AP2563-Schneyder-Geuthner-T1P6b

AP2563-Schneyder-Geuthner-T1P6b

Titre : Cochinchine, Thu Dau Mot, 1935 - Arroyo de Ben Cac

Notice : Monographie dessinée de l'Indochine - Ecole d'Art de Gia Dinh. (Voir AP2556). Cochinchine : Sites et gens. Ben Cac est un gros marché situé à 50 km au nord de Saïgon sur la R.C. 13 allant à Loc Ninh. Notule : Arroyo En dehors des cours d’eau principaux (Song), il existe de nombreux rach qui sont ou des petits affluents de ces rivières ou de petits fleuves côtiers, et des arroyos qui sont des chenaux naturels ou artificiels reliant entre eux des cours d’eau. La dénomination des voies d’eau n’a pas toujours été donnée selon ces définitions théoriques ; elle résulte souvent d’usages locaux ou de la pratique des premiers militaires ou colons. Ainsi, à Saïgon, l’Arroyo Chinois réunit bien une rivière (celle de Saïgon) et un rach (le rach Cat) ; mais l’Arroyo de l’Avalanche est un simple petit affluent de la Rivière de Saïgon, d’environ 5 km (sans tenir compte des méandres). De toute façon les rivières, rach, arroyos, auxquels il faut ajouter les canaux (de drainage, voire d’irrigation) constituent un inextricable réseau fluvial indispensable à et caractéristique de l’activité de ces régions deltaïques. L’Arroyo de l’Avalanche s’appelle maintenant l’Arroyo Chinois ou "Rach Ben Nghe". (Comité de Rédaction) ".../...La pêche nourricière se prête à l'évocation de ces rach, que nous dénommons arroyos, où, sous le berceau des palmes, glissent en silence des sampans. Sur ces routes liquides, où la circulation a été traditionnellement active, fourmille, en des maisons flottantes, tout un peuple de matelots et de pêcheurs. Voici les jonques de mer, haut pontées et ventrues ; voilà des embarcations légères, minces pirogues amarrées aux berges. Voici de minuscules sampans au roof arrondi, et là des barques misérables où s'accrochent des filets. De curieuses légendes s'attachent à tel détail de construction. Ces bateaux de formes si diverses, et parfois si élégantes, portent tous à la proue deux yeux énormes dont le regard a pris, dans l'imagination populaire, une signification terrible. Des décrets impériaux, dont le souvenir est à demi perdu, auraient ordonné, dit-on, d'enluminer ainsi la coque des navires, pour effrayer les puissances invisibles et faire reculer d'épouvante les monstres de la rivière et de la mer.../..." (Louis Malleret - Introduction à la Monographie dessinée de l'Indochine - 1925) Sur le cocotier, voir AP4517.

Mots Clefs : Cochinchine Thu Dau Mot Ben Cac 1935 Habitat indigène Embarcation - Barque Dessin 1935 Arroyo - Cocotier