AP0026-Sallet

AP0026-Sallet

Titre : Environs de Hué, 1920 – Tombeau de Minh Mang – Portique et Temple

Notice : Sur la photo, au premier plan, on voit le portique triple aux colonnes de bronze ornés de plaques émaillées qui précède le Pavillon. En arrière, sur deux terrasses superposées, on voit le temple de la « Grâce immense », Sung An. Minh Mang, deuxième souverain de la dynastie des Nguyen, était le fils de Gia Mong et le père de Thieu Tri. Notule : Le tombeau de Minh Mang Le tombeau de Minh Mang est situé sur la « Montagne de la Piété », Hieu Son, au bord de la rivière des Parfums. Il est entouré d’un mur de briques de 3 mètres de hauteur, percé de trois portes monumentales. La porte centrale, appelée Grande Porte Rouge, « Dai Hong », ouvre sur la « Cour des Grandes Salutations » (voir AP1930) où se dresse le pavillon Dinh Vuong ou pavillon de la Stèle (voir AP1132, AP2523), précédé d’un portique. En arrière de cette esplanade, sur deux terrasses superposées, est construit le temple de la Grâce Immense « Sung An », où étaient placées les tablettes du roi et de son épouse légitime et où était rendu le culte aux mânes du roi (voir AP0745). Ce temple est entouré par un bassin en forme de croissant, le « Tam Nguyet Tri » ou « Lac de la Clarté Pure » contourné par une balustrade de terre cuite ajourée. Puis, sur le même axe, après le « Pavillon de la Lumière », se trouve un tumulus circulaire cerné de hauts murs au centre duquel, en un lieu ignoré de tous, est enterrée la dépouille royale. Cette enceinte sacrée a 5 thuoc 6 tac (2m 35) de hauteur sur la partie antérieure, et 8 thuoc 1 tac (3m 40) sur la partie postérieure, le pourtour mesure 62 truong (263m). La porte d’entrée de cette enceinte est en marbre, les battants en bronze ; on y accède par un escalier monumental de trente-six marches, de chaque côté duquel la rampe est formée par un dragon déroulant ses anneaux. Ce tumulus symbolise le soleil tandis que le bassin en forme de croissant qui le borde en partie représente la lune. Les deux bassins sont franchis par des ponts précédés de portiques en bronze (voir AP2505). Chacun de ces portiques se compose de quatre colonnes formées par un dragon enroulé ; l’extrémité de ces colonnes est couronnée d’un vase d’où émerge une fleur de lotus. Les entrecolonnements sont formés de panneaux émaillés figurant les attributs des quatre saisons sur fond de couleur, avec une inscription en lettres d’or au milieu. (Voir le BAVH 1937/4, l’article sur le tombeau de Minh Mang par Ch. Lichtenfelder). Ce qui frappe le plus, c’est le silence des grands bois de pins qui entourent les tombeaux, et le calme profond de ces demeures royales ; c’est à peine si, de temps en temps, le cri strident d’un pigeon vert, ou la plainte d’un paon sauvage viennent les troubler. C’est le Roi Minh Mang qui en a tiré le meilleur parti sous tous les rapports en particulier dans la disposition des bâtiments, telle qu’elle est décrite dans la notule AP2523. En effet les sépultures des rois d’Annam se composent chacune : 1- du tombeau proprement dit, ou enceinte sacrée renfermant la dépouille du roi et celle de sa femme légitime. 2 – d’un pavillon recouvrant la stèle sur laquelle se trouve l’inscription des principaux événements de son règne. 3 – d’une terrasse s’élevant en gradins, semblable à celle qui précède la salle du trône au palais et servant à l’accomplissement des cérémonies rituelles les jours de fête. 4 – d’une pagode destinée au culte de la mémoire du défunt roi, où se trouvent sa tablette mortuaire et celle de sa femme légitime. 5 – des bâtiments annexes élevés à la mémoire de ses ancêtres ; d’autres destinés à loger ses femmes après sa mort ; d’autres encore ayant servi de pavillon de repos lorsqu’il venait surveiller les travaux de sa demeure dernière, car il faut remarquer que chacun de ces rois s’est intéressé personnellement à la construction de sa sépulture. Minh Mang est le seul souverain qui ait adopté une idée d’ensemble, en plaçant ces divers bâtiments suivant l’axe même du tombeau ; les constructions annexes sont situées sur les collines avoisinantes, séparées de la ligne médiane par de grandes pièces d’eau creusées à main d’homme. (Comité de Rédaction) Sur les souverains de la dynastie des Nguyen, voir AP0594. Sur la survie des âmes chez les Annamites, voir AP2502.

Mots Clefs : Annam Thua Thien Environs de Hué 1920 Tombeaux de la dynastie des Nguyen