AP1364-Sallet

AP1364-Sallet

Titre : Hanoï, 1920 – Brûle-parfums – Email cloisonné – Art chinois

Notice : Carte postale de l’Ecole Françaised’Extrême-Orient. Collection du Musée de l’EFEO à Hanoï. Notule : Ecole Française d’Extrême-Orient (EFEO)  » Créée à Saïgon à l’instigation de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1898, la Mission archéologique d’Indochine devient l’École française d’Extrême-Orient par arrêté du 20 janvier 1900, tandis que son siège est transféré peu après à Hanoï. A l’origine, elle a pour mission de travailler à l’exploration archéologique, à la collecte des manuscrits, à la conservation des monuments, à l’étude du patrimoine linguistique des régions qui furent l’Indochine française et de contribuer par ailleurs à l’étude de l’histoire de toutes les civilisations asiatiques depuis l’Inde jusqu’au Japon. L’École française d’Extrême-Orient étend peu à peu ses installations avec la création, à Hanoï, d’une bibliothèque et d’un musée, puis, à partir de 1907, elle obtient le service public de la Conservation du site monumental d’Angkor, au Cambodge. C’est donc sous la direction des archéologues et des architectes de l’EFEO que sont entrepris les travaux de repérage et d’entretien des sites ainsi que les relevés topographiques et photographiques de l’ancienne cité royale khmère, puis les grands travaux de reconstitution par la méthode de l’anastylose. Le chantier d’Angkor, en 1970, était l’un des plus grands chantiers archéologiques du monde. Conséquence des événements politiques, l’EFEO est contrainte de quitter Hanoï en 1957, et le Cambodge en 1972. Le siège central de l’EFEO s’installe à Paris en 1968, dans l’immeuble de la Maison de l’Asie, 22 avenue du Président Wilson. L’EFEO modifie alors son type d’implantation. Un centre permanent est ouvert à Pondichéry, en Inde, dès 1955, chargé de recherches en histoire et en indologie. À Jakarta, un centre permanent de l’EFEO fonctionne depuis la fin des années 1950 et accueille aussi bien des spécialistes d’épigraphie religieuse que des archéologues, tandis qu’est créé à Kyoto, en 1968, l’Institut du Hobogirin, où des spécialistes de l’histoire du bouddhisme sont installés dans une dépendance du grand temple Zen du Shokokuji. De même est ouvert à Chiang Mai, dans le nord de la Thaïlande, en 1975, un centre de recherche pour l’étude des textes anciens du bouddhisme de la région. Plus récemment, en 1987, une antenne a été créée à Kuala Lumpur, puis en 1989 à Hong Kong, où l’École est accueillie par l’Université chinoise. Au Cambodge, l’EFEO a rouvert un centre à Phom Penh en 1990, puis repris les activités qu’elle menait précédemment sur le vaste complexe d’Angkor. Parallèlement, en 1993, une convention signée avec les autorités laotiennes permettait l’ouverture d’un centre permanent à Vientiane et un accord avec les autorités vietnamiennes se traduisait par la réouverture d’un centre à Hanoï. Confirmant sa présence en Chine, l’École a créé en 1992 un centre à Taipei, au sein même de l’Academia Sinica, puis en 1997 à Pékin. Deux antennes ont été créées en outre en 1994, à Tokyo et Séoul ». (Texte extrait du site internet de l’EFEO – 2004)

Mots Clefs : Tonkin Hanoï 1920 Carte postale Musée de Hanoï Objet d’art – EFEO Vase – Cloisonné