AP2507-Morin-Edmond

AP2507-Morin-Edmond

Titre : Environs de Hué, 1930 - Tombeau de Khai Dinh - Autel de la tablette

Notice : Khai Dinh, fils de Dong Khanh et père de Bao Dai, fut le douzième souverain de la dynastie des Nguyen. Sur la photo, un petit pagodon contenant la tablette du roi défunt, devant lequel était célébré son culte. Le socle, les murs, les colonnes et la toiture sont ornés de reliefs décoratifs en ciment rehaussé par des tessons multicolores. Les motifs décoratifs sont empruntés à l'iconographie traditionnelle vietnamienne : dragons - caractères "Tho" de la longévité stylisé - chauve-souris, symbole du bonheur. Sur le tombeau de Khai Dinh, voir AP2160. Sur les souverains de la dynastie des Nguyen, voir AP0594. Sur les bâtiments communs aux tombeaux de la dynastie des Nguyen, voir AP2523. Sur la mort dans les tombeaux royaux, voir AP2508 ; sur l'idée de la mort chez les Annamites, voir AP2502. Notule : Le symbolisme dans l’art décoratif vietnamien "…/…Le mot "Phuc" désigne le bonheur, mais il désigne aussi la chauve-souris. Le caractère écrit est différent, suivant les sens, mais la prononciation est la même ; cela suffit pour amorcer le symbolisme. La chauve-souris sera considérée comme le symbole du bonheur. L’image de l’animal sera lue comme un vrai caractère et signifiera, non pas "chauve-souris", mais "bonheur". Elle revêtira, par là, les mêmes qualités que l’on a attribuées au caractère Phuc, signifiant "bonheur". Elle sera un souhait, un porte-bonheur, une cause efficiente de félicité ; elle sera enveloppée de la même atmosphère religieuse. Et ce que je viens de dire s’applique à la plupart des fruits ou des fleurs, aux objets, aux animaux dont se sert l’artiste annamite pour décorer les maisons ou les pagodes, les bibelots d’usage journalier ou les meubles. Tous ont une signification cachée, tous ont une vertu secrète, plus ou moins précises, suivant les cas, plus ou moins nettement perçues par l’artiste ou par le passant, souvent très diluées, parce que ce symbolisme vient de la Chine, et qu’il date de longs siècles, et qu’il a perdu, en route, une partie des éléments qui le soutenaient. Tel panneau, un bijou, une simple guirlande d’encadrement, se lisent comme un petit poème, s’interprètent comme une allégorie. L’artiste s’est complu dans leur symbolisme, et l’amateur délicat en goûte la subtilité ; s’il est croyant par surcroît, il en éprouve les bienfaisants effets. Et ces motifs, par cela même qu’ils sont classiques, qu’ils nous ont été transmis par la plus haute antiquité, qu’ils sont désignés par les termes reçus de tout temps, procurent encore une jouissance d’une nature particulière. "Les quatre amis", "les nobles", "les huit joyaux", "les anneaux unis", "la ligne qui revient" ou "la feuille qui se transforme", toutes ces expressions vagues mais recherchées sont aptes à recevoir des sens multiples dans leurs contours indécis ; elles suscitent des impressions confuses, mais prenantes ; elles évoquent des images floues, mais pleines de vie. Les motifs qui paraissent dépourvus de tout symbolisme en sont comme transfigurés. Et cette poésie, ce symbolisme mystique, cette vertu mystérieuse, qui enveloppent l’art annamite et en pénètrent toutes les manifestations, en sont, pour celui qui sait lire, un des attraits les plus curieux…/…" (Léopold Cadière. Extrait de "L’Art à Hué" - IDEO, 1919) Sur le dragon, motif de l’art ornemental annamite, voir AP1678. Sur la chauve-souris dans l'art annamite, voir AP2534. Sur l'Art décoratif annamite, voir AP0582.

Mots Clefs : Annam Thua Thien Environs de Hué 1930 Tombeaux de la dynastie des Nguyen Art - Symbolisme