au niveau de sa grande circonférence d’une épaisse couche de boue de marais donnera du sucre blanc, un résidu de sucre brun et un jus sucré qui est revendu aux distillateurs d’alcool. 4 – Le sucre blanc cuit avec de l’eau et du blanc d’oeuf donne un jus peu concentré qui sera recuit et un jus très concentré que la cristallisation transformera en sucre candi. (Extrait de Connaissance du Viêt Nam – Pierre Huard et Maurice Durand – Réédit. EFEO 2002)

Mots Clefs : Cochinchine Dessin 1935 Pressoir Canne à sucre