AP1890-Sallet

AP1890-Sallet

Titre : Dalat, vers 1922 – Le Lang Bian Palace

Notice : Notule : Dalat – Le Lang Bian Palace  » Le Lang Bian palace a été construit en 1922 pour accueillir des estivants de Saïgon, désireux de fuir la chaleur humide de la Cochinichine. « Posé sur un monticule, tourné vers le lac, il rivalise par sa façade ondulée aux ornements soignés avec les établissements luxueux des centres de villégiature européens » (A. Le Brusq). Albert Londres, dans ses « Visions orientales », en parle de la façon suivante :  » En cette bonne année 1922, Dalat est à la fois tout et rien du tout. Une planche, pour un monsieur qui se noie, c’est le monde entier, cependant ce n’est qu‘un morceau d’arbre mort. Pour le malheureux qui monte de la plaine, les vingt-trois chalets de bois du Lang Biang sont vingt-trois planches de vie, de salut, d’espoir, de résurrection. On les embrasse de toute la force de ses bras. Ces vingt-trois chalets s’étendent sur une longueur de cinq kilomètres. Vous avez vu que Dalat était tout ; vous touchez qu’il n’est rien. Mais juste à la moitié de ces cinq kilomètres s’élève, blanc et neuf…je le mets aux voix. Que peut-il s’élever sur le plateau des tigres et des Moï nus ? Un palace ! Et ce n’est pas plus saugrenu que de rencontrer un Anglais en smoking à la lisière du désert de Gobi ; c’est une conception. D’ailleurs ce palace n’est pas là pour loger les voyageurs, mais pour marquer qu’ici s’élèvera une ville. On a découvert le pôle Nord. On a pris possession de l’endroit. Le palace est le drapeau du premier occupant. Dans vingt ans, ce sera Simla, aujourd’hui, c’est Dalat, et pour l’heure les principaux élégants de Dalat sont les Moïs. Leurs cheveux sont ébouriffés et, dans cette tignasse, ils plantent, quand ils ne fument pas, leur pipe par le tyau. Où voulez-vous, en effet, qu’ils la mettent ? Ainsi, doux comme des gazelles, ils s’en vont par les belles avenues sans nom et sans maison de la future station « . (Albert Londres) Sur la ville de Dalat, voir AP3503.

Mots Clefs : Annam Haut-Donnaï Dalat – 1922 Hôtel Londres, Albert Moï