AP2657-Schneyder-Geuthner-T2P40

AP2657-Schneyder-Geuthner-T2P40

Titre : Cochinchine, 1935 – Lay devant un autel des ancêtres

Notice : Monographie dessinée de l’Indochine – Ecole d’Art de Gia Dinh. (Voir AP2556). Cochinchine : Sites et gens. (Voir aussi AP2502) L’autel des ancêtres, sur lequel sont exposées les tablettes des aïeux défunts, trône à la place d’honneur, dans la pièce principale de la maison familiale. Des prières lui sont adressées, des offrandes lui sont offertes et les ancêtres sont invités à toutes les cérémonies familiales et respectueusement consultés avant toute décision importante. Notule : Le culte des ancêtres Son but est de perpétuer un complexe émotionnel aussi intense que possible, liant d’une façon indissoluble les vivants et les morts d’un même clan. Il a pour objet l’entretien des tombes, mais surtout le culte qui doit être rendu dans le temple familial aux tablettes des quatre générations ascendantes : trisaïeul et sa femme, bisaïeul et sa femme, aïeul et aïeule, père et mère. Au fur et à mesure, on enterre les tablettes des générations les plus vieilles sous le sol du temple. La tablette funéraire est renfermée dans une boîte rouge, contenue elle-même dans un étui laqué rouge avec une sobre décoration d’or. Là tablette est formée de deux planchettes maintenues solidaires par un assemblage oblique et un socle en mortaise. La planchette extérieure présente une face antérieure peinte en blanc (Phan Dien) sur laquelle sont indiqués en noir le nom de famille, les titres et les noms symboliques et littéraires du défunt ainsi que la date de su naissance et de sa mort. Le nom du donateur (fils aîné ou héritier cultuel) figure également en bas et à droite. Par exemple « Respectueusement offerte par le fils pieux Vàn Thanh à son père, le seigneur Lé, surnommé « Ami du Lotus », de son nom littéraire Huong Viên (Jardin parfumé), docteur de deuxième classe au concours de l’année Canh Thin de la dynastie actuelle » (Dumoutier). La planchette intérieure (Noi Han) présente une face antérieure où une surface entaillée contient une seconde inscription cachée donnant le nom réel et personnel du défunt, son âge, l’heure de sa naissance et celle de sa mort…/… Les dimensions de tablettes sont : 4 Tac de largeur à la base du socle (à cause des 4 saisons de l’année), 30 Phan de largeur pour la tablette proprement dite (à cause des 3o jours du mois) et 12 Phan d’épaisseur, à cause des 12 heures du jour. Cela fait 27 millimètres d’épaisseur et une largeur variant de 67 à 92 millimètres. La hauteur est de 272 millimètres. Le bois de jujubier (Go Tao) est recherché parce qu’il se décompose rapidement et que la tablette enterrée ne doit plus être retrouvée ultérieurement. Le bois de santal, léger et odorant aussi. Mais les pauvres gens se contentent de n’importe quel bois tendre. Un culte est rendu à la tablette au moins cinq fois par an. La cérémonie d’incinération du brevet royal du mandarinat conféré aux parents défunts d’un mandarin complétait occasionnellement ce culte dont elle était la manifestation la plus touchante. Pour que le culte des ancêtres puisse être dignement célébré, on réserve dans le patrimoine du clan une part dite de l’encens et du feu dont l’héritier cultuel, naturel ou institué, a l’usufruit. Une autre pratique cultuelle, celle du Ky Dien, a pour but la célébration des anniversaires funèbres. Au cas où des personnes couraient le risque de mourir sans enfants consanguins ou adoptifs, elles pouvaient s’assurer la célébration d’un culte posthume par des dons, généralement des rizières, des terrains à des pagodes bouddhiques (Chua), à des temples communaux (Dinh) ou à une association quelconque (Xôm ou Giap). Ce n’est pas seulement la mort mais également le rituel qui ouvre le chemin à la vie future (Layard). Car le rituel seul et non la mort peut constituer le transfert de vie ou de puissance dont le mort a besoin. Grâce au rituel, le Viêt Nam croit aux morts, tandis que l’Occident ne croit qu’à la Mort…/… (Extrait de Connaissance du Viêt Nam – Pierre Huard et Maurice Durand – Réédit. EFEO 2002)

Mots Clefs : Cochinchine Dessin 1935 Religion Autel des ancêtres Culte des ancêtres