AP1284-Sallet

AP1284-Sallet

Titre : Tonkin, Do Son, 1900 – Côte – Baie des pilotes

Notice : Carte postale n°93 de la première série de la collection Dieulefils. Sur la collection de cartes postales éditées par Dieulefils, voir AP1124. Notule : Stations balnéaires de l’Indochine A côté des stations d’altitude, l’Indochine disposait d’un ensemble de stations balnéaires dans lesquelles les familles, éprouvées par les chaleurs estivales, pouvaient trouver le réconfort des bains de mer et de la brise marine. Certaines de ces stations étaient connues et fréquentées depuis longtemps comme celle de Kep au Cambodge, du Cap Saint-jacques en Cochinchine, de Sam Son en Annam ou de Do Son au Tonkin. Sur le Cap Saint-Jacques, voir AP2108. Sur Sam Son, voir AP3826. Sur Do Son, voir 1278. Parmi les autres stations balnéaires moins connues ou de création plus récente, il faut citer particulièrement les plages de la côte d’Annam qui offre du Nord au Sud de nombreuses ressources : – Cua Lo, à 17 kilomètres de Vinh (villas et hôtel) au milieu dés filaos plantés sur les dunes. Très belle plage. – Cua Tung (voir AP0281), dans la province de Quang Tri, à 40 kilomètres du chef-lieu et à 100 kilomètres de Hué environ. Plage très pittoresque à cause de la falaise élevée et boisée qui la limite, très fréquentée par les Européens de Hué et de la région. Un hôtel y est ouvert pendant trois mois. – La plage de Thuan An, à l’embouchure de la rivière des Parfums, non loin de Hué (voir AP1724). – La station maritime de Nhatrang (voir AP1838), qui est la plus importante de tout le Sud-Annam ; elle se développe rapidement, grâce à l’installation d’hôtels confortables, fréquentés pendant toute l’année. Le climat du Sud-Annam est, en effet, le meilleur de toute l’Indochine, climat relativement très sec, régulier, avec une brise constante pendant les moussons de nord-ouest et de sud-ouest. Au Tonkin, il convient encore de mentionner, Quai Lam (près Nam Dinh), I’Ile aux Buissons (près Hongay) avec son hôtel administré par un groupement coopératif militaire. Le séjour dans cette station procure, outre les avantages du climat marin, la facilité de visiter en détail la fameuse baie d’Along (voir AP3418). Ainsi voit-on que l’Indochine est déjà pourvue de centres climatiques de tous ordres, assez bien répartis à travers tout son territoire et s’échelonnant à des altitudes très variées, depuis les plages littorales jusqu’aux stations de haute montagne, comme Chapa, Ba Na et Dalat, en passant par les altitudes moyennes du Tam Dao et du Bokor. Les efforts réalisés, déjà considérables, seront poursuivis dans les années prochaines ; les constructions de chalets et de pensions modestes se multiplieront partout, les accès seront améliorés, de façon à permettre ces séjours réparateurs à tous les Européens, et même à attirer peu à peu la bourgeoisie indigène. Ces stations, que recommandent non seulement les avantages de leur climat, mais encore le pittoresque de leur site et de leurs environs, seront les étapes classiques du touriste à travers le pays. (Extrait de « L’Indochine Moderne » 1931 – Teston et Percheron – Librairie de France)

Mots Clefs : Tonkin Kien An Do Son 1900 Carte postale Plage