AP2562-Schneyder-Geuthner-T1P6a

AP2562-Schneyder-Geuthner-T1P6a

Titre : Cochinchine, Sadec, Phu Nhuan, 1935 – Une rue du village

Notice : Monographie dessinée de l’Indochine – Ecole d’Art de Gia Dinh. (Voir AP2556). Cochinchine : Sites et gens. Notule : Maisons vietnamiennes « Les maisons vietnamiennes sont avant tout des maisons familiales et des maisons de culte, préservées des regards curieux par des haies, des touffes de bambou ou des murs et ne communiquant avec l’extérieur que par une porte latérale, quelquefois difficile à trouver. Surtout dans le Nord, loin d’être des cases ou des paillotes élevées au hasard, ce sont des constructions solides, dans lesquelles on reconnaît un style et le désir de créer quelque chose de durable et d’harmonieux. Elles n’ont rien à envier aux habitations paysannes de nombreuses contrées de l’Europe (P. Gourou). La maison vietnamienne, posée à même le sol, se différencie des maisons laotiennes, cambodgiennes, indonésiennes ou japonaises, presque toutes juchées sur un système de pilotis, plus ou moins développé, comme dans les anciennes habitations préhistoriques lacustres de la Suisse ou de l’Italie. Néanmoins, dans le sud Viêt Nam, on peut voir des maisons sur pilotis dans les provinces de Bac Lieu et de Chau Doc. Malgré de nombreuses variétés, témoignant de l’existence d’influence locale (cham dans le Centre Viêt Nam, chinois et khmer dans le sud Viêt Nam) l’habitation vietnamienne reste fidèle à un schéma général venu du Nord. Aussi est-ce dans le delta du Fleuve Rouge que l’architecture vietnamienne, plus robuste, plus puissante et plus massive qu’ailleurs, est représentée par ses types les plus expressifs. » (Extrait de Connaissance du Viêt Nam – Pierre Huard et Maurice Durand – Réédit. EFEO 2002)

Mots Clefs : Cochinchine Sadec Phu Nhuan Dessin 1935 Habitat indigène Village