AP2549-Morin-Edmond

AP2549-Morin-Edmond

Titre : Hué, 1930 – Palais Kien Trung – Façade (3)

Notice : Vue générale de la façade du palais. Le palais est vu de face, avec son grand escalier d’accès. Dans la photo AP0047, la vue est prise de côté. Sur le Palais Kiên Trung, voir AP0047. Notule : La vie quotidienne du Roi  » …/…Le Roi vit dans son palais, complètement isolé du monde extérieur, entouré de ses femmes et servi par les femmes qui constituent sa garde d’honneur. Jamais le peuple n’est admis à contempler la majesté royale ; chaque fois que le Roi sort, il quitte la Citadelle par une sorte de couloir muré qui mène à l’embarcadère, et là, il entre dans une des grandes barques à étages toujours prêtes à le recevoir, véritables maisons flottantes remorquées par sept ou huit jonques de guerre ; alors la circulation est interrompue sur les arroyos et les fleuves ; des hommes d’armes font la solitude sur les rives que doit longer le cortège ; les cases se ferment au son du tam-tam annonçant l’approche du souverain ; et tous les sampans fuient en se dissimulant dans les bambous du rivage, en présence des barques que montent les soldats du Roi. Aux audiences solennelles les ministres seuls, les princes et les mandarins sont admis. C’est seulement de cette façon que les ambassadeurs étrangers peuvent voir Tu Duc ; c’est ainsi que l’ont vu les envoyés espagnols. Quand je dis vu, cela s’entend ; au fond d’une case basse et sombre le Roi se tenait ; deux lignes de mandarins se faisant face s’étendaient du Roi jusqu’aux ambassadeurs qui, tête nue, au grand soleil dans la cour de réception, n’ont dû voir que très approximativement les traits du monarque. L’entrevue, d’ailleurs, ne dura que quelques minutes, le temps d’échanger les compliments convenus à l’avance ; si l’on ne regarde pas de trop près, l’ensemble de la réception ne manque point, paraît-il, de couleur et surtout d’originalité. Princes et mandarins sont en costume de cérémonies, costume que le théâtre chinois a vulgarisé ; une véritable armée de soldats, habillés de couleurs éclatantes, forme une garde d’honneur…/…(Extrait du BAVH 1933/3 – Dix huit mois à Hué en 1883 par M. A. Auvray) Sur les bâtiments de la Cité Impériale, voir AP1923.

Mots Clefs : Annam Thua Thien Hué 1930 Citadelle Cité interdite