AP1424-Sallet

AP1424-Sallet

Titre : Saïgon, 1910 – Les Messageries Maritimes – Le Courrier de France

Notice : Carte postale coloriée n°33 de la collection A.F. Decoly à Saïgon. On voit à droite le bâtiment des bureaux de la Compagnie, donnant sur l’Arroyo Chinois. A gauche l’arrière du paquebot des Messageries à l’appontement donnant sur la rivière de Saïgon. Notule : La Compagnie des Messageries Maritimes – Historique Ce texte ne fait pas l’historique complet de cette Compagnie. Il se limite à l’essentiel de ce qui a trait à l’Indochine et passe sous silence ses activités sur les autres mers du globe. Une entreprise de transport « Les Messageries nationales » qui exploitait avec succès depuis 1790 un service de diligences sur toutes les routes de France et, ultérieurement, de bateaux à vapeur sur la Saône, a signé en 1851 un contrat avec l’administration des Postes pour assurer un service postal sur quatre lignes en Méditerranée. C’est alors qu’elle a pris le nom « Compagnie des services maritimes des Messageries nationales ». Elle a ensuite acheté le chantier naval de La Ciotat pour construire ses propres navires. L’ouverture du canal de Suez en 1869 lui a permis d’étendre ses activités vers l’Océan Indien et l’Extrême-Orient. En 1871 elle devient la « Compagnie des Messageries Maritimes ». Après guerre, en 1922, la Compagnie signe avec l’Etat une convention créant les « Services Contractuels des Messageries Maritimes ». C’est en vertu de cette convention que, contre une subvention d’équilibre, les Messageries Maritimes s’engagent à faire partir de Marseille tous les 14 jours un paquebot pour l’Extrême-Orient (voir AP4225) afin d’assurer le transport régulier des militaires, fonctionnaires, passagers et de la poste. Après les pertes de la Seconde Guerre mondiale (plus de la moitié de sa cinquantaine de navires), l’Etat crée une société d’économie mixte, avec une participation majoritaire de l’Etat, appelée « Nouvelle Compagnie des Messageries Maritimes » qu’il finance pour la reconstitution de la flotte. Mais ce nouveau nom officiel restera confidentiel et rien ne changera aux yeux des passagers. En janvier 1974 l’Etat décide de fusionner la Compagnie des Messageries Maritimes et la Compagnie Générale Transatlantique en créant la « Compagnie Générale Maritime », opération finalisée en février 1977. Ajoutons pour finir que les deux compagnies françaises de transports maritimes desservant l’Indochine, les Messageries Maritimes et les Chargeurs Réunis, s’intéressent aussi au transport aérien car elles avaient bien senti que la concurrence de l’avion compromettrait l’exploitation des lignes régulières de paquebots. La première créa en 1946 la TAI (Transports Aériens Intercontinentaux) ; la seconde en 1948 l’UAT (Union Aéromaritime de Transport). Ces deux sociétés fusionnèrent en 1962 pour donner naissance à l’UTA (Union de Transports Aériens). Et cette dernière fut absorbée par Air France en 1992. (Comité de Rédaction) Sur les Chargeurs Réunis, voir AP4958.

Mots Clefs : Cochinchine Saïgon 1910 Carte postale Courrier – Messageries maritimes