AP1493-Sallet

AP1493-Sallet

Titre : Yunnan, 1910 – Sur le Pont sur arbalétriers, au km 111

Notice : Carte postale n°35 de la série spéciale consacrée au chemin de fer du Yunnan dans la collection Dieulefils. Un certain nombre de cartes de cette collection portent un titre bilingue, français et italien, pour répondre aux besoins des nombreux maçons italiens qu’on avait dû faire venir, les annamites ignorant alors l’usage du ciment. Sur la collection de cartes postales éditées par Dieulefils, voir AP1124. Notule : Le Pont sur arbalétriers, au Km 111 Le pont sur arbalétriers (au PK 111), matérialisant l’extrémité de la boucle de la Fausse Nam Ti, reliait deux tunnels ouverts dans les falaises, distantes en ce point de 70 m et à une hauteur de 100 m au-dessus du thalweg : étroite, profonde et abrupte, la gorge ne pouvait être franchie que par une unique portée, sans possibilité d’appui intermédiaire. Paul Bodin, administrateur de la Société des Batignolles et qui signa, en France, le très beau viaduc du Viaur, mit en pratique une formule inédite : deux longues poutres triangulaires, ou arbalétriers, furent montées de part et d’autre du torrent, chacune reposant sur un appui en maçonnerie par l’intermédiaire d’une rotule sphérique. Les coussinets en granit fixés sous les rotules, accusant un poids unitaire de 650 kg, furent transportés d’une seule pièce depuis le Tonkin… à dos d’homme ! Les arbalétriers étant montés à partir des poutrelles habituelles, il restait à les assembler au dessus du ravin. A cet effet, on creusa deux petites cavernes au-dessus des tunnels et les ouvriers y installèrent des treuils à barbotins. Pour l’assemblage proprement dit, des chaînes de 335 m durent être transportées à dos de coolies sur toute la longueur du chemin de service, à défaut de pouvoir les forger sur place. 200 hommes furent nécessaires pour chacune d’elles. Aujourd’hui encore, le calendrier de l’exécution de ce viaduc force l’admiration : les travaux préparatoires débutèrent le 11 mars 1908 ; dans la matinée du 16 juillet, les deux arbalétriers, retenus par leurs chaînes, furent amenés et se rejoignirent avec une précision absolue ; le clavetage ne demanda que quelques minutes et, le 29 novembre, le tablier de cet ouvrage exceptionnel était entièrement achevé. (Frédéric Hulot – Les chemins de fer de la France d’outre-mer – 1990, La Régordane)

Mots Clefs : Yunnan 1910 Carte postale Pont ferroviaire Tunnel Chemin de fer Chine