AP0001-Sallet

AP0001-Sallet

Titre : Hué, 1928 – Un médecin mandarin de Cour

Notule : Le médecin-préparateur en Annam  » …/…Le praticien annamite s’emploie à préparer lui-même les prescriptions qu’il écrit pour les malades qui le consultent. Il préparera habituellement sur place l’ordonnance qu’il aura rédigée. Cependant lorsqu’il s’agit de médecines qui doivent être prises en potions (sur décoctions infusions, macérations, etc.), le client pourra transporter avec lui les produits inscrits par le médecin, produits pesés, qu’il maniera chez lui suivant les indications marquées. Dans ce cas, chaque drogue est placée sous une enveloppe particulière mentionnant le nom de la substance qu’elle contient ; l’ensemble de toutes ces médecines enveloppées intéressant une même préparation, est repris dans une enveloppe unique laquelle s’accompagne obligatoirement d’une formule écrite. C’est parce que le médecin annamite exécute lui-même ses prescriptions qu’il doit être en mesure de les faire valoir habilement dans l’intérêt de ses malades et dans le souci de sa réputation. En Annam, le jeune homme qui se destine à la pratique de la médecine suit son maître dans ses enseignements ; le maniement des drogues fait partie des leçons accordées à l’élève, plus encore par démonstrations que par explications doctrinales. Du reste les lectures achèveront cette éducation, souvent heurtée, sans suite, dans laquelle la question des traitements semble prévaloir sur les observations cliniques, lesquelles s’attardent aux épreuves superficielles, mais détaillées à l’envi, des pouls, des aspects changeants de la peau, des colorations diverses de la langue, des yeux, etc. Les produits que le médecin utilise, il lui arrivera de les récolter lui-même dans les lieux proches de son habitation ; mais il se confiera avec plus d’adresse au marchand dont les drogues viennent de Chine (lesquelles seront en général tenues pour plus actives que celles qui sont d’Annam). Ces médecines, au surplus, lui arriveront préparées ainsi qu’il convient, supprimant de la sorte un travail absorbant et complexe. Le praticien des campagnes annamites saurait à la rigueur préparer des extraits, des électuaires, des huiles composées, des onguents et des pilules : il a de tout cela chez lui, en attendant des cas à venir, il tient tout l’essentiel de ce qui peut être conservé sans perte et il n’utilise son savoir professionnel que dans certaines circonstances et plus particulièrement à l’occasion des formules dont il détient le secret. Ce sont les médecines dites Gia Truyen (secrets de famille) dont les recettes sont pieusement conservées dans les familles médicales. Ici, le plus habituellement, le médecin fait l’éducation de ses fils ou des enfants adoptés provenant de familles amies ou de parents proches. Il confie à chacun les détails de sa science et lui révèle les secrets qu’il connaît, que d’autres lui ont confiés ou qu’il a su trouver : ainsi vont quelques réputations d’écoles ou de familles. Mais cette question des Truyen conduit expressément aux spécialisations sur l’exploitation de formules créditées. Des médecins sont réputés à cause des recettes dont ils disposent vis-à-vis des plus dures maladies : il en est pour les ulcères, d’autres pour les lèpres, les toux chroniques ; il en est pour la rage et pour les affections de langueur nées des « coups de vents ». Ces recettes sont extrêmement difficiles à glaner ; on ne peut jamais justifier qu’elles soient entières ou totalement vraies. J’en ai recueilli un certain nombre et je le dois à la complaisance habile de plusieurs mandarins ; cependant je n’estime pas avoir pris le meilleur. Le champ d’exploitation est vaste, mais les très bonnes formules ayant fait leurs preuves (certains confrères d’Annam sauraient en approuver plusieurs) sont jalousement gardées à cause des profits qu’elles réservent à ceux qui les détiennent. »

(Extrait de « l’Officine sino-annamite en Annam » – Albert Sallet – 1931 – Editions G. Van Oest) Sur : Pharmacie traditionnelle – Boutique de médecin d’Annam, voir AP0315.

Mots Clefs : Annam Hué 1928 Médecine – Histoire Cour de Hué Gia Long Médecine traditionnelle Vêtement – Costume