AP1414-Sallet

AP1414-Sallet

Titre : Saïgon, 1910 – Troupe théâtrale annamite

Notice : Carte postale coloriée n°47 de la collection A.F. Decoly à Saïgon. Notule : Les personnages du théâtre annamite « …/…Ce sont les mêmes personnages qui se retrouvent dans toutes les pièces. Leurs rôles y sont sensiblement les mêmes : ils agissent selon des mobiles identiques. Seuls leurs noms changent. C’est une des raisons de la ressemblance de toutes nos pièces. La description de ces principaux personnages typiques aidera à le comprendre mieux. Il y a d’abord le Roi, le rôle représentatif par excellence, le principe de toute action. C’est une entité nécessaire, une personne morale de la plus haute importance. Tous les dévouements, toutes les activités convergent vers un but commun : le respect de sa personne, la conservation de sa dynastie. En général tout le drame est né de la présence aux côtés du roi d’un conseiller très écouté et ambitieux, un « Thai Su » qui profite de sa situation pour le trahir et le supplanter sur le trône. Il est secondé par ses partisans, souvent membres de sa famille. Les traîtres (Ninh) cherchent toujours à réduire à l’impuissance, voire supprimer les mandarins fidèles au Roi (Trung) qui les contrarient dans leur entreprise. D’où un conflit sanglant, auquel le roi assiste, impuissant. Le conflit qui commence toujours par un abus de pouvoirs des traîtres finit toujours par la victoire des loyalistes, après bien des péripéties plus ou moins tragiques, où se sacrifient héroïquement quelques bons serviteurs du Roi (exil, prison, mort). Jusqu’aux scènes finales où ceux des loyalistes qui restent, prennent une revanche éclatante sur les traîtres et reçoivent de la royauté reconnaissante les plus insignes récompenses, tandis que ses ennemis qui ont tenté de fonder une oligarchie ou une nouvelle dynastie à leur profit se voient impitoyablement bannis et exécutés. Les femmes participent aussi à ce conflit. Il y a 3 principaux rôles féminins : – Le « Dao Thuong » rôle tragique où la femme souffre soit de la séparation forcée d’un époux, soit des menaces suspendues par les traîtres sur la tête de son enfant royal, héritier présomptif, soit des conséquences de la conduite de sa famille accusée de froideur envers la dynastie. Mère ou femme, elle travaille, bien qu’indirectement pour la sauvegarde du régime avec une grandeur d’âme admirable. – Il y a ensuite le « Dao Chien », rôle guerrier (voir AP1415) où la femme déploie toutes ses qualités militaires. Fait à remarquer dans les batailles où elle combat contre des hommes : elle en sort presque toujours victorieuse. Ici on fait souvent intervenir le merveilleux et le surnaturel. Les Annamites croient à la métempsychose, à la réincarnation des âmes. Les personnages de notre théâtre, doués de talents exceptionnels, sont en général des esprits envoyés du ciel pour accomplir une quelconque mission sur la terre. Ainsi ces femmes ou hommes qui montrent les plus grandes vertus guerrières et gagnent toutes les batailles, grâce à certains talismans ou formules magiques dont ils sont détenteurs et qu’il leur suffit d’exhiber ou de prononcer pour réduire l’ennemi à l’impuissance, émanent toujours de ces innombrables puissances divines qui peuplent le Ciel et qui leur ont communiqué avant leur venue sur la terre, tous ces instruments miraculeux de combat. Ainsi, certaines belligérantes, après quelques rencontres où elles ont senti l’infériorité de leur force physique, devant leur mâle adversaire, récitent une formule magique et, soudain, tombe du ciel une corde ou une épée qui vient capturer ou tuer l’ennemi. – Il y a enfin le « Dao Dién », le rôle des « prétendues folles ». Certaines femmes voulant remplir un rôle important dans l’action d’un drame, se voient obligées, pour tromper l’attention et la surveillance de leurs puissants adversaires, de contrefaire les démentes…/… » (Les « Cahiers de Jeunesse » – 10 juillet 1937 – Tran Dang Khoa) Sur Théâtre et morale, voir AP1413.

Mots Clefs : Cochinchine Saïgon 1910 Carte postale Théâtre Acteur Costume – Vêtement