AP0253-Sallet

AP0253-Sallet

Titre : Annam, Ba Na, 1929 – Vue aérienne du massif

Notice : Vue aérienne ; cliché de l’Aéro-militaire en Indochine. Au-delà de l’extrémité de l’aile de l’avion, on aperçoit les chaînes de montagnes qui se succèdent depuis la plaine de Tourane jusqu’au Laos. Le spectacle de ce panorama était un des grands charmes de Ba Na. Notule : La station d’altitude de Ba Na (Quang Nam)  » La station de Ba Na était installée à 1400 m d’altitude sur la montagne de Ba Na, un contrefort de la chaîne annamitique, à une trentaine de kilomètres environ à vol d’oiseau au sud-ouest de Tourane. Le site fut reconnu en 1901 par le capitaine Debay, chargé par le gouverneur général Paul Doumer de déterminer un emplacement pour un sanatorium dans l’Annam central où les Européens pourraient trouver un peu de fraîcheur pendant la rude saison estivale. En effet, les habitants de la Cochinchine disposaient de la station de Dalat, ceux du Tonkin des stations de Cha Pa et du Tam Dao ; il fallait que quelque chose soit fait pour les résidents de Hué et de Tourane. Le projet attendit néanmoins une vingtaine d’années avant d’aboutir, bien que la valeur du site ait été confirmée par plusieurs visites dont celles du docteur Albert Sallet, d’Henri Cosserat et du docteur Gaide, tous trois membres des « Amis du Vieux Hué ». En 1919, un plan de lotissement des terrains fut établi et la première villa construite, à l’initiative d’un civil, M. Beisson, avocat-conseil à Tourane. Un hôtel Morin y fut installé en 1923 et une route carrossable de 28 kilomètres fut aménagée permettant d’accéder en voiture au pied de la montagne. La station était ensuite atteinte en chaise à porteurs, un service régulier fonctionnant pendant la saison d’été (de mai à septembre), sur 20 kilomètres de bonne piste. La station élève ses constructions sur une longue crête bosselée, d’où l’on découvre un panorama merveilleux vers l’ouest, sur la montagne sauvage et boisée ; vers l’est sur le delta du Quang Nam et la baie de Tourane cernée de sables blancs. Les chalets de bois s’éparpillent sur les pentes. Dans le copieux article que le Bulletin a consacré à la station de Ba Na (BAVH 1924/4. pp. 343 à 383) le docteur Gaide a donné sur le climat de Ba Na la conclusion suivante : « C’est un climat plutôt sec, d’une douceur constante, aux journées tièdes sans excès et aux nuits d’une exquise fraîcheur. Ce climat sain, modéré, analogue à celui de la Méditerranée moyenne, convient admirablement à tous les organismes fatigués ou déprimés par les fortes chaleurs de l’été et en particulier aux femmes et aux enfants. » Tandis que des pluies persistantes tombent entre 700 et 1200 mètres, tandis que les nuages poussés par les vents s’amoncellent dans les vallons, à mi-hauteur, le ciel de la station reste souvent bleu ou traversé seulement de légers nuages, très élevés. Le degré hygrométrique moyen de l’été est de 87,5 et la nébulosité de 6,3. La température d’été varie entre 15° et 25°, tandis que celle de la plaine atteint souvent dans la même saison 35° et davantage à l’ombre, sous les effluves du vent du Laos. Le service médical est assuré à Ba Na pendant trois mois, du 15 juin au 15 septembre, par des médecins désignés par le directeur local de la Santé. Un chalet spécial est mis à leur disposition, auquel est annexée une salle de consultations et de pansements avec un infirmier…/… » (voir AP0254) Mais le grand charme de Ba Na résidait également dans les magnifiques panoramas que l’on pouvait découvrir de son sommet et dans les agréables promenades que l’on pouvait faire dans la forêt et les sous-bois environnants. » Le Dr Gaide, un des fondateurs de la station faisant la comparaison entre la station de Ba Na et celle de Dalat, écrivait : « La station de Ba Na, et cela nous le reconnaissons bien volontiers, n’est en rien comparable à celle de Dalat, puisqu’elle ne peut être qu’une station d’été, à intérêt très local. Mais, telle qu’elle est, elle est d’une réelle importance et d’une utilité incontestable, car elle est actuellement la seule station d’altitude possible pour le Centre-Annam. Dalat est trop éloigné, en effet, de Tourane et de Hué, pour qu’il soit possible aux fonctionnaires et aux colons d’y faire de fréquents et de longs séjours, le déplacement étant trop onéreux et trop pénible en été pour la majorité des Européens. Par contre, la rapidité et la facilité d’accès (4 heures de Tourane et 7 heures de Hué) sont telles qu’il n’est pas exagéré de dire que Ba Na est maintenant à la portée de tous et que cette station méritera d’être fréquentée par tous les Européens de Hué, de Tourane et des provinces voisines, lorsque l’hôtel sera suffisamment agrandi et lorsque de nouveaux chalets particuliers seront construits. Contrairement à ce que l’on pense, ce ne sont pas les emplacements qui font défaut ; en dehors des pitons de la crête, qui ne sont d’ailleurs pas encore tous occupés, il existe sur les deux versants plusieurs mamelons parallèles et perpendiculaires, surtout du côté du versant occidental, qui se prêtent parfaitement à l’édification de nombreuses villas. Enfin, nous tenons à affirmer qu’une villégiature estivale à Ba Na constitue la cure d’altitude parfaite, tout à fait apaisante et qui convient surtout aux familles ainsi qu’aux personnes désireuses de se reposer en toute tranquillité. Bien plus : en raison du panorama merveilleux sur la mer et sur toute la chaîne annamitique, des décors et des jeux de lumière si variés, que l’on a constamment sous les yeux, le séjour y est agréable et présente un charme tout spécial. C’est même là, à notre avis, la supériorité de Ba Na sur Dalat, dont l’horizon limité est toujours le même, bien que l’étendue du plateau facilite de nombreuses promenades « . (D’après BAVH.1924-4 et Teston et Percheron – « L’Indochine moderne » – 1930) Sur Ba Na – Liste des familles et des services ayant une ou des propriétés à Ba Na en 1935, voir AP2455. Sur l’accès à Ba Na depuis Hué, voir AP0208. Sur l’Hôtel Morin de Ba Na, voir AP0223.

Mots Clefs : Annam Quang Nam – Ba Na 1929 Station climatique Vue aérienne Cl. Aéro Militaire Indochine