AP1985-Despierres

AP1985-Despierres

Titre : Laos, Vientiane, 1930 – Vue aérienne

Notice : Vientiane au bord du Mékong. Notule : Histoire de Vientiane. La transcription correcte du nom de cette ville est Vieng Chan (=enceinte du santal). Mais on gardera ici l’appellation française traditionnelle de Vientiane. La ville est sur la rive gauche du Mékong. Jusqu’au XIIIe siècle la région est sous la domination khmère et la ville principale, située un peu en aval du Vientiane actuel, s’appelle Saifong. En 1353 le roi de Louang Prabang (Sur cette ville, voir AP2009) Fa Ngoun (1353-1373) réalise une certaine unité des principautés laotiennes en fondant le royaume du Lan Xang. Vientiane n’en devient la capitale qu’en 1563, sous le roi Setthathirath (1548-1571). Il y construisit le monastère Vat Pra Kéo pour abriter le Bouddha d’émeraude, symbole du royaume ; puis en 1566 le That Luang. Fin 1641, sous le règne de Souligna Vongsa (1637-1694), le commerçant hollandais Gerrit Van Wusthoff, envoyé par le gouverneur général de Java pour le compte de la Compagnie des Indes Orientales, visite Vientiane et la décrit ainsi : « Elle se dressait haute comme une apparition derrière ses murailles rouges. Les gigantesques portes de son enceinte permettaient le passage des éléphants dont les baldaquins à étage ne heurtaient jamais là pierre de leurs voûtes ornées du lotus rituel. Lamées d’airain, cloutées de cuivre, en bois précieux, elles complétaient la défense de la Ville Sainte dont les innombrables That dorés se profilaient au-dessus des palmes. Elle était tellement dorée, tellement enrichie de mosaïques qu’elle apparaissait sous le soleil ainsi qu’un astre embrasé ». Les richesses fabuleuses de cette cité ne tardèrent pas à attirer les armées. A la suite de querelles consécutives à la mort en 1694 du roi Souligna Vongsa, le royaume éclata en principautés. Celles-ci, faibles, furent sous les tutelles alternées des rois d’Annam et surtout du Siam ; celui-ci emportant même le Bouddha d’émeraude à Bangkok en 1778. En outre Vientiane a subi de nombreuses invasions armées et des pillages par les Birmans (déjà en 1574, en 1753 et en 1771. Vientiane fut restaurée par le roi Anou Chao (1805-1828) qui fit construire en 1818 le Vàt Sisaket (inauguré en 1824). Mais la décadence suivit de près et la ville fut saccagée par les Siamois en 1827. Ceux-ci déportèrent les habitants et détruisirent les temples, sauf le Sisaket qui fut le seul que les Français trouvèrent en bon état à la fin du XIXe siècle. Il y eut aussi en 1872 des pillages par les Hô (Voir AP2009 en ce qui les concerne). La France finit par faire admettre par le Siam en 1893 son protectorat sur le Laos, issu des droits de la Cour d’Annam repris par la France suite à son Protectorat sur ce pays. Les Siamois quittèrent alors Vientiane. Le Résident Supérieur de France s’installa à Vientiane en 1899. Des bâtiments administratifs, des écoles, un hôpital furent construits, et les temples reconstruits. Vientiane n’est redevenue capitale du Laos qu’en 1947. (Comité de Rédaction) Sur le Mékong, voir AP2355.

Mots Clefs : Laos Vientiane 1930 Histoire Vue aérienne Vat Pra Kéo – That