AP2481-Morin-Edmond

AP2481-Morin-Edmond

Titre : Hué, 1930 – La Rivière des Parfums vue du Belvédère (1)

Notice : (Voir AP2483 et AP2487) Sur la Rivière (ou Fleuve) des Parfums, voir AP2486. Notule : La prise de Hué par l’empereur Gia Long « La prise de Phu Xuan (Hué) par l’empereur Gia Long reste l’une des pages les plus glorieuses et les plus émouvantes de l’histoire d’Annam. Les Tay Son étaient alors maîtres du Tonkin et de l’Annam dans presque toute sa totalité, tandis que Nguyen Anh, le futur Gia Long, occupait la Cochinchine et seulement quelques provinces du Sud-Annam. Ne disposant pas de forces suffisantes pour entreprendre des expéditions de grande envergure, le Seigneur de Cochinchine se contentait d’envoyer chaque année vers le Nord, à l’époque des moussons, une flotte et une petite armée qui, combinant leurs mouvements, s’emparaient de quelques districts, fortifiaient les points faciles à défendre et, la mauvaise saison venue, retournaient dans le Sud après y avoir laissé garnison. Ces expéditions annuelles étaient appelées de ce fait « Campagnes de saison » (Giac Mua). Cependant, dans tout le pays occupé alors par les Tay Son, la mauvaise administration de ceux-ci était si impopulaire, le souvenir des anciens maîtres du pays était si vivace et surtout, la renommée de bonté et de magnanimité du seigneur du Sud était si universelle et si éloquente que le peuple appelait de tous ses vœux la venue salvatrice du chef providentiel. Entre temps, les secours français, amenés par l’Evêque d’Adran, étaient arrivés, permettant à Gia Long de mener la lutte avec plus de vigueur. Les deux armées du Nord et du Sud se trouvaient bientôt face à face à Qui Nhon. Les Tay Son faisaient le siège de la ville que défendait Vo Tanh, un des meilleurs généraux de Gia Long, aidé de Ngo Tung Chau, conseiller civil. De part et d’autre, on avait aligné les meilleures troupes, les uns pour chercher à enlever, les autres pour essayer de débloquer la place. C’est au cours de ce siège que mourut l’Evêque d’Adran, le 9 octobre 1799. Mais tous les efforts des armées du Sud restèrent infructueux, en raison de la résistance opiniâtre des assaillants. Vo Tanh fit alors parvenir à son roi un message disant en substance : « Actuellement le gros de l’armée des Tây Son est à Binh dinh, la citadelle de Phu Xuan (Hué) est dégarnie. L’occasion est bonne. Que Votre Majesté me laisse à mon sort et marche sur la capitale pour l’occuper sans plus tarder. Si ma mort pouvait être échangée contre la capitale du Phu Xuan, je m’estimerais satisfait ». L’empereur suivit ce conseil judicieux, non sans être profondément ému par la sublime abnégation de son fidèle lieutenant. Il laissa une petite troupe de couverture pour donner le change à l’ennemi et déplaça tout le gros de son armée et de sa flotte vers le Nord. Les prévisions de Vo Tanh se justifièrent pleinement. Gia Long ne rencontra à Phu Xuan qu’une faible résistance et réussit sans peine à le conquérir. Le 15 juin 1801, il fit une entrée triomphale dans la capitale de ses ancêtres d’où le roi Tay Son s’était enfui précipitamment. Il apprit alors que les héroïques défenseurs du Binh Dinh s’étaient donné la mort : Vo Tanh le premier en montant sur un bûcher, Ngo Tung Chau le second en absorbant du poison, et que la citadelle était tombée aux mains de l’ennemi. Mais la prise de la ville de Qui Nhon n’était plus d’aucun secours pour les Tay Son : prise entre 2 feux, sous les assauts simultanés des troupes des Nguyen, venant à la fois du Nord et du Sud, l’armée ennemie ne tarda pas à se désagréger, entraînant la débâcle des Tay Son. Après la prise de Hué, l’avance de Gia Long vers le Tonkin se fit sans difficultés notables et, près d’une année après, le 20 juillet 1802, il fit son entrée à Hanoï, réalisant pour la première fois l’unité de l’empire d’Annam, depuis la Porte de Chine jusqu’à la Pointe de Ca Mau. Ainsi, le sacrifice de Vo Tanh et de Ngo Tung Chau aura permis à Gia Long de battre en brèche la puissance des Tay Son et de terminer la lutte à son avantage…/… (Extrait du BAVH 1944/4 – Hué à travers les âges par Cao Van Chieu)

Mots Clefs : Annam Thua Thien Hué 1930 Gia Long Rivière des Parfums