AP1750-Morin-Husson

AP1750-Morin-Husson

Titre : Hué, 1949 – Le personnel sur la tombe de Mme Morin

Notice : Le personnel de l’Hôtel Morin de Hué se rend sur les tombes des familles Morin et Husson. Sur l’hôtel Morin de Hué – Liste du personnel en 1950, voir AP1832. Notule : Les cimetières européens de Hué Il n’y avait, à l’origine, aucun cimetière civil européen à Hué. Seuls existaient officiellement 3 cimetières militaires : – Le Cimetière du Mang Ca ou « ancien cimetière ». Il fut ouvert dès 1883 sous la protection des murailles du Mang Ca où les troupes étaient cantonnées (sur le Mang Ca, voir AP0025). D’après les plans existants, ce cimetière aurait contenu 122 tombes. – Le Cimetière des Zouaves. Les premières inhumations y furent faites fin 1885 début 1886. Il fut d’ailleurs rapidement rempli. Ce cimetière aurait contenu 266 tombes. Le cimetière des zouaves fut sans doute rapidement abandonné, car les premières tombes du nouveau cimetière militaire semblent dater de 1886. – Le Nouveau cimetière militaire ou « Cimetière du Mirador 1 ». Le cimetière des zouaves, un peu éloigné de la concession, n’offrait qu’une faible surface dans laquelle les inhumations étaient possibles, une grande partie en était certainement inondée en saison des pluies, et la rizière l’entourait de tous côtés. Il fallut dès 1886 songer à choisir un autre emplacement et l’on se rapprocha du Mirador 1. Au 31 Décembre 1928, il contenait environ 200 tombes. Ces trois cimetières militaires de Hué étaient entretenus par les soins de la garnison au moyen des crédits alloués par « l’œuvre des tombes de l’Annam-Tonkin » et de subventions données par le Résident Supérieur en Annam. Le premier cimetière civil fut installé à la chrétienté de Kim Long, pour l’inhumation des fonctionnaires décédés au début de l’occupation française à Hué. Ce dernier fut vite rempli et on fut vite obligé d’inhumer les Européens au cimetière militaire de la Concession jusqu’en 1904, date à laquelle on ouvrit le cimetière européen de Phu Cam derrière la cathédrale de Hué. Le cimetière de Phu Cam est aujourd’hui le seul cimetière de civils européens dans la capitale. Il renferme les tombes de fonctionnaires et de commerçants français, mais contient aussi des tombes rapportées d’autres cimetières abandonnés, comme ceux de membres de la famille Chaigneau. (D’après le Cdt Laurent – Les cimetières européens de Hué – BAVH 1929) A noter que le cimetière de Phu Cam n’a pas subi le sort des cimetières civils et militaires, dont les corps ont été transportés à Fréjus il y a quelques années ; la raison de cette exception tient sans doute au fait que le périmètre de la cathédrale, sa procure (où Léopold Cadière a passé ses derniers jours) et le cimetière attenant sont sous l’autorité d’un Délégué Apostolique représentant le Vatican. Son caractère d’extraterritorialité l’a donc préservé des exhumations. Il en était de même pour le périmètre occupé par les Rédemptoristes canadiens, qui n’ont pas été inquiétés lors des tragiques moments de l’occupation japonaise après mars 1945 et du siège de Hué (fin 1946-début 1947) alors qu’ils se trouvaient pourtant dans la zone des conflits. (Comité de Rédaction)

Mots Clefs : Annam Thua Thien Hué 1949 Cimetière de Phu Cam