AP0011-Sallet

AP0011-Sallet

Titre : Annam, Quang Nam, Dong Duong, 1930 – Dvarapala de la deuxième enceinte

Notice : Photo sans doute prise en 1930, quand le docteur Sallet était conservateur du Musée cham de Tourane. Notule : Le temple cham de Dong Duong Les vestiges du temple bouddhique cham de Dong Duong se trouvent dans la province de Quang Nam, à une cinquantaine de kilomètres au sud de Tourane et à une quinzaine à l’ouest de la route mandarine, la RC.1. Dong Duong ne se trouve donc qu’à 21 km à vol d’oiseau du site de Mi Son, l’autre grand centre religieux du Champa, celui-ci élevé aux divinités de brahmanisme, celui-là au culte bouddhique (voir AP0679). L’ensemble architectural de Dong Duong compte parmi les plus importants du Champa, tant par les monuments qu’il comporte que par la statuaire très originale qu’il contenait et qui a permis de définir très tôt un « style de Dong Duong ». Il a été construit à la fin du IX ème siècle par le roi bouddhiste Indravarman II. Dans un rayon de 5 km autour du temple, on a relevé les vestiges de neuf édifices cham. Le nom de Dong Duong signifie « plaine de la divinité ». C’était sans doute le site d’Indrapura, la « ville d’Indra » qui fut la capitale de la 6ème dynastie (860 à 986), jusqu’à sa destruction en 982 par les troupes annamites conduites par le roi Lê Hoan, fondateur de la dynastie des Lê. Ce temple a été décrit en détail par Parmentier dans son Inventaire (1909), il était déjà très ruiné à cette époque. L’ensemble était composé de quatre enceintes successives, alignées d’ouest en est et précédées par une allée longue de près de 800 mètres. Dans la première enceinte, à l’ouest, se trouvait le sanctuaire principal, une tour, kalan, dont ne subsistait que la base. Cette Tour Principale était précédée à l’est par une autre tour percée de portes sur ses quatre faces, en meilleur état, dénommée par Parmentier « Tour Centrale » (voir AP0190, 0374, 1951, 1952). Ces deux tours étaient environnées de bâtiments secondaires, des templions contenant des statues de deva assis (voir AP1211) et un édifice allongé baptisé « bibliothèque ». L’ensemble était entouré d’un mur d’enceinte, ouvert à l’est par un « gopura », porche monumental à trois entrées avec une statue de gardien « dvarapala » dans chacune des ailes du porche, de part et d’autre de la porte centrale. Deux hauts pylônes étaient placés des deux côtés du gopura (voir AP0190 et AP0374). Cette même disposition (gopura, dvarapala et pylônes) se retrouve aux quatre enceintes. Dans la deuxième enceinte se trouvait une longue salle sans doute couverte en tuiles à l’origine, ouverte à l’est et à l’ouest et bordée au nord et au sud par une série de petites bornes. Dans la troisième enceinte, une grande salle, « vihara », formée de deux rangées de huit gros piliers en briques, entourés sur les quatre faces par une rangée de piliers plus petits (voir AP 0191) et qui soutenaient une toiture. A l’intérieur de ce vihara, à l’extrémité ouest, se trouvait un piédestal sculpté (voir AP0182, AP1944) qui supportait une statue de Bouddha assis. La quatrième enceinte faisait le tour de tout le monument, incluant les trois autres. Il n’en subsistait guère que les vestiges du gopura à l’est. Les dvarapala (demi-dieux gardiens des portes) logés dans les ailes nord et sud des portes d’entrée (gopura) des quatre enceintes successives étaient donc à l’origine au nombre de huit, encore en place à l’époque des photos du fonds Sallet. Le dvarapala se tient debout dans une attitude menaçante au-dessus d’un animal ou d’un personnage. Animaux et personnages diffèrent pour chaque dvarapala. Les dvarapala de la deuxième enceinte sont les plus réussis. Celui du sud que l’on voit sur l’image est dressé sur un buffle crachant un petit guerrier. Il a été transporté au musée de Tourane. (Comité de Rédaction) Sur les fouilles archéologiques dans les sites cham, voir AP0191. Sur Henri Parmentier, voir AP0065.

Mots Clefs : Annam Quang Nam Dong Duong 1930 Champa Statue Bouddhisme