AP1383-Sallet

AP1383-Sallet

Titre : Hanoï, 1905 – Digue Parreau

Notice : Carte postale n°37 de la deuxième série de la collection Dieulefils. Sur la collection de cartes postales éditées par Dieulefils, voir AP1124. Notule : Hanoï – La Digue Parreau La promenade favorite des Hanoïens, de 5 à 7 heures du soir, est celle de l’avenue Parreau, chaussée en remblai de 2 kilomètres 600, faisant suite au Jardin botanique pour aboutir au village du Papier. Cette route repose sur les retranchements septentrionaux des anciennes résidences des gouverneurs chinois et des cités royales des Ly et des Trân, c’est-à-dire de l’oppidum chinois de Dai La ou La Thânh et de la ville royale de Thang Long. Ce sont ces levées de terre que les Européens, par un anachronisme injustifiable, appellent la « Digue » Parreau, du nom d’un commandant, premier résident-maire de Ha Noï (1885). Sur la digue, on rencontre plusieurs tumuli. Ce sont des collines artificielles élevées à l’époque des T’ang, dans la Dai La restaurée (IXe siècle), pour améliorer les influences géomantiques de la cité, récemment mise au pillage et occupée par les Nan Tchao. Le Champ de Courses se trouvait à proximité. (D’après le guide Madrolle – Hachette, 1939)

Mots Clefs : Tonkin Hanoï 1905 Carte postale Digue Vie rurale