AP1591-Sogny-Marien

AP1591-Sogny-Marien

Titre : Environs de Hué, 1926 – Visite au tombeau de Tu Duc

Notice : Photo prise le 7 janvier 1926. On reconnaît, de gauche à droite Léon Sogny, guide de circonstance qui accompagne Mme Varenne, épouse du gouverneur général de l’Indochine, Mme Pasquier, épouse du Résident supérieur en Annam et M. Trillat. Les visiteurs sont debout dans la cour d’honneur qui précède le pavillon de la stèle. A leur gauche, on voit des statues en pierre de mandarins civils et on devine le cheval et l’éléphant qui constituent l’un des côtés de l’allée de l’Esprit. Notule : Tombeau de Tu Duc Le tombeau de Tu Duc est situé à une dizaine de km en amont du Cavalier du Roi, sur la rive droite du Huong Giang (la rivière des Parfums), non loin du Belvédère qui domine le paysage de cette partie de la plaine des Tombeaux (voir AP2483). On peut y accéder à partir du quartier des Arènes, par la route dite de Tu Duc, ou à partir du Nam Giao, par la route dite de Thieu Tri. Tu Duc lui avait donné le nom de Khiem Lang, tombeau de l’Humilité, espérant ainsi obtenir l’indulgence du Ciel pour ses faiblesses et ses insuffisances, qu’il dénonçait dans la Stèle funéraire qu’il avait lui-même rédigée. Il poussa l’humilité jusqu’à attribuer ce même qualificatif de Khiem à toutes les diverses parties de son monument funéraire : porte Vu Khiem, lac Luu Khiem, temple Hoa Khiem, pavillon Xung Khiem, etc. La construction de cet immense tombeau nécessita beaucoup de temps et beaucoup d’argent. Les travaux durèrent de 1844 à 1847. Près de 3000 ouvriers y furent employés. Les conditions de travail de ces ouvriers étaient si rudes qu’ils se révoltèrent. Cette révolte fut fomentée par des parents du frère aîné de Tu Duc que ce dernier avait écarté injustement du trône. Le complot fut découvert et les participants exécutés. Tous les monuments de l’ensemble funéraire sont enfermés dans une vaste enceinte octogonale de pierre et de brique, ouverte au sud-ouest par une porte monumentale, la porte Vu Khiem. (voir AP1929). De cette porte part une large allée bordée de beaux arbres séculaires qui traverse tout le tombeau jusqu’à une autre porte située au nord-est qui a été murée.Cette allée longe le bord d’un bassin artificiel, le lac Luu Khiem, au milieu duquel un ilôt a été aménagé.(voir AP1910). Au bord du bassin, un embarcadère en bois sur pilotis, couvert par une élégante toiture, était le point de départ de promenades en barque pour le souverain et ses courtisans. Sur la rive opposée du lac, que l’on peut atteindre par un pont de pierre, s’élevait le Pavillon de repos, le Xung Khiem. (voir AP1919, AP2526, AP3876). Au-dessus du débarcadère, suivant un axe perpendiculaire à l’allée, s’élèvent les temples consacrés au culte du souverain. Les autres monuments, pavillon de la stèle et tombeau à proprement parler, sont construits suivant un second axe, plus à l’est. Cette disposition sur deux axes des éléments de l’ensemble funéraire est propre au tombeau de Tu Duc. Dans les tombeaux de Minh Mang et de Thieu Tri, plus proches du modèle chinois, tous les édifices sont construits sur un seul axe. On accède aux temples du culte par un large escalier de pierre aux hautes marches, au sommet duquel se dresse une autre porte monumentale. Dans le temple de l’âme était célébré le culte du défunt. On peut y admirer des objets précieux lui ayant appartenu et censés lui servir dans l’au-delà. C’est aussi là que sont conservés le voile ayant recueilli son dernier souffle et les tablettes funéraires du monarque et de son épouse légitime, la reine Hoang Le Thien Anh, ainsi que les trônes des deux souverains. Le plus grand appartenait à l’impératrice car Tu Duc ne mesurait que 1,53 m. Le souverain venait souvent séjourner dans le temple Hoa Khiem qui avait été aménagé en palais d’habitation, avant de devenir temple du culte après sa mort. Derrière ce sanctuaire s’élève le théâtre impérial (Minh Khiem) où Tu Duc assistait à des représentations de Tuong. Le temple de Luong Khiem, juste derrière le temple de Hoa Khiem est dédié à la reine-mère Tu Du, mère de Tu Duc. En continuant de suivre l’allée qui longe le lac Luu Khiem, un peu plus à l’est, on rencontre la cour d’honneur qui précède la pavillon de la Stèle et le tombeau. Des deux côtés de la cour sont alignées des statues de pierre représentant des mandarins, un cheval sellé et un éléphant caparaçonné. Les mandarins sont de petite taille pour ne pas être plus grand que le roi lui-même. Ces statues sont de facture médiocre, du point de vue artistique elles sont loin de valoir les statues chinoises et même celles des tombeaux des Lê, à Lam Son. Cet alignement forme le « Chemin de l’Esprit » et conduit au Pavillon de la Stèle. Sur le Pavillon de la Stèle, voir AP0746. Derrière le pavillon de la stèle se trouve le tombeau à proprement parler, précédé d’un bassin artificiel en forme de croissant (voir AP1920). Ce bassin appelé Tan Nguyet Tri qui représente la lune nouvelle, protège l’entrée et accompagne le soleil, représenté par l’enclôt funéraire, généralement de forme ronde. Contrairement à la tradition, au tombeau de Tu Duc, cet enclôt n’est pas circulaire, mais carré avec les deux angles supérieurs arrondis (on retrouve ce plan carré en Chine pour des sépultures impériales de différentes époques) Un mur haut de trois mètres, le « Mur Précieux », entoure l’enceinte, avec une lourde porte aux battants de bronze. Le tombeau est au milieu de cette enceinte. Mais Tu Duc n’y a jamais été enterré et nul ne sait où il repose avec son trésor. Le secret a été bien gardé pour éviter que sa tombe ne soit pillée et, par mesure de sécurité exceptionnelle, les 200 serviteurs chargés des funérailles furent tous décapités. Ces fossoyeurs étaient des « sauvages », issus des minorités ethniques, qui représentaient les anciens maîtres du sol. De la cour d’honneur on aperçoit également deux constructions sur la gauche : le tombeau de la reine-mère et la pagode y attenant, auquels on accède par de larges escaliers où courent de haut en bas les corps sinueux de dragons de pierre, enfin un autre mausolée où repose le corps de la femme légitime de Tu Duc, la reine Hoang Le Thien Anh . Le roi Kien Phuc, fils adoptif et neveu de Tu Duc, qui ne règna que quelques mois, est également enterré dans l’enceinte du tombeau de Tu Duc. (Comité de Rédaction) Sur les généralités sur les tombeaux de la dynastie des Nguyen, voir AP3876. Sur les bâtiments communs aux tombeaux de la dynastie des Nguyen, voir AP2523. Sur le pavillon de la stèle du tombeau de Tu Duc, voir AP0746.

Mots Clefs : Environs de Hué 1926 Tombeaux de la dynastie des Nguyen Parcs et jardins