AP1032-Cosserat-Maurice

AP1032-Cosserat-Maurice

Titre : Hué, vers 1924 – Dépose de gerbes au Monument aux Morts

Notice : Cérémonie non datée. Notule : Annamites morts pour la France (1914-1918)  » Je crois utile de rappeler ici certains chiffres attestant l’aide militaire de l’Indochine à la France pendant la Grande Guerre. Bien qu’en certains coins excentriques quelques actes de piraterie, quelques essais de soulèvement dus à d’anciens rebelles, mirent le Haut Commandement dans l’obligation d’organiser quelques expéditions répressives (Sam Neua ; Song La ; Phong Saly ; Thai Nguyen ; Binh Lieu), l’Indochine put rendre à la Métropole 1.309 Français civils mobilisés ainsi que 6.000 officiers et hommes de troupe de l’armée active. Mais il est bon de savoir que 92.411 Annamites, tous volontaires, s’embarquèrent pour le lointain, apportant aux armées alliées l’aide précieuse de leur bonne volonté et de leur esprit de discipline. Ce total d’Indochinois se répartit ainsi : 4.800 combattants ; 24.272 soldats appartenant aux 15 Bataillons d’Etapes (Zône des Armées) ; 9.019 Infirmiers Coloniaux ; 5.339 Ouvriers d’Administration Coloniale ; 48.981 Travailleurs militaires, dans les usines de l’intérieur. Les combattants appartinrent aux 4 Bataillons de Marche Indochinois, les 1er, 2e, 7e et 21e ; les deux premiers furent dirigés sur l’Armée d’Orient, les 7e et 21e Bataillons tinrent les tranchées sur le front français. Tous furent engagés dans des actions pénibles et tous, malgré le froid, les obus, les balles, les gaz même, firent vaillamment leur devoir en dignes fils des anciens guerriers de Gia Long et de Minh Mang. Le Chemin des Dames (1917), les Vosges, Reims, le Col de Krusova, Véliterna, Cafa Cjarparit, autant de noms de batailles qui résonnent encore dans la mémoire de nos camarades, anciens combattants annamites…/… Hélas, beaucoup trop d’entre eux sont restés là-bas dans les humbles cimetières du front. Les listes officielles, établies par les soins de l’autorité militaire, totalisent le nombre très élevé pour l’Annam de 1.106 morts, chiffre qu’il serait bon de voir graver sur l’Ecran funéraire pour que celui-ci ne soit plus le Monument de quelques-uns seulement. La province de Phu Yen par exemple, perdit 129 volontaires pendant la Grande Guerre, soit comme tirailleurs soit comme ouvriers ; or, un unique nom, celui du Tirailleur Ho Phong figure sur le Monument aux Morts. N’y a t-il pas là une omission regrettable ? Et cependant, ce nombre de 1.106 absents est sûrement au-dessous de la vérité, car quelques commandants de Dépôts des Isolés Coloniaux en Indochine prirent l’expression « Morts pour la France » dans le sens de « Tués à l’ennemi « , et leurs listes, celle du Dépôt N°3 de Tourane en particulier, furent de ce fait très incomplètes. J’ai confronté tous ces documents avec ceux que les Résidents de chaque province fournirent à la Résidence Supérieure, et je peux déduire que le nombre total des soldats, originaires d’Annam, morts en Europe de 1914 à 1918 est d’environ 1.500. On reste confondu devant ce nombre élevé de morts, et l’on éprouve une immense tristesse en pensant que tant d’hommes innocents sont allés mourir loin de chez eux, sans trop rien comprendre à l’épouvantable drame dans lequel ils se trouvaient engagés. La tuberculose fit ses ravages parmi ces hommes des tropiques ; la grippe espagnole en terrassa un grand nombre ; les « péris en mer » sont plus d’une centaine ; mais cependant très nombreux sont ceux qui moururent des suites de blessures reçues dans la Zône des Armées. Dans tous les cimetières militaires de France, les dépouilles des enfants d’Annam sont mêlés aux ossements des enfants de France, donnant ainsi au problème de l’association franco-annamite son sens le plus précis et le plus émouvant. Tous ces jeunes Annamites, avant de mourir loin des visages aimés, loin de leurs si tranquilles villages, auront eu, hélas, l’atroce vision de leur corps pour toujours enfoui dans un sol étranger »…/… (E. Le Bris, professeur au Lycée Khai Dinh à Hué in BAVH N°4 – 1937) Sur le monument aux Morts de Hué, voir AP2470.

Mots Clefs : Annam Thua Thien Hué Vers 1924 Monument aux Morts Guerre 1914-1918 Fêtes et cérémonies